Aller au contenu

Kaija Saariaho compositeur central à November Music : des timbres subtils peignent un scénario d'un noir d'encre.

Dans un Evaluation de tous les produits présente le festival de musique moderne Musique de novembre plus de musique composée par des femmes que par des hommes cette année. Hourra ! Le Coréen et Néerlandais Seung-Won Oh commence le 6 novembre avec une toute nouvelle chanson. Requiem de Bosch. La finlandaise-française Kaija Saariaho occupera le devant de la scène lors du week-end de clôture, du 13 au 15 novembre. Elle aussi a écrit une nouvelle composition : Reconnaissance (Rusty Mirror Madrigal) pour chœur, percussions et contrebasse. Cette pièce connaîtra son première mondiale au Centre d'art Jheronimus Bosch. Portrait d'un compositeur au sens du timbre sophistiqué.

Bien que je connaisse la musique de Kaija Saariaho (1952) depuis des années, je l'ai entendue pour la première fois en direct en 2005. Au Muziekgebouw aan het IJ, qui n'était pas encore officiellement ouvert, le Holland Festival a présenté la première néerlandaise de son opéra. L'amour de loin. Il décrit un jeune troubadour chantant pour un amant jamais vu. Lors de la première rencontre réelle, il meurt dans ses bras. - Elle décide alors de se faire religieuse.

Éthéré

Saariaho a réussi à capturer cette histoire improbable dans des sons brillants. 'La musique est éthérée dans le meilleur sens du terme et porteuse de désirs inassouvis', ai-je écrit. C'est comme si elle vous entourait avec amour. Le paysage sonore ressemble à une tapisserie abstraite composée d'innombrables fils aux couleurs pastel, ou à une surface d'eau mue par le vent, changeant constamment de couleur au gré de la lumière.' Je n'étais pas la seule à l'avoir apprécié, si l'on en juge par le succès mondial de L'Amour de loin. Depuis sa création en 2000, l'opéra a été joué de nombreuses fois et est devenu un classique moderne.

Après cela, Saariaho a composé trois autres opéras, dont Émilie (2008) et Seul le son reste (2015) a pu être vu dans notre pays. La première de son cinquième opéra, prévue pour l'été dernier, InnoncenceLa première a été annulée en octobre à l'Opéra national. La première néerlandaise en octobre à l'Opéra national a également été annulée. Heureusement, Musique de novembre un échantillon de près de 20 œuvres de son travail polyvalent. La sélection comprend des classiques tels que le quatuor à cordes. Nymphéa, le concerto pour violon Graal Théâtre et le concerto pour violoncelle Notes sur la lumière. En outre, des œuvres plus récentes peuvent être entendues. Par exemple Lumière et matière pour trio de piano et Lumière immobile et en mouvement pour flûte et kantele (une planche à découper finlandaise).

La pièce de résistance sera le tout nouveau Reconnaissance (Rusty Mirror Madrigal) pour chœur, percussion et contrebasse. Saariaho l'a composée à la demande de November Music et des Donaueschinger Musiktage. La première représentation était prévue dans le cadre du festival allemand, qui a cependant également été annulé. - Un coup de chance pour November Music, car une première mondiale par l'un des compositeurs vivants les plus importants au monde confère un prestige supplémentaire. Si la couronne le permet, Saariaho viendra personnellement de Paris pour une interview gratuite le 13 novembre.

Pas d'arrière-plan culturel

Bien que Saariaho ait reçu de nombreux prix internationaux et qu'elle soit aujourd'hui solide comme un roc dans le répertoire d'orchestres, d'ensembles et de solistes célèbres, une carrière de compositrice n'était en aucun cas une évidence. Elle est née Kaija Laakkonen à Helsinki en 1952 (elle prendra plus tard le nom de son premier mari). De son propre aveu, elle a grandi "dans une famille sans aucun bagage culturel". Son père était ouvrier métallurgiste, sa mère s'occupait des trois enfants. Il y avait bien une radio à l'ancienne dans la maison, que la jeune Kaija écoutait beaucoup. C'est ainsi qu'elle a commencé à s'intéresser à la musique classique.

Certaines musiques lui faisaient peur, tandis que d'autres lui plaisaient beaucoup. Sensible et imaginative comme elle l'était, elle "entendait" la musique même lorsque la radio était éteinte. La nuit, il lui arrivait de ne pas trouver le sommeil à cause des nombreux sons qui hantaient sa tête. Elle demandait alors à sa mère d'"éteindre l'oreiller". Ses parents l'ont envoyée dans une école Rudolf Steiner. Là, pendant 13 ans, ses talents artistiques et musicaux ont été encouragés et développés. C'est peut-être ce qui explique l'intérêt qu'elle porte plus tard à l'interdisciplinarité : elle mélange souvent des éléments visuels, littéraires et musicaux en un tout cohérent.

Jolie fille

Son statut de femme a constitué un deuxième obstacle. En tant que baby-boomer, Saariaho a fait l'expérience que le phénomène d'une femme compositeur était encore relativement inconnu au début des années 1970. Lorsqu'elle a posé sa candidature pour le cours de composition de Paavo Heininen, celui-ci lui a juré qu'il était complet. Mais elle ne s'est pas laissé décourager. J'avais décidé de ne pas quitter la salle tant qu'il ne m'aurait pas acceptée", commente-t-elle. 'J'étais folle, mais je savais que je ne pouvais pas quitter la pièce. [...] En fin de compte, il n'a pas eu le choix. Je suis devenue son élève.

Elle s'est avérée être la seule étudiante en composition. Certains professeurs pensaient en fait que c'était une perte de temps de l'enseigner. "Tu es une jolie fille, qu'est-ce que tu fais ici ?", demandaient-ils de façon rhétorique. Sans vergogne, certes. Mais même anno 2020 compositrices encore sous-représentés sur les scènes de concert.

Pas de deuxième Sibelius ou Ferneyhough

Quoi qu'il en soit, Saariaho a étudié en même temps que des gens comme Esa-Pekka Salonen, Magnus Lindberg et Jouni Kaipainen. Ils étaient agacés par le climat conservateur qui régnait au conservatoire. D'une certaine manière, ils ont été formés pour devenir un deuxième Sibelius, homonyme du conservatoire d'Helsinki. Insatisfaits, ils ont fondé "Korvat Auki" (oreilles ouvertes) en 1977. Au lieu de regarder le passé, ils se sont intéressés aux derniers développements en Allemagne et en France. Ils ont organisé des concerts et des séminaires pour attirer l'attention sur eux en Finlande.

Après avoir participé aux célèbres cours d'été de Darmstadt, Saariaho s'est installée à Fribourg pour étudier la composition avec Brian Ferneyhough. Le Britannique était la figure de proue de la "nouvelle complexité", une sorte de forme folle d'atonalité. Presque tout ce qui est reconnaissable à l'oreille humaine est interdit. Cela aussi révolte Saariaho. Elle n'avait pas refusé de devenir un second Sibelius pour abandonner ál les réalisations du passé. Agacée, elle observe : "Vous n'aviez pas le droit de créer des pulsations, ni des harmonies tonales, ni des mélodies. Mais je ne veux pas écrire de la musique basée sur des négations. Tout est permis tant que c'est fait avec goût.'

Timbres inédits

Lorsqu'elle entend la musique des "spectralistes" Tristan Murail et Gérard Grisey, c'est une révélation. Leur orientation vers la vie intérieure du son la séduit et, en 1982, elle part pour Paris, où elle s'inscrit à l'IRCAM. À cet Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique, elle recherche les possibilités de l'électronique par rapport à la musique. À l'aide d'ordinateurs, elle analyse le spectre des sons. À partir de ses découvertes, elle développe une sensibilité inédite aux couleurs sonores inouïes qui est aujourd'hui devenue sa marque de fabrique.

Souvent, l'électronique y joue un rôle important. Dès 1984, elle a percé avec Les verdicts, dans lequel elle construit un "orchestre à cordes" entier à partir de deux sons de violon manipulés électroniquement. Il a été suivi deux ans plus tard par le tout aussi réussi Arcs de lumièreDans cette œuvre, elle manipule le son de sept instruments à l'aide d'un système électronique en direct. Cela crée un paysage sonore irisé inspiré par les aurores boréales. Quoi qu'il en soit, Saariaho est fascinée par la lumière, comme en témoignent les nombreux titres dans lesquels ce mot apparaît. Et ce n'est pas sans raison. Tout comme la lumière peut constamment changer de couleur et d'atmosphère, elle enivre nos oreilles avec des timbres toujours différents. C'est pourquoi on la compare parfois - à son léger déplaisir - à Debussy.

L'homme et la création

Ces deux pièces révolutionnaires ne figurent pas au programme, mais il y a beaucoup d'autres beautés à entendre. Outre les classiques déjà mentionnés, des pièces moins souvent jouées seront entendues. Par exemple, l'ensemble d'étudiants fc Jongbloed, dirigé par le guitariste Aart Strootman, interprète deux œuvres pour soprano et ensemble. La vue (1996) est basé sur le texte éponyme de Friedrich Hölderlin, le texte de 2002 a été composé à partir du texte de Friedrich Hölderlin. Changement de lumière est composée d'un poème du rabbin américain Jules Harlow. Tous deux décrivent la futilité de l'homme face à la création. Ces deux miniatures illustrent bien la subtilité avec laquelle Saariaho sait traduire des idées philosophiques en une musique atmosphériquement langoureuse.

Smaakmakend is ook het concert van Dominique Vleeshouwers op 13 november, met Six Japanese Gardens. Saariaho schreef dit stuk voor slagwerk en elektronica in 1994 na een bezoek aan de tuinen van Kyoto. Naast de live gespeelde klanken triggert de uitvoerder via een computer opnames van natuurgeluiden, ritueel gezang en Japanse slagwerkinstrumenten. Het twintig minuten durende stuk biedt een staalkaart van verschillende ritmes en klankkleuren.

Voor het elektronische deel werkte ze samen met de Franse componist en multimediaspecialist Jean-Baptiste Barrière. Ze leerden elkaar kennen aan het IRCAM en trouwden in 1984. Vanaf 2007 werkt ze ook geregeld samen met hun in 1989 geboren zoon Aleksi.

An artist’s impression of NASA’s Mars Reconnaissance Orbiter above the Red Planet (c) NASA/JPL

Mars Reconnaissance Orbiter

Aleksi Barrière schreef de teksten voor verschillende koorwerken. Hij tekende eveneens voor het libretto van Reconnaissance (Rusty Mirror Madrigal) dat 14 november zijn wereldpremière beleeft. Saariaho componeerde het voor het Franse kamerkoor Accentus, dat een reputatie heeft te verliezen op het gebied van zowel oude als moderne muziek.

De titel lijkt naar deze achtergrond te verwijzen, maar dat is volgens Saariaho niet het geval: ‘Dit soort referenties had ik niet in mijn hoofd. Ik heb het koor veeleer opgevat als mensen die het verhaal van hun geschiedenis vertellen. Aleksi kwam met de titel. Deze verwijst naar verschillende dingen, maar vooral naar de Mars Reconnaissance Orbiter.’ Dit ruimtevaartuig van de NASA cirkelt al vijftien jaar rond Mars en stuurt gedetailleerde foto’s naar de aarde.

La Terre et Mars : des miroirs rouillés

Barrière zoomt in op de relatie tussen beide planeten. In vijf delen schetst hij hoe de mens stikt in zijn eigen afvalgassen en zijn heil zoek op Mars. In het afsluitende ‘Requiem’ blijken zowel Mars als de Aarde verwoest te zijn. ‘Both worlds have returned to wilderness/ Two rusty mirrors face to face,’ luidt de slotzin.

Veel wil Saariaho niet kwijt over hoe ze zo’n inktzwart, sciencefictionachtig libretto naar muziek heeft vertaald. ‘Ik heb nauw samengewerkt met Aleksi, die mijn muziek goed kent. We bespreken onze ideeën, bepalen losjes vorm en inhoud en hij biedt me nieuwe perspectieven.’ Ze stuurt me wel een schets van het stuk. Hierop lijken de vijf delen elkaar te spiegelen in een A-B-C-B-A vorm, wat mooi aansluit bij de tekst. Zo staan deel I en V in een traag tempo. Deel II en IV zijn bijna dubbel zo snel en voorzien van aanwijzingen als ‘energico’ en ‘ostinato’. Het metronoomcijfer ligt nog weer hoger in III, ‘Green House’, waarbij ook de aanduiding ‘espressivo’ staat genoteerd.

Maar, zo benadrukt Saariaho: ‘Neem die schetsen niet al te serieus, want tijdens het componeren veranderen dingen nog voortdurend.’

Naschrift 4 november. Vanwege de nieuwe coronamaatregelen van 3 november heeft November Music het hele festival afgelast. Het zal dus ook niet via livestreams te beleven zijn. Een ongelooflijke domper!

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais