Aller au contenu

Vincent Wijlhuizen travaille sur un festival What You See coronaproof : "un très grand groupe de personnes est désormais beaucoup moins visible". 

Immédiatement après la déclaration du lockdown en mars 2020, Vincent Wijlhuizen, cofondateur (avec Annette van Zwol et Ieme Soes) et directeur du. Festival Ce que tu voisLes membres de l'équipe du projet se sont mis au travail pour trouver des solutions de rechange pour le festival qui aura lieu à l'automne. Nous avons élaboré plusieurs plans. Nous avions déjà un plan ordinaire, qui s'adressait à tous les fonds, mais en mars, nous avons vite compris qu'il ne fonctionnerait pas. Maintenant, nous avons un plan où tout est à l'épreuve de la corrosion. Nous allons donc continuer.

Écoute cette interview Écoute cette interview
Écoute l'interview, enregistrée dans la version d'un mètre et demi de Het Gegeven Paard, le café de TivoliVredenburg à Utrecht, ici.

 

Tu vas continuer le festival. Comment ?

Nous sommes en plein dedans. Nous cherchons maintenant comment, au théâtre, nous pouvons faire en sorte que vous ressentiez une sorte d'unité, tout en gardant une distance d'un mètre et demi. Dans le théâtre de la ville, cela pourrait signifier que le public s'assoit sur la scène, sur des chaises et des bancs qui sont tous à la même distance. Nous envisageons également de donner des concerts individuels à Ekko. À Ekko, très peu de gens sont autorisés à entrer, ce serait donc une solution. Cela pourrait être très intime et spécial, et donc positif. Tu fais alors un usage positif des mesures. 

Pour le Théâtre Kikker, nous avons le projet de proposer différents spectacles en groupes dans tout le bâtiment, devant lesquels tu te déplaces en tant que spectateur. Nous soumettons maintenant ces possibilités aux créateurs. 

C'est aussi un peu étrange d'offrir de l'art à un public aussi exclusif. Un festival comme celui-ci doit avoir un attrait de masse, n'est-ce pas ?

Oui, nous invitons tous les créateurs à parler du genre, de l'identité. Ces thèmes sont très présents dans notre festival. En mars, lorsque nous avons eu nos premières conversations sur le festival nouveau style, nous avons également parlé des groupes qui ne sont plus visibles. Par exemple, les personnes trans, qui vont normalement dans toutes sortes de groupes de discussion et de soirées pour pouvoir être elles-mêmes, se montrer, se parler. Cela n'a pas été possible ces derniers mois. Tous les événements qui devaient être organisés autour de la Pride ont tous été annulés. Cela rend un très grand groupe de personnes beaucoup moins visible. 

Tu dois nécessairement retourner dans le placard ?

Oui vraiment, presque jeté en arrière. Nous cherchons donc maintenant à savoir si nous pouvons jouer un rôle dans cette nouvelle liberté. Si nous pouvons à nouveau leur offrir un grand public. Au lieu de 100, 800 personnes dans le théâtre. 

Comment fais-tu ? 

Nous pensons donc maintenant à tout faire deux, trois ou quatre fois, mais que ces personnes se croisent quelque part pour qu'il y ait une interaction. Mais à quoi ressemble cette interaction ? Après tout, on ne peut pas se tenir trop près pour se parler. 

Vous n'êtes pas seulement des organisateurs du festival WYS, vous travaillez dans des tas d'endroits différents. Votre marché a dû s'effondrer, le 12 mars dernier. 

C'était terrible, pour être honnête. Lorsque Rutte a tenu la conférence de presse, j'étais en pleine tournée d'un spectacle dans une grande salle : How I got talent for life (Comment j'ai acquis du talent pour la vie). Il y avait 200 personnes qui travaillaient dessus, et nous avons dû tous les renvoyer chez eux. Je travaille aussi pour le Theatre Festival Boulevard, et tous les projets que j'y faisais ont également été annulés. Heureusement, une version séparée est en train de voir le jour, qui est vraiment à l'épreuve des corons. Cela revient donc, mais cela a pris beaucoup de temps. 

Tu le vois aussi avec What you see partyival : avant l'arrivée de corona, nous avions un plan fantastique prêt à être mis en œuvre. Nous avons dû le retirer complètement. Nous avons dû verser pas mal de larmes à ce sujet. Parmi les artistes, le personnel. Nous avions aussi beaucoup de projets internationaux. Nous ne savons pas si tout cela pourra se faire. Sera-t-il autorisé à voler ? Les créateurs le veulent-ils ? Ces compagnies ou ces théâtres existent-ils encore ? Pour beaucoup de gens dans le secteur, ce sont des travailleurs indépendants qui ont droit à très peu de régimes. C'est difficile pour moi personnellement, mais pour eux aussi. Je suis heureuse que l'on puisse faire un peu plus maintenant, il semble donc que nous ayons un peu plus d'espace, mais alors il ne faudrait pas qu'il y ait une deuxième vague, car je crains alors que tout ferme et que nous soyons encore plus loin de chez nous. 

Tu n'as donc pas pu t'asseoir et te détendre ces derniers mois ?

Non, beaucoup de gens le pensent. Je me suis effectivement assise à la maison, mais j'ai dû parler à tellement de gens pour établir le nouveau plan, alors il n'y a pas eu beaucoup de repos. C'était une période difficile. Tous mes amis et collègues n'ont pas la vie facile non plus. Je suis heureuse que l'on y accorde désormais plus d'attention. Le secteur fonctionne grâce aux travailleurs indépendants. S'ils deviennent tous jardiniers...

Tu vas maintenant recevoir de l'argent de la municipalité pour les quatre prochaines années. Qu'as-tu fait pour convaincre le comité ?

Cette année, c'est notre troisième festival. L'essentiel, c'est que nous créons de longues files d'attente. Nous avons maintenant des créateurs avec lesquels nous avons déjà travaillé lors du premier festival. Ils sont venus jouer un spectacle lors de ce premier festival, ont fait des recherches lors du deuxième festival pour un spectacle qui devrait être présenté pour la première fois lors du troisième festival. C'est ainsi que nous créons de longues files d'attente. Nous construisons également un réseau international de créateurs et de festivals qui travaillent sur ce thème : le genre et l'identité. Nous travaillons également avec de jeunes créateurs basés à Utrecht, en collaboration avec Het Huis.

Ces longues files d'attente s'appliquent-elles aussi à de meilleures solutions pour le théâtre d'un demi-mètre ?

Nous y travaillons actuellement. Nous essayons aussi de nous en tenir à ce qui fonctionne et donc aux meilleures pratiques. Les réalisateurs peuvent alors s'engager dans cette voie. Bien sûr, il s'agit aussi de l'expérience du public. Nous obtenons également ces connaissances de nos partenaires étrangers. L'un de nos partenaires est le festival GenderBender en Italie. Il existe depuis 15 ans, et ils imaginent maintenant toutes sortes de choses. Un autre partenaire est le festival Orlando à Bergame. C'était l'un des foyers de Corona. Ils ont fait une première version d'essai de leur nouveau festival le mois dernier, et ils en font une deuxième partie en août. Nous espérons en tirer beaucoup d'enseignements.

En effet, ne devriez-vous pas organiser des festivals qui durent beaucoup plus longtemps, afin de pouvoir jouer beaucoup plus de spectacles pour ce petit public ?

C'est ce qu'ils font actuellement à Bergame. Là-bas, ils ont étalé toute la programmation pour pouvoir jouer plus souvent. Je pense que cela fonctionne très bien. Tu es alors moins coincé par le fait que tous ces gens doivent se réunir pendant ces quatre ou dix jours de festival. 

Opportunités en ligne ?

Nous avons 1 projet fait spécialement pour le online. Je suis d'accord, mais pour le reste, j'espère que nous pourrons tout faire en direct. Peut-être avec un peu moins de monde. Je suis pour que l'artiste décide comment il veut le présenter, au lieu que ce soit les circonstances qui décident comment cela doit être. Quand Corona dit que tout se fait en ligne, je n'y suis pas favorable. Dans de nombreux cas, l'Internet est un facteur limitant. 

As-tu de l'espoir ?

Franchement, pas tant que ça. Je suis pleine d'espoir parce que je vois que le secteur culturel est flexible et créatif. Je ne suis pas aussi optimiste en ce qui concerne l'environnement. La politique pourrait faire beaucoup plus. Je vois des politiciens qui veulent le faire, mais je ne vois pas que cela se produise dans la pratique. Et si Corona reste plus longtemps ? Qu'arrivera-t-il au secteur du théâtre si les petits théâtres s'effondrent ? Et si les salles de concert commencent à s'effondrer ? Qu'adviendra-t-il alors de la musique pop ? C'est là que la politique devra vraiment faire un pas en avant. Je pense que c'est possible. Il suffit qu'une personne se lève et tape du poing sur la table, qu'un nouveau ministre dise : nous allons le faire. alors c'est possible, mais il ou elle doit se lever. Je ne l'ai pas encore vue, celle-là.

As-tu des ambitions dans ce sens ?

Non. (rires) Je pense aussi qu'il doit y avoir un mandat. Il doit y avoir des partis qui donnent ce mandat, et qui ne se limitent pas aux intérêts économiques. Je vois de tels partis, mais une fois qu'ils sont au gouvernement, cela semble disparaître. Il suffit de se lever et d'avoir le courage, même si tu es au gouvernement, de dire : ça ne peut pas continuer comme ça. Je n'ai pas encore vu ces gens-là. 

 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais