Aller au contenu

Reinbert de Leeuw dirige le passionnant Janáček

Reinbert de Leeuw a dirigé un concert électrisant autour de Leoš Janáček au Muziekgebouw aan het IJ le jeudi 12 mars. La synergie entre les instrumentistes, les chanteurs et le chef d'orchestre a donné lieu à des performances sans faille, qui ont été récompensées par les applaudissements ovationnés du public presque à guichets fermés, avant et après l'entracte. Les applaudissements ont même donné lieu à un rappel : une chanson du cycle populaire Rikadla (comptines). Les temps anciens semblaient revivre, même si cette fois ce n'était pas le Schönberg Ensemble et le Nederlands Kamerkoor qui étaient sur scène, mais les ensembles flamands Het Collectief et Collegium Vocale Gent.

Le concert de la série des jeudis soirs a déjà été donné l'été dernier au Festival de Saintes en France. Il s'agissait de la première collaboration de De Leeuw avec le Collegium Vocale Gent, qui élargit ses horizons bien au-delà de la musique ancienne. De Leeuw avait déjà travaillé avec Het Collectief à deux reprises. En 2011, l'œuvre de Schoenberg Pierrot lunaire sur les lutrins et, deux ans plus tard, des œuvres de Berg, Busoni, Webern et Zemlinsky, récemment publiées sur CD.

Il s'agit sans exception des chefs-d'œuvre de De Leeuw, avec lesquels il a marqué la vie musicale néerlandaise à partir des années 1960 et 1970. Janáček est également un vieil amour et presque toutes les œuvres interprétées hier ont déjà été enregistrées avec le Schönberg Ensemble et le Nederlands Kamerkoor ; relativement nouvelle est son instrumentation en 2007 de la Sonate pour piano 1.X.1905 de Janáček. Ce programme de concert paraîtra également sur CD. Il semble que De Leeuw, à l'âge de 76 ans, soit en train de se faire une place dans le monde de la musique.e revisite sa carrière, mais avec des ensembles flamands.

Il est agréable de noter que la Belgique a servi de tremplin à la carrière internationale de Janáček en 1905, lorsqu'une chorale tchèque... Ah, la guerre présenté à Spa. Cette pièce pour chœur d'hommes a cappella n'était pas présente hier soir, bien que la nostalgie de l'histoire de l'art ait été soulignée. Notre bouleau et la querelle des nationalistes Kantor Halftar. Un chantre de village y ose parler tchèque au lieu d'allemand à l'inspecteur de district, ce qu'il paie par la mort. Les exclamations féroces et scannées ont été interprétées avec passion par les hommes du Collegium Vocale Gent.

Il était également très convaincant La piste du loupUne mini-cantate pour piano, chœur de femmes et soprano solo (Elisabeth Rapp, qui chante magnifiquement). Un chasseur rencontre un "loup" dans le lit de sa femme beaucoup plus jeune que lui et abat l'adultère. Dans cette œuvre colorée et variée, les chanteurs passent sans effort entre les nombreux changements soudains d'humeur, subtilement aidés par le pianiste Thomas Dieltjens. [Tweet "Dans Spoor van de wolf de Janácek, les dames du Collegium Vocale Gent passent sans effort d'une ambiance à l'autre"].

Poignant était Élégie sur la mort de ma fille Olga, dans lequel Janáček transforme son chagrin en harmonies poignantes et en une complainte émouvante interprétée par un ténor solo (Paul Bentley-Angell). À travers cela, il tisse des cordes de piano impressionnistes et des chants consolatoires, exprimant l'amour pour sa fille et la résignation éventuelle à la perte. L'atmosphère sacrée a été renforcée par le fait qu'il n'y a pas eu d'applaudissements entre les œuvres chorales.

Le concert s'est ouvert avec la merveilleuse Concertino pour piano, deux violons, alto, clarinette, cor et basson, dans lequel il n'y a au départ pratiquement aucune interaction entre le piano et l'ensemble. Dans le premier mouvement, un motif récurrent du piano, qui se brise à plusieurs reprises, est coloré par des notes éparses du cor. Janáček dépeint ainsi "comment un hérisson ne peut tout simplement pas atteindre son trou", comme me l'a dit Dieltjens lors de l'introduction. Dans le deuxième mouvement, la clarinette fait office d'écureuil bondissant et ce n'est qu'à partir du troisième mouvement que les autres musiciens interviennent. Et comment ! Sans être dirigés, Dieltjens et ses compagnons ont joué avec spatulosité leurs parties éruptives, le feu jaillissant.
Emilie de Voght, Thea Derks & Thomas Dieltjens, introduction MGIJ 12-3-2015

Emilie de Voght, Thea Derks & Thomas Dieltjens lors de l'introduction MGIJ 12-3-2015

[Tweet "Sans être dirigés, Dieltjens et ses compagnons ont joué avec éclaboussure leurs parties éruptives dans le Concertino de Janácek"].

Après la pause, le cycle accrocheur a retenti. Rikadla et l'arrangement de De Leeuw de la Sonate 1.X.1905. Janáček a composé ce morceau de piano sous le coup de la colère lorsque la police a poignardé à mort un ouvrier lors d'une manifestation devant une université tchèque à Brno. Dans ma biographie Reinbert de Leeuw, homme ou mélodie De Leeuw affirme que cette sonate "dépasse en fait les possibilités du piano". Un avis que Dieltjens ne peut partager que "partiellement". Selon lui, le morceau se prête cependant parfaitement à l'instrumentation, puisque le piano "ne peut que modérément languir".

Dans son arrangement, De Leeuw donne un rôle presque concertant à l'accordéon, un instrument qui semble avoir été fabriqué dans ce but précis. Le cor, instrument typiquement romantique, joue également un rôle important ; il omet le piano. Sa partie fantaisiste est astucieusement transposée aux cordes et aux instruments à vent, bien qu'elle ait perdu un peu de sa netteté au cours de la traduction. Au cours du concert, De Leeuw a également allumé les délectations passionnées avec trop d'emphase, repoussant dangereusement la limite de la grandiloquence.

Le programme magnifiquement mis en place s'est terminé par Rikadla, un cordier de dix-neuf courtes chansons sur des comptines absurdes. En cela, Janáček s'inspire de la musique folklorique morave ; je me suis régulièrement retrouvée dans une auberge de village. D'autant plus que l'ensemble et le chœur ont transmis le morceau avec un plaisir apparent malgré la langue tchèque délicate et les tempi effrénés. Dans le dernier morceau, le clarinettiste se livre à des cabrioles virtuoses vertigineuses, passant de la clarinette en la et en si bémol à la vitesse de l'éclair, tel un magicien. Julien Hervé a reçu un rideau ouvert pour sa prestation sans faille. À juste titre, cette chanson a été répétée en rappel.

Reinbert de Leeuw peut "se conduire comme s'il trempait le linge", comme le note Cootje van Baaren dans ma biographie, mais son engagement inconditionnel parvient souvent à pousser les interprètes à se dépasser. J'aurais aimé lui serrer la main après le concert, mais il n'était malheureusement pas (encore) disposé à le faire.

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais