Aller au contenu

Si quelqu'un doit être responsable, pourquoi pas l'écrivain ? Helmert Woudenberg et José Kuijpers jouent dans "Blind", le premier film du scénariste Lot Vekemans. 

"Ce que j'aime vraiment, c'est que Lot Vekemans, l'écrivain, voit et entend comment certains textes ne vont tout simplement pas, ou ne le font pas. J'accorderais cela à plus d'écrivains." L'actrice José Kuijpers joue aux côtés de Helmert Woudenberg dans la pièce Blind de Lot Vekemans. La pièce sera présentée pour la première fois à la compagnie brabançonne Matzer le 22 octobre.

Vekemans est une écrivaine primée, aujourd'hui l'une des plus performantes des Pays-Bas. Elle a basé cette pièce sur une expérience qu'elle a vécue en Afrique du Sud. Un vieil homme, joué par Woudenberg, s'est caché dans un... 'composé', un lieu de vie entouré d'une clôture, où il se protège de la société derrière une clôture avec des gardes armés.

Vieux hommes blancs

"Des hommes âgés, blancs et riches qui se sentent seuls, qui deviennent vulnérables : leur temps est peut-être révolu". explique José Kuijpers, l'homologue de Woudenberg. "C'est une vulnérabilité et une douleur très spécifiques". Kuijpers joue le rôle de la fille du vieil homme. Elle se tient les deux pieds dans la société dont l'homme veut se fermer. Elle est mariée à un homme noir et s'engage à aider les victimes du racisme dont son père est également coupable.

" J'aime beaucoup Lot Vekemans : elle s'y attaque, sans pitié. Mais elle fait aussi preuve d'empathie. De l'empathie pour la vulnérabilité et la solitude. Il se retranche derrière des murs pour ne pas voir que le monde a changé."

Quelqu'un doit être responsable

Dans ce podcast, Kuijpers et Woudenberg parlent de la pièce et de ce que c'est que de travailler avec un metteur en scène qui est en même temps l'auteur de la pièce et qui n'a jamais mis en scène un spectacle auparavant.

Woudenberg dit quelque chose de gentil à ce sujet : "Si quelqu'un doit être responsable, pourquoi pas l'écrivain ?". Qui sait exactement ce qu'elle veut dire. Tu as quand même une chance qu'il y ait un bras de fer entre le réalisateur et l'écrivain en termes d'interprétation."

Lot Vekemans lui-même tient à préciser que la pièce ne se déroule pas en Afrique du Sud :
"L'inspiration se trouve en Afrique du Sud et il y a des références à une société comme l'Afrique du Sud, mais c'est un monde abstrait qui pourrait se dérouler dans plus d'endroits."

Écoute le podcast ici

La première de la pièce Blind de Lot Vekemans aura lieu le 21 octobre à la Verkadefabriek. Informations via Matzer.
Lis la transcription éditée du podcast ici :
Bienvenue dans le podcast de Culture Press. Aujourd'hui, nous sommes à Den Bosch, au Verkadefabriek, où Matzer répète les dernières touches de la pièce Blind avec Helmert Woudenberg et José Kuijpers. Une pièce de Lot Vekemans, l'écrivain néerlandais le plus joué, du moins à l'étranger. Il est connu pour la pièce Gif, qui a connu un succès mondial. Cette fois-ci, Lot Vekemans n'est pas seulement l'auteur de la pièce, mais aussi le metteur en scène.

Helmert Woudenberg, juste un instant pour ceux qui n'auraient pas été attentifs ces dix dernières années, est bien sûr connu comme un créateur du Work Theatre dans les années 1970. Quelqu'un de très doué pour raconter sa propre histoire. Il est célèbre pour ses monologues sur des sujets parfois assez compliqués. José Kuijpers a beaucoup joué avec Onafhankelijk Toneel à Rotterdam. Malheureusement, cette compagnie est morte lors des coupes budgétaires des 15 dernières années.

Blind, de quoi s'agit-il ?

Helmert Woudenberg

Il s'agit d'une personne qui devient aveugle, un père et une fille, en Afrique du Sud, bien que ce pays ne soit pas mentionné nommément. Un pays, pourtant, où le pouvoir colonial blanc a dû céder la place à un pouvoir local. Et l'homme est plutôt de droite. À cet égard, il a sûrement été un partisan de l'apartheid. Encore une fois : l'apartheid et l'Afrique du Sud ne sont pas abordés, ils existent, mais tu n'as pas l'impression qu'ils vont dans ce sens. Il a une fille et leur relation est assez perturbée, principalement à cause de ce racisme.

Ils s'entendaient donc très bien. Il était très heureux avec sa fille et elle était très fière de son père lorsqu'elle était enfant et à un moment donné, à l'adolescence, lorsqu'elle s'est aussi liée d'amitié avec des garçons noirs, le poison du racisme s'est infiltré dans la relation, d'une manière terrible. Elle a épousé un homme noir et je (en tant que père) n'ai jamais rencontré cet homme et je ne veux pas le rencontrer.

Je suis aussi dans une enceinte comme en Afrique du Sud, qui est le modèle pour le Lot. Il y a une surveillance stricte lorsqu'il y a des dangers dans l'enceinte. Des hommes avec des mitraillettes et s'il y a un danger, les volets se baissent et tout le monde doit tout verrouiller. Et il n'aime pas venir avec ça, mais il sent qu'il a besoin de quelqu'un pour s'occuper de lui à long terme et il espère que sa fille le fera. Alors par toutes sortes de prétextes, il arrive à la réclamer (" la femme de ménage n'est pas là, tu peux aller chercher les courses pour moi ? ").

Au moins, il a essayé de se lier à elle, ou de rétablir le bon lien qu'ils avaient autrefois. À un moment donné, il y a une telle alarme, puis les volets se baissent et tout est verrouillé. Cela signifie qu'ils sont coincés l'un avec l'autre jour et nuit parce qu'elle ne peut pas sortir de là.

Wijbrand Schaap

Situation idéale pour une pièce de théâtre, il me semble.

Helmert Woudenberg

L'un pour l'autre...

José Kuijpers

...Condamnés.

Wijbrand Schaap

José Kuijpers, tu joues le rôle de la fille. Qu'est-ce que ça fait d'être sur le parquet avec quelqu'un comme Helmert Woudenberg ?

José Kuijpers

Très bien.

Helmert Woudenberg

Cela s'est déjà produit auparavant. Nous nous connaissons.

José Kuijpers

Nous avons beaucoup joué ensemble au sein de la troupe de théâtre Jan Vos.

Helmert Woudenberg

À Mansholt, nous étions mari et femme. Père et fille dans le vent.

José Kuijpers

Il s'agit de représentations en extérieur. Vous n'êtes pas seulement assis ensemble pendant les deux heures qui suivent la représentation, mais vous êtes tous à l'hôtel et sur place. Vous avez une petite tente, où l'on mange et où l'on parle. Vous vivez alors les uns avec les autres. Pendant plusieurs étés, nous avons fait comme ça, parce que Mansholt a été repris plusieurs fois. Et Wind, nous venons aussi de passer trois mois les uns avec les autres..... Là, nous avons également joué le rôle du père et de la fille.

Je me souviens d'Helmert quand j'étais étudiant. J'avais l'habitude de déchirer des billets à Baal. J'ai vu ces spectacles à Baal jusqu'à 40 fois. Je préférais m'asseoir dans la salle de spectacle.

Wijbrand Schaap

Baal était l'ensemble de Leonard Frank dans les années 1970. Célèbre dans le monde entier, bien sûr. Grâce à Leedvermaak de Judith Herzberg.

José Kuijpers

Je l'ai regardé à l'infini et j'ai vu Helmert jouer de nombreuses fois. Je peux donc réciter toutes les scènes que tu avais déjà oubliées.

Helmert Woudenberg

Je ne connaissais José que par le groupe de théâtre Jan Vos. Chez Mansholt, j'ai rencontré José pour la première fois.

José Kuijpers

Bien sûr, nous venons tous les deux de collectifs pas vraiment purs, mais d'entreprises avec une forme de travail très collective.

Helmert Woudenberg

Comme nous le faisons au Toneelgroep Jan Vos. Mais dans une certaine hiérarchie. Jeroen van den Berg est un metteur en scène, mais c'est aussi quelqu'un qui est en concurrence avec toi sur un pied d'égalité. Je me sens très à l'aise au Toneelgroep Jan Vos, alors qu'avec d'autres choses où il y a vraiment un leader artistique... un leader qui détermine tout, j'ai des problèmes avec ça à cause de mon passé collectif. En fait, je jure toujours par le collectif, par l'égalité.

José Kuijpers

J'ai travaillé brièvement avec Het Zuidelijk Toneel lorsque Matthijs Rümke était encore en vie. J'ai également trouvé cette période difficile. Tu es un pion dans un format. Quelqu'un propose un format et vous y travaillez. C'est dans un processus collectif que je m'épanouis le mieux.

Wijbrand Schaap

Êtes-vous des personnes qui ont des problèmes d'autorité ? Il y a encore beaucoup d'acteurs qui aiment vraiment que quelqu'un leur dise quoi faire. Tu n'appartiens pas à ce genre.

José Kuijpers

J'aime bien réfléchir. Je suis peut-être plus une actrice qui réfléchit.

Helmert Woudenberg

Dans une grande compagnie, c'est vraiment le directeur artistique et l'auteur qui comptent. Et puis tu as l'impression que les acteurs sont les fantassins ou les artistes reproducteurs.

José Kuijpers

Faire des acteurs que nous sommes.

Wijbrand Schaap

Cette pièce de théâtre Blind, écrite par Lot Vekemans, est également mise en scène par Vekemans. Normalement, les dramaturges, les acteurs et les metteurs en scène ont tendance à considérer le texte d'une pièce de théâtre comme un demi-produit, c'est-à-dire un matériau avec lequel les acteurs et le metteur en scène peuvent principalement faire ce qu'ils veulent. Mais là, c'est l'auteur lui-même qui te dit ce que tu dois faire.

José Kuijpers

Cela s'est développé de façon très organique. Nous avons commencé à donner des conférences. Nous étions tellement engagés dans le sujet et la pièce qu'à un moment donné, nous nous sommes dit : En fait, nous avons déjà commencé. Puis nous nous sommes demandé si nous devions trouver un autre metteur en scène pour pondre un autre œuf avec ça. J'ai alors dit à Lot : pourquoi ne le fais-tu pas toi-même ? Et elle a rapidement répondu "oui".

Helmert Woudenberg

Si quelqu'un doit être responsable, pourquoi pas l'écrivain ? Elle sait exactement ce qu'elle veut dire. Mais encore une fois, tu as toujours une chance que ce soit un bras de fer entre le réalisateur et le scénariste en termes d'interprétation.

José Kuijpers

Lot nous lit vraiment. Et quand vous avez l'écrivain comme metteur en scène, et surtout avec ces pièces de Lot, vous travaillez toujours de manière très concise et essentielle. Elle sait pourquoi elle a écrit ça, donc tu peux aussi poser des questions sur les sources. Je pense donc que c'est très riche et Lot peut très bien voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans notre pièce.

Helmert Woudenberg

C'est une sorte d'égalité après tout. Nous sommes trois assis ici et non pas deux acteurs performants qui fournissent leurs services au génie créatif. C'est très égal.

Wijbrand Schaap

Theu Boermans, également un metteur en scène très axé sur le texte, disait presque à ses acteurs où l'accent devait être mis. Si tu es auteur et aussi réalisateur et que tu entends un acteur prendre un mauvais accent, ou mettre un mauvais accent dans une phrase, à quel point est-ce difficile ?

José Kuijpers

Avant tout, Theu était aussi un acteur. Et Lot ne l'est pas, bien sûr.

Helmert Woudenberg

Parfois, les choses doivent être féroces. Puis elle dit "c'est trop intense". Et là, je le comprends aussi.

José Kuijpers

Nous avons aussi des discussions, tu sais. Ensuite, quelque chose est dit et je me dis : "C'est dit trois fois. Tu ne peux pas l'effacer deux fois ? Alors nous le dirons une fois". Ou bien : "Qu'est-ce que tu veux dire par cette phrase ?" "Oui, mais ce n'est pas ce qui est dit. Alors disons-le". Le texte va et vient.

Helmert Woudenberg

Il y a aussi une scène qui s'est retrouvée soudainement là, non pas qu'il s'agisse vraiment d'un conflit, mais j'ai dit : "Je ne peux pas jouer ça". Ce à quoi Lot a répondu : "Alors, il va falloir la réécrire".

Wijbrand Schaap

Peux-tu nous parler de tes limites ?

Helmert Woudenberg

Il y avait une scène à la fin qui révélait que la mère d'Helen, et donc la femme de mon personnage, avait gardé un secret pendant 20 ans. Et cela a été révélé assez crûment, Alors que la fille s'est également révélée être dans le complot.

Wijbrand Schaap

C'est une superposition extrêmement belle, cependant.

Helmert Woudenberg

Il est toujours là.

José Kuijpers

Mais c'est beaucoup plus passionnant maintenant. Ce que j'aime vraiment, c'est que Lot, l'écrivain, dans ce cas, voit et entend comment certains textes ne vont tout simplement pas, ou ne le font pas. J'accorderais cela à plus d'écrivains.

Wijbrand Schaap

J'ai une attitude très ambivalente à l'égard du théâtre d'improvisation. Un auteur peut trouver dans son étude des boucles et des tournures pour les personnages que tu ne peux pas trouver toi-même en tant qu'acteur, alors tu dois repousser les limites. Si tu les inventes toi-même, le risque de rester dans ta zone de confort familière est assez élevé.

José Kuijpers

C'est un texte très fort hein, qui nous demande aussi beaucoup. C'est aussi un texte très précis et nous répétons très précisément. Il s'agit vraiment d'un seul mot.

Helmert Woudenberg

Avec mes solos, je travaille de la même manière qu'avec le Working Theatre. Donc complètement sur ma propre intuition, mais après la première, je n'improvise plus rien. C'est alors une partition. J'ai fait mon premier solo sans rien écrire, mais il était complètement fixé. Quand tu fais une partition, tu comprends.

Wijbrand Schaap

Tu donnes souvent l'impression d'être très libre pendant le spectacle, comme si tu pensais à tout sur le champ.

Helmert Woudenberg

Jouer la comédie, ça n'existe pas. Mais regarder, parler, écouter et avoir le besoin de faire ce que tu fais.

José Kuijpers

Alors que, bien sûr, nous sommes tous les deux assez décontenancés par Lot lorsque nous illustrons, par exemple.

Wijbrand Schaap

Cite un exemple.

José Kuijpers

Quand tu t'assois et que tu illustres que tu es en train d'attendre. Lot a un sens de la scène très pur je pense : "Attends simplement". Bon, bon, ce sont des choses fondamentales, bien sûr. Cette partition, nous la partageons.

Helmert Woudenberg

Elle est la créatrice de la partition.

Wijbrand Schaap

Il se déroule en Afrique du Sud. J'ai compris, d'après la publicité, qu'il est également basé sur ma propre visite en Afrique du Sud, où il existe ce genre de gated communities, comme on les appelle en Amérique. Nous les appelons des cours, mais avec une clôture autour.

Helmert Woudenberg

Et certainement pas de cours intérieures.

Wijbrand Schaap

Comment se fait-il pour toi que ce soit l'Afrique du Sud et non les Pays-Bas ?

Helmert Woudenberg

Il s'agit d'une sorte de racisme, d'une sorte de haine aveugle. Lors d'une visite, quelqu'un a dit : " Je n'arrêtais pas de penser à ce qui se passe en Israël en ce moment, cette haine aveugle de l'étranger, de ces gens qui ne sont pas nuls ! Exterminez-les !

José Kuijpers

C'est aussi un peu une question de génération. C'est un homme blanc plus âgé, très riche, qui s'enferme peu à peu dans sa propre sécurité, se sent seul, devient vulnérable, et a donc besoin de quelqu'un de toute façon. Je pense que c'est un phénomène qui se produit. Des hommes blancs riches plus âgés qui se sentent seuls, qui deviennent vulnérables. Leur temps est peut-être révolu. C'est une vulnérabilité et une douleur très spécifiques. Et j'aime beaucoup le point de vue de Lot : elle l'aborde, sans pitié. Mais elle fait aussi preuve d'empathie. De l'empathie pour la vulnérabilité et la solitude. Il se retranche derrière des murs juste pour éviter de voir que le monde a changé. C'est peut-être en partie un vœu pieux de ma part, mais je pense à beaucoup de ces dirigeants à l'ancienne, que leur temps est écoulé.

Wijbrand Schaap

Alors tu ne dois pas leur dire, car cela les rend encore plus agaçants.

José Kuijpers

Cela s'accompagne d'une douleur spécifique. Cet homme n'est pas habitué à subir des revers. Les choses se sont toujours passées comme il le souhaitait, toujours.

Helmert Woudenberg

Il sait très bien raisonner et se défendre cependant pour qu'aucune épingle ne puisse être mise entre eux. Ceci est également bien écrit. Il n'est pas sans ambiguïté. En fait, c'est l'idéalisme contre le nihilisme. Il lui dit à un moment donné : "Tu es la femme la plus forte que j'ai jamais vue". À la toute fin . "Je ne connais personne qui soit aussi inébranlable. Je pense que beaucoup de gens ont peur de ça", dit-il et elle lui répond alors : "Tu en as peur aussi ?". Puis il dit : "Je suis un pragmatique, ils ne sont jamais aussi inébranlables".

José Kuijpers

C'est une façon totalement différente d'être dans le monde. Et en cela, Blind n'est pas seulement la cécité littérale de cet homme, mais la cécité dans un sens plus large : comment regardes-tu le monde et veux-tu voir tout ce qu'il y a à voir ? Est-ce que tu regardes ces autres quartiers ? Cela vaut pour ta rue, mais aussi pour les Palestiniens : Regardes-tu ou es-tu aveugle ?

Helmert Woudenberg

Ce sont toutes des choses qui sont en fait en sommeil depuis des années.

José Kuijpers

Cette vulnérabilité de ces hommes plus âgés, c'est quelque chose que je signale et qui me touche aussi et j'en suis également heureuse. À l'époque de Dans la Corona, j'ai commencé à aider les familles à concevoir leurs funérailles. J'allais parler aux familles pendant très longtemps, puis je rédigeais les obsèques et je les présidais aussi. Ces veufs... J'ai remarqué que je me retrouvais effectivement dans ma bulle théâtrale. Tout à coup, je me retrouvais au milieu de la société avec toutes ces familles. Les veufs plus âgés, c'est vraiment très poignant. Ceux-là se sont accrochés à mes yeux. Cette impuissance totale. Ces hommes ne savaient pas qu'ils avaient un ventre. Et soudain, ils ont un trou dans le ventre parce que cette femme est morte. Ce désespoir.

Wijbrand Schaap

Helmert, comment évites-tu toi-même de devenir un bloc de béton coincé ?

Helmert Woudenberg

Je ne joue pas pour vivre, je vis pour jouer. Pour être si engagé dans le monde et et et impliqué. Pour faire du théâtre sans qu'ils soient un pamphlet. Pour faire du théâtre qui touche. Beaucoup d'acteurs âgés boivent de toute façon quand ils arrêtent de jouer. Mais je peux encore le faire et je ne finis jamais là quel est le phénomène de jouer, ce que cela peut faire, que vous pouvez réellement, pour le dire en grand, soulever le temps et l'espace.

Je n'aime pas non plus une prestation où l'on se dit : "Quelle belle prestation que celle-là. Bien fait, bien dit." J'ai connu un couple qui ne va jamais au théâtre et qui est allé voir iphigeneia. Cette pièce mesure Agamemnon qui doit sacrifier sa fille pour sa carrière. Et après, tu demandes à ce couple : Comment c'était ?" "Oui, merveilleux, ces costumes et si bien parlé et à l'époque dans ce vieux temps..."

Je préfère une représentation que tu n'as pas avec ce couple, que l'homme dise : "Mais cet homme est le chef de l'armée. Qu'est-ce que tu veux qu'il fasse. Il est à la tête de tout le pays !". Ta fille ? C'est sûrement une frayeur ! C'est une bonne performance. Joop Admiraal me racontait qu'il avait assisté à une représentation, avec Ramsès encore à l'époque, d'une compagnie allemande. Un acteur très célèbre y jouait Wilhelm Tell. Au début, ils se sont dit : "Nous allons avoir la Deutsche Gründlichkeit, nous allons partir". Jusqu'au moment où cet acteur est entré en scène et où toute la salle est devenue silencieuse, alors qu'il ne faisait pas grand-chose. La bouche ouverte, ils regardaient l'homme qui jouait Wilhelm Tell.

Wijbrand Schaap

Un talent que Joop Admiraal maîtrise extraordinairement bien. Toi aussi, d'ailleurs. Tu es aussi un acteur avec lequel si tu fais monter une lettre dans un rôle secondaire au fond à gauche, que le public se tait et te prête attention, cela arrive. Quel est le secret de cela ?

Helmert Woudenberg

Je défends mon caractère. Je peux ne pas être d'accord. Avec Pim Fortuyn, je l'ai fait lorsque je n'étais pas du tout d'accord avec sa politique. Mais à partir du moment où je joue Pim Fortuyn, je suis un médium. Alors allez, défends-toi, tu es mort, tu ne peux plus le faire, mais là, maintenant, montre qui tu es ! Tu comprends ? Si tu vas à 100% pour ton personnage, tu n'as plus qu'à faire le tour de la question.

Ne joue jamais à dire que c'est l'autre personne qui est le problème. C'est toujours toi qui es le problème. Peu importe à quel point tu es noble et bienveillant. Lever l'artificialité, le temps et l'espace. Que tout le monde oublie, que tu es dans un costume soigné lors de la première. Il m'arrive aussi d'entendre des représentations russes que tu ne comprends pas un mot, mais que tu regardes haletant ce qui se passe.

Wijbrand Schaap

José, nous avons parlé des vieux hommes blancs qui peuvent se raidir. Qu'en est-il des femmes blanches moins jeunes ? Est-ce vrai que les femmes sont plus ouvertes d'esprit ?

José Kuijpers

Je pense que oui. Peut-être que les femmes sont un peu plus disposées à avoir une conversation honnête après tout. Et peut-être aussi plus disposées à se chercher les unes les autres quand il s'agit de militantisme. En bref, ce que j'ai appris lors de ces funérailles : les femmes qui perdent leur mari sont beaucoup plus fortes. Celles qui ont l'habitude de devoir se débrouiller seules le sont beaucoup plus et se défendent.

Helmert Woudenberg

Tu es vraiment en train de choisir quelque chose. Tu t'es jointe à cette manifestation hier. Tr alors que je ne ferais jamais ça.

José Kuijpers

Oui, je pense que c'est très important. J'étais très heureuse qu'il y ait autant de monde et que tout se soit bien passé. C'était particulièrement émouvant, avec une ambiance très différente de celle d'une manifestation pour le climat.

Wijbrand Schaap

Il s'agissait de la manifestation de solidarité avec les Palestiniens. C'est une discussion qui cherche bien sûr tous les extrêmes en ce moment. Parce que si tu t'en tiens à cela, tu as tort selon certains et tu as tort selon d'autres. C'est un domaine merveilleusement compliqué. Est-ce que cela rend les conversations que vous avez lors d'une répétition pour une pièce comme celle-ci différentes ou plus compliquées ?

José Kuijpers

Non, ce n'est pas plus compliqué. Nous avons...

Helmert Woudenberg

...Bien bon...

José Kuijpers

...Conversations. Tu as dit une fois au début, - et j'ai trouvé cela très bien, mais ensuite tu as été très véhémente - si tout ce que j'ai à faire ici, c'est de jouer au mauvais raciste, j'arrêterai.

Helmert Woudenberg

Mais ce n'était pas non plus l'intention, remarque bien.

José Kuijpers

Ce qui est bien dans cette pièce, c'est qu'elle dénonce certaines choses très clairement. Mais à la fin, il y a une toute petite trappe vers quelque chose qui indique un rapprochement. Tout cela est bien nommé, mais ce sont des êtres humains. Tu vois un père qui aime incroyablement sa fille malgré tout, et au fur et à mesure que la pièce avance, il y a une volonté de faire des pas. C'est très important pour moi personnellement. C'est là que se trouve l'espoir. Ne te renferme pas sur toi-même. Laisse couler.

Wijbrand Schaap

Oui et bien moi, parce que j'entends beaucoup parler d'une évolution que connaît le personnage d'Helmer. Car quelle est l'évolution de ton personnage ?

José Kuijpers

Il s'agit donc d'une femme qui a un mari noir et son mari est un écrivain et il lit. Il est en fait dans tout le processus entre le noir et le blanc, juste un peu plus loin qu'elle. Il dit : "Tu ne devrais pas rester assise à attendre des excuses." Il ne dit pas que des erreurs n'ont pas été commises, mais tu ne dois pas attendre des excuses, car alors tu resteras dépendant. Tu dois aller de l'avant. Et en n'étant pas capable de pardonner à ce père dans sa biographie à un niveau très personnel, elle avance en fait juste moins avec elle qu'avec son mari. Il y a là aussi une friction dans la pièce. Elle insiste pour obtenir des excuses et c'est à cause de sa vie personnelle avec lui. Parce qu'il la représente, tout ce monde raciste. Elle ne peut pas lui pardonner. D'une certaine façon, elle est coincée là-dedans. Et puis encore une fois, elle est fille, parce qu'au début de la pièce, elle dit : " La famille est un concept. La famille n'a aucune importance pour moi, et je ne fais pas de famille." C'est ce qu'il veut absolument.

Helmert Woudenberg

Elle est aussi l'idéaliste. Elle travaille aussi avec les Noirs dans le cadre de l'aide juridique, elle est avocate. Et en tant que père, je dis : " Qu'est-ce que cet idéalisme a vraiment apporté ? ". En tant qu'avocate, tu travailles bien en dessous de tes moyens pour un salaire de misère avec des bénévoles qui ne viennent pas la moitié du temps. Qu'est-ce que tu fais ?

José Kuijpers

Ce que je trouve très important dans cette pièce, c'est qu'ici tu as une personne blanche qui a un homme noir. Ma sœur a un mari noir, également depuis 30 ans, donc je le sais. Je sais très bien ce qu'elle vit au quotidien avec ses enfants métis. Mon personnage est une personne blanche qui comprend très bien la douleur quotidienne d'une personne de couleur.

Wijbrand Schaap

Qu'est-ce que nous reconnaissons des Pays-Bas ? Parce que tu dis que nous voulons toujours nous considérer comme extraordinairement organisés et exempts de tout racisme et d'autres choses de ce genre. Mais ce n'est pas le cas.

José Kuijpers

Ce que j'aime dans cette pièce, c'est qu'elle relie le racisme à un principe économique. Parce que le racisme et le colonialisme, c'est une question d'argent. Ce n'est pas seulement une question de peau. Il s'agit d'un homme qui est devenu incroyablement riche au fil du temps. C'est pourquoi il se trouve dans cette communauté fermée avec cette clôture. Ce n'est pas seulement une question de noir ou de couleur, c'est aussi une question d'économie. Ce n'est pas réservé à l'Afrique du Sud.

Helmert Woudenberg

Le fait qu'il se déroule en Afrique du Sud est un point, cependant. Ils ont demandé à Lot : "Ne peux-tu pas le réécrire pour les Pays-Bas ? Et puis dans le futur. Ces hommes avec la mitrailleuse dans l'enceinte, ce n'est pas peut-être la même chose ici dans 10 ans ou 20 ans ?". Nous avons choisi l'Afrique du Sud, n'est-ce pas ?

José Kuijpers

Les ingrédients sont sud-africains. Cela ne fait que renforcer l'idée. Parce que, bien sûr, l'apartheid n'a pas été aboli il y a si longtemps que ça et que le mariage entre Noirs et Blancs en Afrique du Sud est toujours un problème. Il a été interdit jusqu'en 1990, donc ça ne fait que rendre les choses plus tranchantes, je pense.

Helmert Woudenberg

Comme aux Pays-Bas actuellement, cet antisémitisme qui refait surface, ou l'inverse. C'est le racisme tel qu'il est montré. Il pourrait tout aussi bien s'agir d'un Néerlandais. Je pense que les Néerlandais pensent la même chose des Noirs : ils sont paresseux. C'est en quelque sorte universel.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais