Aller au contenu

'Aucune foi dans le système' La deuxième saison de l'émission Making a Murderer de Netflix.

"Ne laisse pas Netflix te dire ce que tu dois penser". Le documentaire de Netflix Making a Murderer a provoqué un énorme émoi aux États-Unis et dans le reste du monde en 2016. La société était divisée en deux camps : ceux qui croyaient que Steven Avery était coupable et ceux qui croyaient qu'il était à nouveau innocent en prison. Des camps jumeaux . Tout comme il y a quelques semaines dans l'affaire entourant la nomination de Brett Kavenaugh à la Cour suprême. Dans le cas d'Avery, cela a donné lieu à des pétitions et des manifestations, ainsi qu'à des menaces de mort contre le shérif et le procureur, entre autres. Aujourd'hui, Netflix met en ligne une deuxième saison le 19 octobre ; Making a Murderer : deuxième partie. J'ai eu la chance de regarder quelques épisodes de la nouvelle saison en avance.

Pour ceux qui ont manqué tout cela, voici un synopsis du documentaire.

Making a Murderer

Un thriller inspiré de faits réels, filmé sur dix ans, qui raconte l'histoire d'un homme d'abord acquitté d'un crime, puis reconnu coupable dans une nouvelle affaire. Steven Avery s'est avéré, après un test ADN, avoir passé 18 ans injustement emprisonné pour viol. Cependant, deux ans plus tard, il est à nouveau arrêté, cette fois pour le viol et le meurtre de Teresa Halbach. Il clame à nouveau son innocence. Au moment de son arrestation, Steven est sur l'affaire pour dénoncer la corruption de la police locale. Avery est à nouveau suspecté. Brendan Dassey, le neveu d'Avery âgé de 16 ans - un "élève lent" avec un QI d'environ 70, ce qui est juste à la limite du retard mental - est également impliqué dans l'affaire. Brendan fait ce qui s'avérera plus tard être une déclaration forcée dans laquelle il admet que lui et Steven ont violé et assassiné Teresa. Tous deux sont condamnés à l'issue d'un long procès public.

Steven Avery a-t-il une fois de plus été piégé par la police et le système judiciaire ? Les réalisateurs de Making a Murderer font tout ce qu'ils peuvent pour en convaincre le spectateur, en présentant une histoire crédible. Alors que l'on est normalement innocent jusqu'à preuve du contraire, dans le cas d'Avery, il semble que ce soit l'inverse.

Le pouvoir des médias

Pour Making a Murderer Les médias sont devenus un bon levier pour les équipes qui tentent de faire libérer Steven Avery et Brendan Dassey. De plus, ils exposent les erreurs de la police et de la justice ; celles qui décident de la liberté de quelqu'un et, dans des cas extrêmes, de sa vie ou de sa mort. Pour Kathleen Zellner, l'avocate de Steven Avery, le moyen préféré pour attirer l'attention du public sur les erreurs de la police et de la justice est celui-ci : Twitter.

Making a Murderer : Part 2. Photo : Netflix

La lutte contre le système judiciaire

Les premiers épisodes de la deuxième saison accordent plus d'attention à Brendan Dassey ; en tant que fils et frère, en tant que personne. Nous avons également un aperçu de la situation entourant les aveux obtenus sous la contrainte et de la façon dont ses avocats actuels - "post-conviction" - se battent pour annuler la condamnation de Brendan. Après avoir traversé plusieurs disques dans le système judiciaire américain, la lumière est visible au bout du tunnel. Le juge fédéral Duffin admet que la condamnation basée sur les aveux n'est pas valide. Cependant, le procureur Brad Schimel dépose un recours contre la décision au nom de l'État. Bien sûr, car cette décision a de lourdes conséquences sur l'affaire et la condamnation de Steven Avery, dont l'affaire est basée sur les aveux de Brendan. Une fois innocenté en prison à cause de la corruption, c'est une chose blâmable, mais une deuxième fois, c'est évidemment désastreux.

Making a Murderer : Part 2. Photo : Netflix

Il n'y a pas de business comme le show-business

Comme nous l'avons déjà vu dans la première partie, les médias ont eu un impact énorme sur la perception et le déroulement de la vie d'Avery et de Dassey. La deuxième saison met également en avant cet élément. Non seulement la partie judiciaire, mais aussi l'aspect personnel. Là où il y a des caméras, il y a aussi des gens avides de leur "quart d'heure de célébrité". Dans une affaire sensationnelle comme celle-ci, il arrive que des personnes se manifestent en affirmant avoir été témoins de quelque chose ou en faisant des aveux qui ne sont pas vrais.

Making a Murderer : Part 2. Photo : Netflix

De plus, tu as (surtout) des femmes qui Making a Murderer ont suivi et sont intéressés par une relation avec Brendan ou Steven. Le sujet parfait pour le psychiatre (de télévision) Dr Phil. La fiancée de Brendan, Sandra Greenman, l'a largué pour des raisons religieuses alors qu'elle était l'invitée de Dr Phil. La deuxième saison montre qu'ils sont toujours très proches. Sa relation et ses fiançailles avec Lynn Hartman ont d'abord été tenues secrètes pour éviter les menaces (en ligne). Ironie du sort : Lynn a été mariée à un officier de police. Pendant l'émission du Dr Phil, elle était amoureuse et convaincue de son innocence. Cependant, une mise à jour un an plus tard prétend le contraire. Elle a reçu, selon elle, des lettres non déguisées et explicitement menaçantes de la part d'Avery. Il prétend l'avoir larguée parce qu'elle est une "chercheuse d'or". Qu'elle s'était engagée dans une relation avec lui pour la publicité et l'argent. Tout cela, bien sûr, ajoute à la perception de la culpabilité ou de l'innocence.

Making a Murderer : Part 2. Photo : Netflix

Quelle est la vérité ?

Dans le premier épisode, une personne impliquée fait le commentaire "Pas de foi dans le système" et cela semble être une déclaration exacte. Cela se confirme lorsque Kathleen Zellner déclare, au cours de son examen des preuves, "Ils vont regretter le jour où ils ont placé ces preuves." En tant que téléspectateur, tu es aspiré par l'histoire ; la déconstruction de l'affaire et les preuves fournies par les différents experts évoquent un sentiment primaire d'indignation et d'injustice. Quelle est la vérité ? La réponse définitive à cette question se fera probablement attendre un certain temps. Si elle vient un jour. D'ici là, Netflix et les autres médias aident effectivement le public à se faire une certaine idée.

Making a Murderer : Partie 2. Photo : netflix
Bon à savoir Bon à savoir

À partir du 19 octobre, les 10 épisodes de la deuxième saison de Making a Murderer seront disponibles sur Netflix.

Annika Hoogeveen

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais