Aller au contenu

Stephanie Louwrier : "J'accepte la peur de l'échec".

'Je me suis un jour produit devant une salle quelque part au milieu de nulle part, avec beaucoup de personnes âgées. La représentation a été annoncée comme étant du cabaret. Mais mon travail ne s'inscrit pas dans un genre particulier. En raison de la désignation "cabaret", le public avait des attentes auxquelles je n'ai pas répondu. Les gens voulaient une soirée amusante et divertissante. Ma prestation était rebelle, énergique. J'ai sauté partout et je me suis même assise sur les genoux de quelqu'un. Les gens ont été surpris. À un moment donné, une vieille femme s'est levée. Elle était assise au milieu de la rangée et a commencé à s'ébranler et à trébucher dans l'allée avec son déambulateur. "Ce n'est pas drôle !" a-t-elle crié. "Tu n'es pas une actrice ! Tu ne peux rien faire !" En pleurnichant, elle a quitté la salle. Je suis restée là. Seule devant une salle remplie de gens.'

Confusion

C'est à un événement extrême, heureusement ponctuel, qu'a dû faire face l'artiste de théâtre Stéphanie Louwrier. Mais la confusion concernant le type de théâtre qu'elle fait a coloré sa carrière depuis le début. L'expérience que ce qu'elle faisait et voulait ne correspondait pas aux attentes lui a donné l'impression d'être un échec. La crise qui en a résulté est le terreau de son nouveau spectacle, La révolution de l'échec.

'Cette crise a été une longue période de stagnation', dit-elle. 'Comme si des démons dans ma tête me disaient que de toute façon, je ne parviendrais jamais à faire ce que les gens demandaient. Peu à peu est né en moi le désir de faire un spectacle sur cette période sombre. Tous les gens ont de tels démons, qui inhibent ce qu'ils voudraient vraiment. D'étranges sous-sols dans l'esprit. Ceux-ci causent des problèmes, mais font aussi d'une personne un être unique. Nous devrions chérir nos moments d'échec. Ne les cachez pas. Ce point de vue est si élémentaire et généralement humain. En fait, c'est La révolution de l'échec une ode à l'humanité".

Avant-première de Revolution of Failure à Oerol. photo Jochem Jurgens

Projet de fin d'études réussi

Alors qu'elle étudiait à l'Académie d'art dramatique de Maastricht, Stephanie Louwrier n'aurait pas pu deviner qu'elle en arriverait là. 'Comme projet de fin d'études, j'ai dû faire un spectacle en solo. J'ai trouvé ça terrible. Je me considérais alors comme une actrice. Ce que je voulais, c'était simplement jouer un rôle avec un texte tout fait. Faire quelque chose de mon côté et le jouer moi-même, le texte, les scènes, tout : je ne me voyais pas du tout faire ça.'

Néanmoins, elle s'est acquittée glorieusement de sa tâche. Pauvre Lola a eu beaucoup de succès. Les gens ont trouvé ça drôle. Cela m'a surpris, car j'avais l'impression d'avoir fait une performance très sérieuse.'

Boîte de compression

C'est au cours d'une représentation à De Parade qu'elle a été "découverte" et qu'on l'a qualifiée d'"artiste de cabaret". Le problème des attentes se fait de plus en plus sentir. Si vous êtes placé dans un genre, vous devez offrir ce que les fans de ce genre aiment. J'ai commencé à écrire sur le ton de la plaisanterie, pour faire passer aux gens une soirée amusante.'

'Mes spectacles ont définitivement de l'humour, même aujourd'hui. Je pense que l'humour est très important. Mais je veux pousser à bout, émouvoir les gens à travers cet humour, les sortir de leur zone de confort, leur faire ressentir de l'inconfort. Donc plus que ce que la boîte permettait. C'est devenu de plus en plus difficile. Commercialement, ce n'est pas utile si tu ne rentres pas dans un genre. On m'a donc conseillé : fais un choix, sinon tu ne deviendras pas un grand nom. Et ce dernier devrait le faire. C'est la norme.'

'C'est là que je me suis retrouvée bloquée. Je sentais la liberté dans ma tête, la créativité piétinait.'

Tout le monde est sur les nerfs

Les confrontations avec le public ont eu de nombreux côtés, y compris positifs. 'J'aime faire participer le public à la représentation. Au cours d'une représentation, j'ai parlé à une femme. Je lui ai demandé ce qu'elle voulait faire avant. Elle m'a répondu qu'elle avait voulu être danseuse, mais aussi secrètement pour les applaudissements, parce qu'elle n'en avait jamais reçu. Par la suite, je l'ai amenée sur le devant de la scène et elle a été ovationnée. Elle avait les larmes aux yeux. Oui, des moments comme celui-là sont bien sûr uniques.'

Les démons qui sont en toi

Malgré ces moments d'inspiration, Louwrier n'a pas continué ses performances. Elle a annulé tous ses rendez-vous et ses engagements. Elle est restée là. Pas de travail. Pas de perspectives. Seulement le sentiment : "J'ai échoué". Tout le monde l'avait acclamée comme "le jeune talent". De tous les côtés, les gens avaient crié : "Maintenant, ça va arriver". Au lieu de cela, elle est restée assise chez elle et a rencontré ses démons, sa peur et son insécurité. L'idée qu'elle n'avait plus aucune chance. Qu'il n'y avait plus de place pour elle.

Pendant cette période de crise, l'acteur/réalisateur Titus Tiel Groenestege est venu à son secours. Elle s'est assise chez lui à la table de la cuisine, avec une bouteille de vin. Ils ont parlé et parlé. Il l'a mise en contact avec Rudolphi Productions. J'ai commencé à parler là-bas. Je me suis rendu compte que j'étais à ma place. Rudolphi Productions est une maison de production ouverte au croisement des genres. Des idées ont surgi en moi pour faire un spectacle sur la crise que j'avais traversée. Sur les démons, la bête en moi, que j'ai dû embrasser. Lentement, la lumière et l'énergie sont revenues. J'étais tellement préoccupé par le reste du monde que je n'étais plus dans l'instant présent. Tu dois mettre ton ego de côté, car ce n'est qu'à ce moment-là que de beaux moments peuvent émerger.'

Avant-première de Revolution of Failure à Oerol. photo Jochem Jurgens

Une énergie sans fin

C'est ainsi que Stéphanie s'est libérée de la contrainte de choisir un genre particulier. 'Comment La révolution de l'échec La place qu'il devrait occuper est difficile à définir. Ko van den Bosch, qui produit le texte du spectacle avec moi et assure la mise en scène finale, donne comme description : un mélange de théâtre avec de la télévision ou du cinéma, une combinaison de rap avec des ballades et de comédie standup avec de la poésie. Mais en réalité, l'essentiel est qu'il n'est pas nécessaire de mettre des mots sur le type de spectacle que c'est. Il te suffit de le voir pour le découvrir. J'ai joué en avant-première à Oerol. Il s'est avéré que les gens ont compris sans effort ce que je voulais dire. Tu dois voir la performance comme une expérience en soi. Après, les gens sont venus me voir pour me raconter leurs propres expériences d'échec, les larmes aux yeux.'

'Le spectacle consiste à lutter contre la peur de l'échec, de la défaillance. Cette peur est une bête qui sommeille en toi. Elle se nourrit de ce que tu vis et peut surgir à tout moment. Tu n'as aucun contrôle sur elle. Le spectacle porte sur la façon dont j'essaie de supprimer cette peur. Elle se développe dans ma tête. Le fait que j'aie cette peur est quelque chose que je maudis en moi. Cela inclut mon énergie débordante. Ce que les gens voient de moi quand je suis sur scène, c'est une personne très énergique. Avec cette énergie bouillonnante, cette bête en moi se déchaîne. J'ai une relation d'amour-haine avec elle. Mon énergie fait partie de la bête, mais en même temps, elle a quelque chose à voir avec ce que je recherche.'

'Je me présente comme une femme forte. Mais c'est bien de pouvoir montrer aussi mon autre facette : laide et timide.'

Repose-toi en faisant le plein d'énergie

'Je suis plus calme dans ce nouveau spectacle, mais cette énergie est toujours là. Je ressens l'envie de laisser l'énergie circuler, d'engager les gens, de rechercher l'inconfort. Il serait tellement plus facile de faire une performance plus courageuse, à l'intérieur des lignes, juste un monologue, par exemple. Mais je n'ai pas réussi. J'ai souvent eu l'impression d'échouer parce que je ne rentrais pas dans une case.'

'Le fait que ce genre de théâtre m'attire autant, que je m'y sente chez moi, a été une véritable découverte depuis que j'ai terminé mes études à Maastricht. À l'époque, je me disais : je ne pourrai jamais faire quelque chose toute seule. Mais aujourd'hui, je trouve que c'est un soulagement. Décider moi-même de ce que je fais et de ce que je joue, alors que cela recèle aussi toujours quelque chose d'effrayant : jouer sur la vie et la mort.'

Spectacle de Stephanie Louwrier au festival d'Oerol. photo Jochem Jurgens

Place à l'improvisation

Beaucoup de choses ont changé depuis l'avant-première à Oerol. J'ai regardé l'enregistrement vidéo et je vois maintenant à quel point j'essayais encore de plaire au public à l'époque. Je reconnais l'insécurité que j'ai ressentie à l'époque. Maintenant, je suis dans un état d'esprit différent. Raconte ce que tu veux raconter, me dis-je. Les gens viendront. J'accepte la peur de l'échec. Une grande partie du spectacle est fixée, mais je garde une place pour l'improvisation. J'en ai besoin, mais cela comporte aussi des dangers. Les choses peuvent mal tourner. C'est ce qui rend les choses passionnantes.

Maintenant que je me montre telle que je veux me montrer, j'espère que les gens le reconnaîtront et se diront : "C'est ça". Je suis maintenant à deux semaines de la première et j'ai l'impression d'être face à la bête tous les jours. Je vole dans toutes les directions. La petite voix qui dit "Tu ne peux pas le faire, les gens n'aiment pas ça, ils ne te comprendront jamais". Elle résonne constamment dans ma tête. Mais je me dis : "Accepte-le. C'est ce que je suis et ce que je fais".

Matthias Mooij

L'une des scènes de La révolution de l'échec Je me suis basé sur une expérience impressionnante avec le réalisateur Matthias Mooij. J'ai travaillé avec lui. Et nous avons eu un bon déclic. En 2014, il est décédé. Avant son décès, on m'a demandé si je voulais lui rendre visite. À l'hôpital. Même à ce moment-là, la bête qui sommeille en moi s'est réveillée. "Pourquoi me demande-t-on d'aller le voir ? Nous ne nous sommes pas vus depuis longtemps. Que puis-je encore faire pour lui ?" Des non-choses comme ça m'ont traversé l'esprit quand il s'agit de quelque chose d'aussi important que la mort imminente de quelqu'un ! Je suis allé le voir. En entrant, j'ai fait une blague. Il a ri. Il était difficile d'arrêter la bête. C'est devenu une expérience très personnelle. Une scène du spectacle parle de cela.'

'J'essaie de remuer quelque chose, d'offrir aux gens une soirée agréable, mais aussi de les toucher de telle sorte qu'ils en parlent encore après la représentation. Alors, bien sûr, il peut arriver que je sois trop proche des gens qui viennent seulement pour s'amuser. Ils se sentent alors mal à l'aise. Mais je me dis maintenant : "Laissez les gens mal à l'aise être mal à l'aise. J'aime ça.

Intensément heureux

Auparavant, Stéphanie Louwrier a tenu l'un des rôles principaux dans le film. Intensément heureux. Elle y joue le rôle d'une femme qui rencontre un homme séduisant. Elle se comporte avec lui comme une femme parfaite et prospère. Mais entre-temps, des flashs insérés à plusieurs reprises montrent comment elle lutte contre son complexe d'infériorité, la critique cinglante qu'elle a d'elle-même, la conviction qu'elle ne vaut absolument pas que cet homme voie quelque chose en elle. C'est apparemment un fil conducteur dans l'œuvre de Louwrier. Cette lutte. L'extérieur éblouissant et la bataille qu'elle mène avec elle-même dans l'obscurité intérieure.

Bon à savoir Bon à savoir

La révolution de l'échecDu 4 avril au 23 mai dans les cinémas néerlandais. Première : 6 avrilDe Lieve Vrouw à Amersfoort.

Liste de lecturewww.rudolphiproducties.nl

Maarten Baanders

Journaliste artistique free-lance au Leidsch Dagblad. Jusqu'en juin 2012, employée du marketing et des relations publiques au LAKtheater de Leiden.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais