Aller au contenu

Il est temps de créer un label de qualité "art sans esclaves" #tegendebakker

Faire de l'art est trop amusant et trop inutile. Les gens aiment vraiment faire de l'art et veulent vraiment le montrer. À tel point qu'ils sont les seuls à faire leur contribution à un événement artistique gratuitement. Alors que tous les autres contributeurs sont simplement payés. Le monde de l'art, y compris celui qui est subventionné, est donc l'un des endroits aux Pays-Bas où l'esclavage est encore courant. Il est temps de faire quelque chose pour y remédier. Un poinçon pour les galeries et les musées sans esclavage serait un bon début.

cellule

Le mardi 9 février, le Plateforme des arts visuels Un débat au centre d'art d'Utrecht Casco. La salle était pleine à craquer. La petite salle d'une capacité de 50 personnes accueillait maintenant au moins 100 artistes, tous venus écouter ce qui peut être fait pour remédier à la situation actuelle. Et cette situation est simple : les musées des Pays-Bas demandent aux artistes de réaliser et d'exposer des œuvres, sans leur fournir aucune rémunération en retour. Tout cela sous prétexte queexposition' est bon, et en cas de refus, il y en a jusqu'à 10 autres prêts à exposer leur travail. Gratuit .

Précaire

Les intervenants de la soirée, en plus d'une personne du musée Van Abbe, du directeur de l'institution de présentation Hotel Maria Kapel et de quelques artistes, ont fait de leur mieux pour se montrer sous leur meilleur jour : avec eux, l'art était payé, même modestement. Pourtant, de ce côté de la salle, on semblait également comprendre la situation parfois précaire dans laquelle se trouvent de nombreuses institutions artistiques. Surtout après les coupes draconiennes opérées sous l'œil vigilant de Halbe Zijlstra, sous le gouvernement Rutte 1. Aucune des personnes présentes n'avait l'espoir que ces coupes prennent fin.

Le marché est donc engagé dans une course vers le bas. Cela ne s'applique pas seulement aux institutions d'arts visuels, d'ailleurs : les festivals ne paient parfois rien ou très peu. Il arrive qu'un directeur de festival se plaigne que trop peu de groupes viennent se produire pour une caisse de bière. Ce faisant, le secteur culturel lui-même perpétue l'image selon laquelle un créateur d'art, et l'œuvre qu'il réalise, sont totalement interchangeables, et ne valent donc pas grand-chose. Les artistes se plient à cette image et offrent leur travail gratuitement, de peur d'être mis à l'écart pour toujours.

En toute impunité

Cette situation bizarre s'est produite sous l'œil vigilant du gouvernement, dont la politique de subvention ne pose aucune exigence quant à la manière dont cet argent est dépensé pour les artistes. Ainsi, un musée fonctionnant grâce aux subventions du gouvernement peut demander aux gens des services non payés en toute impunité, tandis que le peu d'argent disponible est dépensé pour le salaire d'un spécialiste du marketing, d'un directeur, d'un comptable et de l'homme à tout faire.

Les représentants présents du Fonds Mondriaan, qui distribue une grande partie de l'argent destiné aux arts visuels aux Pays-Bas, ont reconnu que le problème était important et ont déclaré qu'ils étaient satisfaits d'une directive. Mais jusqu'à quel point devons-nous nous réjouir d'une directive ? De nombreuses institutions sont déjà incapables de garder la tête hors de l'eau et s'effondreront dès qu'elles devront commencer à payer des honoraires raisonnables aux artistes. L'une d'entre elles a calculé qu'il en coûte 246 millions d'euros au Trésor public pour donner à chaque artiste actuellement actif un revenu modal.

[Tweet "Si le secteur artistique aux Pays-Bas flotte largement sur l'esclavage moderne : dis-le"].

L'effondrement des institutions de présentation ne causera que peu de remous dans le climat politique actuel plutôt hostile à l'art. Que cela soit dû au fait qu'ils doivent payer les artistes selon une directive imposée d'en haut ne préoccupera pas non plus le public. Si le secteur de l'art est alors à la merci du marché libre, qu'il en soit ainsi. Mais une telle chose devrait être transparente et ouverte. Si le secteur de l'art aux Pays-Bas flotte effectivement en grande partie sur l'esclavage moderne : dis-le.

En tant que groupe d'intérêt, la plateforme des arts visuels ne peut faire qu'une chose. Avec un poinçon. Un designer peut terminer cela en une journée. Les relations publiques ne doivent pas nécessairement coûter très cher. Si le poinçon est distribué via une bannière de site Internet, un autocollant de porte et un logo sur le papier à lettres, l'effet sera rapidement perceptible. Après tout, quel musée n'a pas envie d'arborer le sceau "Art sans esclaves" ?

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais