Aller au contenu

De nombreux théâtres se sont enrichis grâce à la pandémie. Mais leur avenir est plus sombre que jamais.

Personne ne comprend encore pourquoi les théâtres, les musées et les salles de concert doivent rester fermés, alors que les magasins et les professions de contact reprennent leur activité. Et à juste titre : nous voulons tous retrouver une vie normale, aller au cinéma ensemble, danser à un concert cool et flâner devant des œuvres d'art dans un musée. Nous avons besoin de nous détendre.

Cependant, il y a aussi un revers à tout cela, car l'impact financier d'une réouverture rapide pourrait bien être très mauvais pour le secteur artistique. En effet, les chances que les bâtiments se remplissent à nouveau sont minces, comme l'ont montré les réouvertures de l'année dernière. Tous les spectateurs ne sont pas enthousiastes à l'idée d'acheter des billets d'accès au QR, les personnes âgées en particulier (le gros du public) sont réticentes, et le mètre et demi fait de toute façon de la salle pleine un lointain mirage.

Éléphant

Les recettes d'audience seront donc à la traîne et, dans le même temps, une énorme pénurie de personnel expérimenté est apparue. Le grand éléphant dans la pièce est l'énorme offre de spectacles qui devra d'abord être éliminée avant que de nouveaux créateurs n'entrent en scène. Les gens ont besoin de certitudes et n'ont pas le choix entre une multitude de spectacles et de concerts qui n'ont guère de chance d'attirer l'attention du public.

Il y a tant d'offre, si peu de demande. En ce moment, d'ailleurs, il y a une dichotomie frappante. Les théâtres et les salles de concert, grâce à la généreuse subvention Corona, nagent pratiquement dans l'argent, tandis que les acteurs et musiciens indépendants, mais surtout les indépendants dans la technologie, l'"hospitalité" et la logistique, sont condamnés à la mendicité. Beaucoup cherchent du travail ailleurs, ou sont déjà partis.

Laisse tomber

Le soutien initial au secteur a été débloqué en mars 2020 après que... une motion du député D66 Jetten ("soutenir le secteur culturel, d'autant plus que 60% de celui-ci est composé de free-lances"). On s'attendait donc à ce que le soutien aux institutions se répercute ("trickle down") sur cet énorme groupe de travailleurs artistiques indépendants, mais cela ne s'est guère produit. Il existe des exceptions positives, comme TivoliVredenburg à Utrecht. Là, il a investi dans de nouveaux projets, son propre studio de streaming, un espace de podcasting et des concerts d'un mètre et demi dans le cadre de la série Walk The Line. Cela a permis à une grande partie de la "coquille flexible" du personnel de rester au travail.

D'autres salles ont utilisé le soutien principalement pour constituer un tampon. Cette réserve, calculée sur l'ensemble du secteur, se chiffre en millions. L'argent qui devait à l'origine soulager la détresse aiguë est donc maintenant prêt à être utilisé comme "résilience".

Tempête parfaite

La question est maintenant de savoir si cette réserve est suffisante pour faire face à la "tempête parfaite" qui nous attend après le blocage. Et surtout, on peut se demander quelles auraient été les conséquences si ce soutien s'était activement répercuté sur les indépendants qui quittent aujourd'hui (ou menacent de quitter) le secteur.

Nous l'avons examiné pour 15 institutions de premier plan, sur la base des états financiers pré-corona (2018 et 2019) et de la première année corona 2020. Ceux-ci sont publics, il s'agissait donc de rassembler les chiffres. Cela donne l'image globale suivante :

Résultats 2018 Actions 2018 Résultat 2019 Actions 2019 Résultat 2020 Actions 2020
€ 1.807.364,00 € 15.557.021,00 € 1.624.935,00 € 17.572.754,00 € 7.728.719,00 € 25.231.709,00

Les actifs de ces institutions ont augmenté de près de 8 millions d'euros en 2020. Le résultat combiné pour 2020 a été plus de 4 fois supérieur à celui de 2019 et 2018.

Pour les 15 institutions individuelles, le tableau est le suivant :

 

Le secteur pop semble être plus négativement affecté par les mesures corona que les théâtres. Cela peut s'expliquer par le fait que les établissements pop tirent davantage de revenus et de résultats de la programmation et des dépenses supplémentaires du public en matière de restauration. Le centre pop Doornroosje de Nimègue, qui a réalisé le meilleur résultat d'exploitation de son histoire récente, constitue une exception "positive".

En revanche, le secteur du théâtre a réalisé des "bénéfices" sur toute la ligne en 2020. La programmation des théâtres coûte en général surtout de l'argent. Pour cette seule raison, la suspension forcée de la programmation a eu un impact positif sur le résultat d'exploitation. Le soutien coronagraphique du gouvernement y a ajouté.

Dans les coulisses

Pour les salles de spectacle, le coronasteun a fonctionné principalement grâce au Fonds pour les arts du spectacle. Ce fonds soutenait les créateurs du secteur par le biais d'un programme appelé "Scènes de balcon", dans le cadre duquel un maximum de 7 000 euros par projet était disponible. Certains des ZZP'ers ont bénéficié de cette aide, mais un très grand nombre d'entre eux n'ont pas été aidés. C'est surtout dans le soutien en coulisses que de grandes lacunes sont apparues.

Ceci a été démontré précédemment par recherche par BoekmanLe ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sciences a annoncé en décembre que des solutions étaient recherchées. En décembre, le ministère de l'éducation, de la culture et des sciences a annoncé que des solutions étaient recherchées. L'utilisation des réserves accumulées des fonds corona pourrait-elle être une de ces solutions ?

Pas obligatoire

Selon Berend Schans, président de VNPF, il n'est pas possible de laisser le coronasteun ruisseler vers les ZZP'ers. La subvention reçue n'était explicitement pas destinée à soutenir les travailleurs indépendants. Alors que cela a été crié à la Chambre des représentants et dans les médias par les ministres et d'autres parties prenantes, les politiciens font plus pour avoir une bonne image, il n'a pas été répertorié comme tel dans la Gazette. Les instruments politiques étaient (et sont) tout simplement inexistants pour cela aussi.

'La décision de, par exemple, le dispositif Podia COVID-19 (qui n'est devenu clair qu'en juillet 2020), qui passait par le Fonds pour les arts du spectacle, ne précisait pas non plus que les fonds devaient être utilisés pour des zzp'ers ou d'autres soirées à la chaîne. Lorsqu'on lui a posé la question, le subventionneur l'a confirmé plus d'une fois.''

Responsabilité solidaire

Schans souligne également l'absence de perspectives pour les lieux pop : 'En cas de faillite prochaine possible, il faut effectivement faire preuve de prudence lors des paiements (sélectifs) à des tiers. En effet, en cas de faillite d'une fondation, le directeur peut être solidairement responsable.'

Selon la VNPF, le résultat positif a été inscrit au bilan en tant que réserve en concertation avec les subventionneurs : "Le coronavirus ne se soucie pas des années civiles. Le résultat positif qui est apparu chez certains peut donc être interprété comme une situation provisoire, car les conséquences de la pandémie sur le fonctionnement des entreprises à moyen terme sont totalement incalculables à l'heure actuelle. Les moyens sont principalement déployés pour la continuité de l'organisation. Il est loin d'être clair si les remboursements sont dus oui ou non. De nombreuses affectations finales des mesures de soutien génériques doivent également encore être finalisées.

La résilience

Marijke van der Woude, directrice du Stadsschouwburg De Harmonie, souligne également le danger imminent que l'économie ne revienne pas simplement à son niveau antérieur : 'De Harmonie reconnaît évidemment pleinement la grande importance des fabricants indépendants, des techniciens et autres professionnels pour le secteur culturel. Tout comme le personnel permanent des institutions culturelles, ces indépendants sont un élément indispensable de l'infrastructure culturelle finement réglée.'

'Pour que le secteur fonctionne à nouveau correctement, il faut beaucoup de résilience dans la période à venir. L'ensemble du secteur bénéficie du fait que les théâtres continuent à fournir un noyau stable d'emplois, y compris aux indépendants. Cela nécessite une politique financière raisonnable et à long terme.'

Le capital culturel

'Le soutien que nous avons pu recevoir en 2020 a définitivement aidé notre organisation. En conséquence, il n'y a pas eu de licenciements forcés et nous avons pu montrer à l'époque et aujourd'hui que nous sommes prêts à ouvrir le théâtre à notre public, aux créateurs et à d'autres organisations dès que possible. Le fait que parmi eux se trouve un grand groupe d'indépendants va de soi.'

'Le montant du soutien que nous avons reçu sur la base du Podia Regeling Covid-19 (et de l'abondement municipal correspondant) a été en grande partie déterminé sur la base de l'année de référence 2018. Cette année-là a été une année de pointe pour nous en raison de la capitale culturelle de Leeuwarden. Par conséquent, le soutien que nous avons reçu dans le cadre de ce dispositif en 2020 était lui aussi relativement élevé.

Classement

'Mais surtout, nous devons réaliser que le résultat de 2020 n'est qu'une étape intermédiaire dans une pandémie aux conséquences sans précédent dans laquelle nous sommes encore.'

Pour le secteur des arts du spectacle, l'avenir n'est donc pas du tout assuré. Ouvrir trop tôt pourrait s'avérer bien pire qu'une réouverture par étapes. Les réserves accumulées pourraient s'évaporer avant même que tu t'en rendes compte, notamment parce qu'elles n'ont pas été utilisées pour étayer la coque souple.

Que cela ne fasse que rendre les choses plus difficiles pour les indépendants du secteur devrait être évident.

Bon à savoir Bon à savoir

Les 15 théâtres interrogés avec le soutien qu'ils ont reçu du fonds pour les arts du spectacle sont :

Nom de scène Montant alloué FPK Résultat 2020
Paradiso Amsterdam € 1.000.000,00 – € 303.000,00
Popcluster (013 Poppodium) € 1.000.000,00 – € 92.149,00
Tivoli/Vredenburg € 1.000.000,00 – € 193.014,00
Fondation Galaxy € 933.298,00 – € 11.000,00
Le Concertgebouw N.V. € 870.331,00 € 95.416,00
Les objectifs € 802.838,00 € 582.000,00
Stadsschouwburg Nijmegen et Concertgebouw De Vereeniging € 647.514,58 € 882.554,00
Wilminktheatre et centre musical Enschede € 599.234,00 € 1.043.687,00
Parkstad Limburg Théâtres € 581.000,00 € 804.000,00
La belle au bois dormant € 562.378,00 € 903.541,00
Muziekgebouw Eindhoven N.V. € 558.536,06 € 35.958,00
Théâtre Orpheus € 545.243,00 € 553.000,00
SPOT Groningen € 500.000,00 non publié
Stadsschouwburg et Philharmonie Haarlem € 491.090,00 € 890.428,00
Théâtre De Meervaart € 480.350,00 € 789.000,00
Théâtre municipal De Harmonie € 469.978,81 € 1.311.130,00

Cet article fait partie d'une série écrite en collaboration avec Wijbrand Schaap.

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais