Aller au contenu

Eye et l'IFFR célèbrent leur anniversaire avec Vive le Cinéma - Les cinéastes quittent l'écran

C'est à nouveau possible. Le premier seuil que je franchis à nouveau après une longue période de culture en ligne est celui de l'Eye Film Museum. En y étant enfin de nouveau pour de vrai, au milieu des installations de Vive le Cinéma. Créées spécialement pour Eye et le Festival international du film de Rotterdam, elles attendaient tranquillement un public dans l'espace d'exposition depuis quatre mois. Cette exposition organisée par Eye et l'IFFR est l'une des activités avec lesquelles ils célèbrent respectivement leurs 75e et 50e anniversaires cette année.

Le titre est plus difficile à comprendre qu'il n'y paraît à première vue. Vive le Cinéma ! Après tout, rien ne semble plus naturel pour ces deux organisations cinéphiles. Mais ce que je vois ici à Eye ne va pas de soi. Est-ce encore du cinéma lorsque je me trouve devant un écran merveilleux dans lequel je me vois comme une sorte de silhouette multicolore ?

Fantômes

The Passage, installation de Lucrecia Martel (photo : Studio Hans Wilschut)

La cinéaste argentine Lucrecia Martel (Zama) a utilisé des caméras infrarouges dirigées vers le visiteur pour ces miroirs numériques. Les formes humaines se transforment ainsi en apparitions fantomatiques. Sur l'écran, je vois d'autres silhouettes qui me rejoignent, mais quand je me retourne, je ne vois rien. S'agit-il de fantômes ?

Ceux qui liront les informations plus tard (ou avant) sur le site et regarderont l'essai vidéo consacré à Martel découvriront que cette association d'esprits n'est pas si farfelue. Le thème des peuples disparus revient également dans ses films. Ainsi, dans cet espace d'exposition physique, j'ai tout de même pénétré sans le savoir dans l'espace d'imagination virtuel du créateur. On pourrait dire . Car des installations aussi insolites peuvent bien sûr évoquer des associations très différentes.

Ainsi, le Machine pour les yeux de Carlos Reygadas quelque chose de complètement différent. Il s'inspire du fait que nous évitons généralement les regards des étrangers. C'est aussi une sorte d'inversion de la vision d'un film. Maintenant, c'est moi qui suis regardé. Reygadas a construit une attraction de type carnaval. Une sorte de carrousel de rendez-vous aveugles dans lequel tu es invité à avoir une courte conversation avec d'autres personnes au hasard. C'est très divertissant, mais peut-être un peu exagéré. Toutes sortes de règles, de caméras et d'écrans superflus me semblent un peu excessifs. Mais quand même, fais-le !

Plan sauvage

Sandra den Hamer, directrice d'Eye, se souvient que le projet est né d'une idée farfelue. Concocté il y a trois ans lors d'un déjeuner avec des collègues de l'IFFR. À savoir, demander à cinq cinéastes excentriques de quitter pour une fois la toile bidimensionnelle. On leur a demandé de réaliser des œuvres qui utilisent les possibilités de l'espace tridimensionnel.

Jia Zhang-ke (Chine), Leopold Emmen (pseudonyme commun du duo néerlandais Nanouk Leopold et Daan Emmen), Lucretia Martel (Argentine), Lemohang Jeremiah Mosese (Lesotho) et Carlos Reygadas (Mexique) ont relevé le défi. Pour certains d'entre eux, c'était même la première fois qu'ils faisaient une telle chose.

D'ailleurs, le titre complet de l'événement est Vive le Cinéma ! Art & Film. Cela indique déjà un peu plus clairement qu'il ne s'agit pas de cinéma traditionnel. Il s'agit plutôt de franchir les frontières habituelles entre les formes d'art. Avec une allusion claire aux célèbres mots d'Hubert Bals, le premier directeur de l'IFFR : "Le cinéma, c'est l'art, c'est l'art".

Que des artistes visuels passent parfois au cinéma n'est pas rare. L'inverse, comme ici, se produit moins souvent. Cela rend également moins évident ce que cela peut signifier et comment l'interpréter. Renvoie-t-il aux premières années du cinéma, lorsque toutes sortes de machines curieuses étaient également expérimentées ? Essaie-t-elle d'explorer la relation entre le spectateur et l'image ?

Expérience

Ceux qui en ont envie peuvent y attacher toutes sortes de philosophies. Mais en ce qui me concerne, tu peux aussi simplement voir le projet comme une expérience intrigante aux résultats très différents. Des œuvres d'art autour d'un jeu avec le regard et la caméra, l'image et la présence physique. Cependant, ce sont toutes des expériences qui s'éloignent de la forme narrative traditionnelle.

Deux des participants ont utilisé des images relativement familières pour créer un environnement qui invite particulièrement à une inspection minutieuse. D'autres sont allés un peu plus loin. Des installations intrigantes qu'il vaut mieux parcourir avec un esprit ouvert et la curiosité nécessaire.

5 scènes au rythme de la marche, installation de Leopold Emmen (photo : Studio Hans Wilschut)

Littéralement même, comme dans l'installation. 5 scènes au rythme de la marche de Leopold Emmen. Le fait que ce n'est pas la première fois que ce duo s'engage dans l'art de l'installation se voit dans son exécution. Elle fait référence à la façon dont Leopold s'inspire des lieux et des espaces pour réaliser ses films. Vois l'excellent essai vidéo que Jan Pieter Ekker et Dana Linssen ont réalisé à ce sujet, un très bel ajout.

Couleur et lumière

L'installation de Leopold et Emmen peut être considérée comme le lieu de tournage d'un film ultra-minimaliste. Presque tout ce que nous associons normalement à un film a été dépouillé. Pas d'acteurs, pas d'objets reconnaissables, pas d'histoire. Mais des contours spatiaux, des murs, des panoramas.

Une composition de formes épurées, de lumière et de sons. Dans l'obscurité, des couleurs changeantes brillent. Soudain, un carré blanc lumineux projeté se promène. Je vois des ombres de moi-même et d'autres visiteurs. Et il y a de la musique. Ce dernier point me semble être une réaction instinctive mineure. En effet, cet environnement évoque-t-il maintenant des sentiments par le biais de la couleur et de la lumière ? Ou s'agit-il après tout, comme c'est souvent le cas dans les films, de la bande sonore ? Pour moi, en tout cas, c'est la musique qui fait le plus gros du travail. Mais j'ai entendu dire que quelqu'un d'autre s'est complètement perdu dans le jeu calme des couleurs. Le site Web s'aventure même dans la métaphore selon laquelle tu deviens un personnage de ton propre film en te promenant ici. Qui sait ?

Quoi qu'il en soit, prends ton temps. J'y suis peut-être resté trop peu de temps pour découvrir que cinq "scènes" émergent en fin de compte. Tu ne devrais pas non plus vouloir te précipiter sur les autres installations. Le contenu conceptuel est assez élevé. Il peut être bon de faire un travail préliminaire via les textes sur le site web ou en regardant les essais vidéo liés à ce projet (consultables en ligne). Ou mieux après ? Attention : ceux qui préfèrent aller dans le vide peuvent maintenant faire défiler la section 'Films et essais vidéo'.

Le corps comme paysage

Lemohang Jeremiah Mosese (photo : Eye)

Mosese, l'un des nouveaux cinéastes africains les plus importants, a adopté une approche austère. Dans l'espace qu'il a aménagé, tu te tiens entre six écrans. Des images d'ablutions rituelles, des gros plans de mains ou de visages et d'autres moments aussi intimes et corporels. Cela évoque une atmosphère particulière. Le site Internet parle même d'une "installation bouleversante axée sur la représentation du corps des femmes noires". Mais je vois aussi des chevaux et un homme qui danse dans une transe extatique. Un panorama riche et humain, même si "écrasant" est un mot trop lourd en ce qui me concerne.

Ce qui m'a davantage interpellé, c'est l'explication que Mosese a donnée au préalable par zoom aux journalistes réunis. À savoir qu'il s'était inspiré du paysage du corps humain. Des images saisissantes qui ne font qu'augmenter l'envie de voir ses films. Des films qui sont d'ailleurs également présentés à Eye cet été. L'essai vidéo sur Mosese constitue une belle introduction.

Caméras de surveillance

Le fait qu'une approche relativement simple puisse en réalité très bien fonctionner est particulièrement évident dans l'installation. Gros plan par le cinéaste chinois Jia Zhang-ke (La cendre est le blanc le plus pur). Il fait ainsi référence à l'omniprésence des caméras de surveillance. En regardant autour de l'installation, je vois sur cinq écrans des images d'un carrefour très fréquenté d'une ville chinoise. Un enregistrement pur et simple par des caméras de surveillance, semble-t-il. Jusqu'à ce que l'une des images zoome lentement sur quelqu'un qui regarde autour de lui avec incertitude, en tripotant un bandage autour de son pouce. Cette scène a-t-elle été filmée par l'une des caméras installées autour de l'intersection, ou voyons-nous ici la main du réalisateur ? Et puis, y a-t-il d'autres choses à découvrir qui m'ont échappé au départ ?

Pour être honnête, Jia avait déjà donné un aperçu de ce qui allait se passer par le biais du zoom. C'est précisément en raison de l'abondance actuelle de séquences filmées - en particulier en Chine - qu'il s'est rendu compte que le cinéma devenait de plus en plus important. C'est le seul moyen de sortir un individu de l'anonymat. Montrer des détails humains, raconter une histoire. Les caméras de surveillance montrent tout mais ne disent rien. Ce n'est que dans les mains du cinéaste que la caméra peut raconter quelque chose de la vie.

Films et essais vidéo

Ces cinq installations sont au cœur d'un programme complet. Il y a un plateforme en ligne avec de nombreuses informations, des articles et des courts métrages. On y trouvera également les essais vidéo qui abordent, entre autres, les thèmes et les motifs des films des réalisateurs.

Certains de ces films seront également projetés à Eye au cours des prochains mois, avec des introductions. Le coup d'envoi sera donné le 16 juin avec Ce n'est pas un enterrement, c'est une résurrection par Mosese, précédé d'une conversation avec le créateur.

L'exposition était également accompagnée d'un dossier pédagogique destiné aux écoles secondaires, basé sur les travaux de Nanouk Leopold et Daan Emmen.

Bon à savoir :

Vive le Cinéma ! Art et cinéma est exposée à Eye jusqu'au 5 septembre. Tu trouveras plus d'informations et des essais vidéo sur le site dédié à l'exposition. plateforme en ligne. Le dossier pédagogique peut être téléchargé gratuitement à l'adresse suivante LessonUp.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Cultureel Lidmaatschap
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais