Aller au contenu

Versace a brisé l'image traditionnelle de l'homme et de la femme" - exposition sur le créateur de mode et "roi du kitsch" Gianni Versace au musée Groninger. 

Pourquoi la plus grande rétrospective sur le créateur italien Gianni Versace est-elle encore exposée à Groningue ? "Pourquoi pas ?" plaisante Andreas Blühm, directeur général du musée Groninger. En effet, ce choix semble bizarre, mais en y regardant de plus près, tu découvriras quelques points communs entre le musée du nord terre-à-terre et le maximalisme de Gianni Versace, qui aurait eu 76 ans le 2 décembre (Versace a été assassiné en 1997).

Le musée Groninger, par exemple, qui se distingue par ses carreaux aux couleurs vives à l'extérieur et ses mosaïques à l'entrée, a été conçu par le designer italien Alessandro Mendini (1931-2019). Comme Versace, il a adopté une approche postmoderniste pour ses créations, s'inspirant de sources variées, expérimentant des formes, des couleurs et des objets de la vie quotidienne. À leur manière, Versace et Mendini ont tous deux contribué à une nouvelle esthétique dans le design italien. En outre, Versace est connu pour avoir possédé une paire de vases en verre de Mendini, qui ont été vendus aux enchères à New York en 2005.

Expositions de mode accrocheuses

Le musée Groninger se concentre particulièrement sur le design à l'état brut et a déjà présenté des expositions de mode réussies de créateurs tels que Viktor&Rolf, Alaïa et Vivienne Westwood. S'agira-t-il donc d'une "exposition à grand spectacle", attirant un large public, où le divertissement primera et où la transmission de connaissances sera secondaire ?

Rien n'est plus faux, selon le conservateur invité et commissaire d'exposition allemand Karl von der Ahé : "La coopération avec un musée n'est avant tout pas basée sur des aspects commerciaux. Bien sûr, les coûts de notre travail et les services des prêteurs des œuvres originales doivent être couverts, mais la qualité du musée coopérant et de son équipe est toujours au centre."

"Nous avons trouvé cette qualité au musée Groninger et nous sommes très heureux de cette coopération réussie", souligne von der Ahé. "Nous avons également ajouté ici et là dans l'exposition des œuvres issues de la collection du musée, notamment des pièces de design contemporain, des peintures, des livres et des magazines", ajoute Fabienne Chang, conservatrice au musée Groninger. "Cela permet de placer le travail de Gianni Versace dans un contexte artistique plus large".

Supermodèles et amazones

Versace a capitalisé sur notre besoin de nous démarquer. Il aimait les "amazones" fortes, comme sa sœur Donatella, qu'il aimait mettre en valeur dans ses vêtements provocants. Les créations de Versace ont parfois suscité la controverse. En particulier, sa "collection bondage", dans laquelle il opposait des éléments durs sous forme de boucles, de ceintures et d'épingles de sûreté XL à du cuir souple, a d'abord été largement critiquée par la presse. Cette dernière a répondu par des cris tels que : "chic ou cruel ? Pourtant, pour Versace, cette sexualité brute était en fait un symbole de force.

Versace a brisé l'image traditionnelle homme-femme en concevant des vêtements séduisants pour les deux sexes, et a également permis aux hommes de montrer leurs seins plus souvent que les femmes. Son homosexualité affichée a fait de lui une figure importante du mouvement LGBTQ.

Un spécialiste du marketing intelligent

Versace était également un habile spécialiste du marketing, s'entourant de célébrités pour promouvoir sa marque. Celles-ci étaient toutes incluses dans ce que l'on appelle sa "famiglia". Les influenceurs d'aujourd'hui doivent beaucoup à Versace, selon Chang : "Si nous examinons l'influence de Gianni Versace sur le phénomène actuel des influenceurs, nous devons commencer par l'association étroite de Versace avec des célébrités et des top-modèles comme Naomi Campbell, Claudia Schiffer et Linda Evangelista, qui sont devenues des "ambassadrices" de sa marque."

"Les top-modèles, en particulier, avec lesquelles il a souvent travaillé pendant des années, les habillant sur et en dehors des podiums et les faisant figurer dans ses campagnes publicitaires, constituent un premier exemple d'influenceur. Elles se rendaient à des défilés de mode et à des soirées, toutes parées de Versace, puis c'étaient les paparazzis et la presse qui 'partageaient' les photos de leurs tenues, et ce qu'elles avaient à dire. Ainsi, bien que le mode de production (prise de photos, partage de contenu, création de publicités) se soit déplacé vers les influenceurs eux-mêmes aujourd'hui, l'économie de l'attention est fondamentalement restée la même."

Cette robe

La robe de Liz Hurley. Source : Musée Groninger

Lorsque l'actrice britannique Liz Hurley a accompagné l'acteur Hugh Grant sur le tapis rouge de la première du film Quatre mariages et un enterrement en 1994, sa robe Versace en soie noire, avec de grandes épingles à nourrice dorées des deux côtés, a fait l'objet d'un battage médiatique.

Selon Von der Ahé, c'est le vêtement qui illustre l'impact de Versace en tant que créateur. La robe, bien nommée That Dress, est prêtée par le Metropolitan Museum of Art de New York.

Une autre robe emblématique, également vue à Groningue, est la robe scintillante portée par la princesse Diana sur la couverture du Harper's Bazaar en novembre 1997. Diana portait plus souvent des créations Versace pour faire une déclaration.

Italodisco

Outre la couture, la rétrospective Gianni Versace présente également des images de campagnes, des livres et d'autres objets qui démontrent l'impact et la polyvalence du créateur italien. Il s'agit notamment d'une salle dédiée à la culture pop américaine des années 1990 (dont une robe constellée de portraits de Marilyn Monroe réalisés par Andy Warhol), et d'une salle présentant des vêtements inspirés de l'époque dite "Italodisco".

Pourquoi le maximalisme de Versace correspond-il si bien à cette époque troublée et aux jeunes générations d'aujourd'hui ? Selon Chang, l'"automédiatisation" de Versace (il faisait régulièrement des dons aux musées), tout d'abord, pourrait être l'une des raisons pour lesquelles, parmi tous les créateurs à succès de son époque, beaucoup pensent encore qu'il est l'un des plus importants. De plus, après sa mort meurtrière, filmée dans la série Netflix The Assasination of Gianni Versace : American Crime Story, tout le monde, y compris les jeunes générations, a soudain su qui il était.

Entreprise familiale

Selon Chang, si Versace est aujourd'hui si populaire auprès des jeunes, c'est en partie grâce au facteur nostalgie et aux références aux années 90 ; Versace était très populaire auprès des rappeurs dans les années 90. Selon Von der Ahé et Saskia Lubnow, conservatrice invitée allemande, l'amour pour les années 80 et 90 est aussi en partie dû à la haute qualité de la mode fabriquée au cours de ces décennies. Cette mode était encore basée sur l'artisanat, avec toutes les qualités qui en découlent.

"De nombreuses entreprises de mode étaient des entreprises familiales avec un savoir-faire qui s'inscrivait dans cette tradition", explique Von der Ahé. Il en va différemment aujourd'hui chez de nombreuses marques de mode mondiales, qui utilisent les anciens noms de famille pour leur marketing, mais n'ont plus de "racines authentiques", selon les conservateurs. Enfin, le caractère distinctif des vêtements de Versace est désormais utile sur les médias sociaux, et les créations de Versace s'inscrivent également parfaitement dans le phénomène de "l'habillage à la dopamine". Il s'agit d'utiliser les vêtements pour stimuler l'humeur pendant les périodes chaotiques.

Donatella

Après la mort de Versace à l'âge de 50 ans en 1997, sa sœur Donatella lui a succédé. Son travail ne figure pas dans l'exposition. Les conservateurs ont une explication simple à ce sujet : "Notre travail s'est terminé avec la mort de Gianni Versace en 1997 et les collections qu'il avait développées jusqu'alors. Il s'agit de revenir sur lui en tant que personne et en tant que créateur de mode."

Pourtant, l'influence de Gianni est encore clairement visible aujourd'hui dans les créations provocantes et puissantes de la marque, où les éléments de bondage, les couleurs frappantes et les looks "hypersexy" font toujours leur apparition.

Bon à savoir Bon à savoir
Rétrospective Versace à Groningue. Expo jusqu'au 7 mai 2023. Informations.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais