Aller au contenu

Les millions provinciaux destinés à l'orchestre symphonique de la HET se sont évaporés sans résultat

Qu'est-il advenu des cinq millions qu'Overijssel a donnés à l'orchestre en 2011 pour "obtenir plus d'argent du marché" ? C'est aussi une question que s'est posée la conseillère Van Abbema, et les réponses que la province lui a données soulèvent surtout d'autres questions. Il est tout à fait clair que la province veut garder l'orchestre quoi qu'il arrive et ne veut rien savoir d'une fusion avec Gelderland.

Pour commencer immédiatement avec cette éventuelle fusion, la province d'Overijssel écrit : 'la province de Gelderland investit beaucoup dans le fonctionnement et l'hébergement de l'orchestre philharmonique d'Arnhem. Une intégration poussée entre les deux orchestres ne semble donc pas évidente.

En attendant, la réalité est la suivante plus compliqué. Car le conseil municipal d'Arnhem n'a pas donné son accord pour une nouvelle salle pour le Het Gelders Orkest, et pose explicitement des questions sur son fonctionnement. Des questions que la province d'Overijssel refuse obstinément de poser sur le fonctionnement de l'orchestre symphonique HET, et encore moins de demander des chiffres corrects, parce que la province aussi, comme le ministre... Jet Bussemaker à La culture en point de mireLe rapport du ministère ne contient pas les chiffres exacts mais des estimations.

Financement relais et capital d'investissement

Revenons à ces cinq millions. Ils ont été mis à disposition pour "une combinaison de financement relais et de capital d'investissement pour développer la capacité de gain propre par la mise en œuvre de la... Plan d'affaires' (lettre majuscule de la province).

En fait, les problèmes commencent ici. Car il est clair que la province n'a pas affecté l'argent ou ne l'a pas affecté de manière adéquate. Il est tout à fait possible que HET Orkest ait utilisé les millions provinciaux principalement pour absorber les réductions de Halbe Zijlstra. Si c'est le cas, les millions provinciaux ont été utilisés pour les opérations régulières. Et ainsi de suite. Parce que l'orchestre symphonique HET est aussi bon que faillite. En effet, en 2014, les recettes d'audience et de sponsoring ont chuté de manière alarmante. Le déficit d'exploitation dépasse désormais les fonds propres. Même l'année 2015, avec l'annulation de concerts, n'affichera certainement pas une augmentation des recettes.

Ensuite, la province mentionne sept les projets "impliquant la génération de revenus". Nous les passons tous en revue.

1. Demandes de fonds

Cela a permis d'obtenir une première subvention de Bruxelles pour le projet. L'argent a également été utilisé pour acquérir les connaissances nécessaires. À part cela, il ne rapporte encore que très peu.

2. Parrainage et mécénat

Bien que l'argent ait été utilisé pour développer une "politique et des outils connexes", les résultats ont été plus que décevants : les revenus de parrainage ont en fait diminué.

3. Fixation des prix

En collaboration avec l'Université de Twente, une étude a été menée pour déterminer si l'augmentation des prix entraînerait une augmentation des revenus. Coût de l'étude : inconnu. Conclusion de l'étude : non, cela ne génère pas plus de revenus.

4. Expérience de l'innovation

L'orchestre a développé toutes sortes de nouveaux concepts qui lui ont permis de toucher davantage de jeunes en particulier. Cela a conduit à une augmentation de l'audience de plus de 10%. Cependant, en parcourant les chiffres, on constate que les recettes d'audience par visiteur ont chuté de 4,70 € en 2013 à 3,15 € en 2014. En d'autres termes : L'orchestre symphonique HET attirait déjà beaucoup de public qui ne rapportait rien, mais il attire maintenant encore plus de public qui rapporte encore moins.

5. Maison de production

L'orchestre a formé des ensembles "qui sont en quelque sorte les antennes de l'orchestre dans la société". Mais encore une fois : cela a nécessité des investissements, mais n'a encore rien donné. La province note cependant : "Il s'agit maintenant d'en tirer profit". La manière n'est pas claire.

6. E-marketing

L'orchestre a investi de l'argent pour professionnaliser son marketing. Cependant, cela n'a fait qu'augmenter le nombre de visiteurs dans sa ville natale, Enschede, où le nombre d'abonnements a fortement augmenté. Ailleurs, la fréquentation a même baissé.

7. Structure et flexibilité

L'orchestre a dit adieu au statut de B3. En d'autres termes, le statut d'emploi des membres de l'orchestre s'est aggravée dans le but de "flexibiliser et d'augmenter la productivité". Mais cela ne s'est pas traduit non plus par une augmentation des recettes.

Autres questions

Aux questions de Van Abbema sur l'annulation des représentations à Deventer et Zwolle, les réponses attendues. Ils ne sont pas rentables. L'expérimentation de concerts à d'autres jours et heures n'a pas non plus permis d'obtenir des revenus supplémentaires. Des revenus supplémentaires ont été générés par deux projets éducatifs, pour lesquels la province a transféré un total de 46 873 €, bien que l'orchestre signale que cela ne lui permet pas encore d'atteindre le seuil de rentabilité.

La question principale

Les montants mis à disposition par les États avaient pour objectif de permettre à l'orchestre de voler de ses propres ailes d'ici 2018. Cet objectif est-il encore réalisable ?

Compte tenu de ce qui précède, une seule réponse semble possible : non, cet objectif n'est pas réalisable. Cependant, la province note que "l'orchestre a effectivement relevé le défi de l'entrepreneuriat culturel" et que "cela donne confiance dans le fait que l'orchestre assume lui-même la responsabilité de ses opérations et qu'il prend des mesures opportunes et fait des choix pointus". La province souhaite toutefois obtenir des informations trimestrielles sur les résultats d'exploitation "afin de pouvoir contrôler les accords de performance conclus et la réalisation de l'indépendance financière.

Nouvelles questions

Van Abbema n'est pas satisfaite des réponses de la province et les a maintenant inscrites à l'ordre du jour de la prochaine réunion de l'État, où elle posera des questions supplémentaires.

Un bond en avant

D'après toutes les réponses, il semble que le plan d'affaires n'ait l'effet escompté nulle part et qu'il est très peu probable qu'il change. Pourtant, la province insiste sur le fait que tout ira bien. Pourquoi ? Ces cinq millions ont disparu et ne reviendront pas.

Dans le cabinet précédent, le protectionnisme provincial a conduit à la motion Bosma/De Liefde, visant à préserver l'Orchestre symphonique du Limbourg et l'Orchestre du Brabant. Un an plus tard, ils ont fusionné pour former la Philharmonie Zuidnederland.

L'opposition aux fusions est omniprésente. C'est compréhensible, car pourquoi un orchestre fonctionnant artistiquement au plus haut niveau voudrait-il fusionner dans une entité plus grande ? Mais les balivernes menées par Halbe Zijlstra ne peuvent pas être inversées. Le fait de se débrouiller est une recette qui mène au désastre. Le niveau baisse, des concerts doivent être annulés et un trou dans le budget est comblé par un autre. S'en tenir à ses propres intérêts ne mène finalement qu'à des perdants.

[Tweet "S'en tenir à l'intérêt personnel conduit finalement à de simples perdants"].

Opinion

Osez, précisément pour l'amour de la musique, faire un bond en avant, en tant qu'orchestres et gouvernements provinciaux. Un orchestre de fusion en particulier peut réaliser des ambitions régionales, nationales et internationales de manière financièrement responsable avec Arnhem et Enschede comme ports d'attache permanents.

Henri Drost

Henri Drost (1970) a étudié le néerlandais et les études américaines à Utrecht. A vendu des CD et des livres pendant des années, puis est devenu consultant en communication. Il écrit entre autres pour les magazines GPD, Metro, LOS !, De Roskam, 8weekly, Mania, hetiskoers et Cultureel Persbureau/De Dodo sur tout, mais si possible sur la musique (théâtre) et le sport. Autres spécialités : les chiffres, les États-Unis et les soins de santé. Écoute Waits et Webern, Wagner et Dylan et à peu près tout ce qui se trouve entre les deux.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais