Aller au contenu

La nouvelle "Naissance d'une nation" ne fait qu'une bouchée de son célèbre prédécesseur.

L'acteur audacieux Nate Parker, qui fait ses débuts en tant que réalisateur, a certainement du cran. Il a donné à son film d'esclavage percutant La naissance d'une nation le même titre que le classique du pionnier du cinéma américain D.W. Griffith. Non pas en guise d'hommage, mais précisément pour donner une bonne leçon à son célèbre prédécesseur. Un excellent marketing aussi, bien sûr.

Lors de sa première au festival de Sundance en janvier, Parker, qui joue lui-même le rôle principal, a reçu de grandes louanges avec des prix du public et du jury. La naissance d'une nationCe drame historique sur une révolte d'esclaves en 1831 est aujourd'hui un film très discuté en Amérique. La grande question qui se pose est la suivante : cela vaudra-t-il enfin à un acteur noir d'être nommé aux Oscars ?

La première néerlandaise est prévue pour le 23 février, mais ceux qui ne peuvent pas attendre aussi longtemps peuvent déjà assister à des avant-premières à Amsterdam. Festival du film urbain Da Bounce et le Festival international du film de Leiden.

Chef-d'œuvre raciste

L'original La naissance d'une nationLe film de Griffith, qui traite de la guerre civile américaine et de la montée du Ku Klux Klan, a fait une forte impression en 1915. À une époque où le cinéma était encore une sorte de divertissement carnavalesque, Griffith a imaginé la première véritable superproduction. Une épopée captivante de trois heures, pleine de drames, de scènes d'action réalistes et d'innovations techniques. Mais à côté de l'admiration, il y eut presque immédiatement des critiques et des controverses en raison de sa teneur raciste. Plusieurs États ont interdit le film pour cette raison.

Prêcheur noir

Les parqueurs La naissance d'une nation pourrait maintenant, avec un peu de bonne volonté, être appelé le préquel, un drame qui cherche à montrer la réalité grinçante derrière les stéréotypes de Griffith. Un prélude à la guerre civile. Le bataillon de soldats noirs dans la scène finale donne un indice clair dans cette direction. Nate Parker, qui s'est battu pour réunir le budget de son film, incarne le personnage historique Nat Turner lui-même. Un esclave noir lettré qui, en tant que prédicateur, espère initialement apporter du réconfort à ses compagnons d'esclavage avec la parole de Dieu. Les propriétaires blancs de plantations le déploient même pour étouffer la rébellion qui couve parmi la main-d'œuvre noire. Le résultat est contre-productif. Turner se voit montrer tant d'horreurs que, s'inspirant de cette même Bible, il déclenche une rébellion sanglante.

En ce qui concerne ce dernier point, Parker ne ménage pas le spectateur. On pourrait presque croire qu'il veut faire passer le message par la force. C'est défendable jusqu'à un certain point, mais cette première réception jubilatoire aura aussi à voir avec le contenu politiquement correct. Et avec l'air du temps.

Les critiques qui ont suivi ont souvent eu un ton plus réservé, ce qui est compréhensible. Nous voyons un début ambitieux et, dans le meilleur des cas, impressionnant, mais aussi un film qui penche à nouveau vers un autre type de stéréotypes et qui est plutôt court sur le plan du développement dramatique.

Histoires afro-américaines

L'esclavage a longtemps été un sujet cinématographique plutôt sous-exposé. À cet égard La naissance d'une nation un ajout honorable à certains titres récents, mais qui n'a pas la brutalité des films de Tarantino. Django Unchained Si la force de persuasion du dessin des personnages et de la représentation d'époque des 12 Years a Slave.

Le fait que le temps soit venu pour les histoires du monde afro-américain a sans doute aussi à voir avec l'actualité. En Amérique, les brutalités policières ont provoqué une recrudescence des tensions raciales, mais le film urgent qui répond à cette actualité brûlante est La naissance d'une nation Quoi qu'il en soit. On pense alors plutôt au film de Spike Lee Chi-Raq.

Hollywood blanc

Un autre problème connexe a de nouveau entouré la cérémonie des Oscars. Pour la deuxième année consécutive, les acteurs noirs étaient absents des nominations, ce qui montre douloureusement qu'Hollywood est toujours un bastion blanc. Bien sûr, il y a des stars noires qui réussissent, comme Will Smith, Dwayne Johnson ou Ice Cube, mais ce sont des exceptions. Hollywood a promis des améliorations, nous attendons donc avec impatience. Une nomination pour l'interprétation de Nat Turner par Parker devrait être une possibilité.

À voir dans deux festivals

En prévision de cela, le Festival du film urbain Da Bounce (4 - 6 novembre) au Westergasfabriek d'Amsterdam nous présente le cinéma "urbain/noir" qui existe dans l'ombre d'Hollywood. Une sélection variée d'œuvres légères et sérieuses, de drames, de comédies, de documentaires, complétée par des discussions et des questions-réponses sur des thèmes tels que le racisme et la diversité. La naissance d'une nation est le film d'ouverture du vendredi 4 novembre.

Deux jours plus tard, le dimanche 6 novembre, ce sera le film de clôture de l' Festival international du film de Leiden.

Supplément 5-11-2016Le terme "blanc", moins approprié, a été corrigé dans le texte. Par ailleurs, quelqu'un m'a fait remarquer que cette nouvelle La naissance d'une nation a été critiquée, entre autres, pour sa représentation des femmes noires. Voir à ce sujet article Sur la façon dont le film marginalise les femmes. (LB)

Leo Bankersen

Leo Bankersen écrit sur le cinéma depuis Chinatown et La nuit des morts-vivants. A longtemps travaillé en tant que journaliste cinématographique indépendant pour le GPD. Il est aujourd'hui, entre autres, l'un des collaborateurs réguliers de De Filmkrant. Aime rompre une lance pour les films pour enfants, les documentaires et les films de pays non occidentaux. Autres spécialités : les questions numériques et l'éducation cinématographique.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais