Aller au contenu

L'urinoir de Duchamp appartiendrait à une femme artiste. Ou bien l'affaire pue-t-elle ?

Cela faisait un moment que l'on en parlait, mais il semble maintenant y avoir une preuve assez incontestable que Marcel Duchamp n'a pas inventé lui-même son œuvre d'art sur l'urinoir. Un livre à paraître le mois prochain affirme que l'inventeur de l'art "conceptuel" a piqué son truc à l'artiste allemande Elsa von Freytag-Loringhoven. 

En soi, il s'agissait d'une rumeur de longue date et la question occupe les esprits depuis des années, y compris aux Pays-Bas, où le journaliste Theo Paijmans en a parlé en 2018 publiéMais les nouveaux arguments avancés par les auteurs, l'historien Glyn Thompson et le critique d'art Julian Spalding, sont tout à fait convaincants. 

"Le paradis de l'art est réservé aux hommes"

Par exemple, Duchamp ne se serait jamais trouvé à proximité de l'unique site de ce type de pissotière, et von Freytag-Loringhofen si, et l'histoire qu'il a racontée à ce sujet, à savoir qu'elle lui a été envoyée personnellement, n'est pas non plus tout à fait vraie : Freytag-Loringhofen, selon les auteurs, a envoyé son œuvre pour une exposition à laquelle Duchamp a également participé, mais elle n'a jamais été exposée sous son nom.

Parce que Duchamp, tout homme qu'il était, a publié l'œuvre sous son nom sans autre recours, elle est devenue de l'art, affirme-t-on : "Il y a aussi le simple fait que si l'œuvre avait été attribuée à Elsa dès le début, elle n'aurait jamais atteint le paradis de l'art. Sa perception aurait été très différente. La réalité contextuelle, y compris l'effet d'amélioration masculine, fait partie de la perception."

Mouche dans le pot

Un exemple typique de la suppression de l'apport féminin dans l'histoire de l'art ? Cela y ressemble étrangement et, en effet, ce ne serait pas la première fois qu'un homme s'approprie le travail d'une femme. Pourtant, il y a un hic, ou plutôt une mouche dans l'engrenage : Julian Spalding s'est battu toute sa vie contre le phénomène de "l'art conceptuel", et il utilise maintenant l'œuvre jat de Duchamp pour saper toute l'idée qui sous-tend ce mouvement. 

L'art conceptuel, c'est-à-dire, par exemple, l'art dans lequel les objets du quotidien sont présentés comme de l'art, ne tolérerait donc pas une intention plus profonde de l'auteur. Et, selon Spalding, Else von Freytag-Loringhofen avait bien une idée derrière son œuvre. Les lettres R.MUTT, bien en évidence sur l'urinoir, signifieraient Armut et Mutter. Ce faisant, Elsa von Freytag-Loringhofen, une Allemande vivant dans la pauvreté à New York, a voulu envoyer un signal aux États-Unis. Ces derniers, en 1917, année où elle a envoyé l'œuvre, étaient sur le point de s'engager dans la Première Guerre mondiale contre l'Allemagne. 

Utilisée deux fois par un homme ?

Une œuvre d'art farouchement anti-guerre, réalisée par une femme, a ainsi été transformée en une œuvre vide de sens et dadaïste par un homme nonchalant et, selon le critique, un artiste modéré. Selon Spalding, cela marque la fin de l'art conceptuel. Dans un e-mail adressé à l'Artnet, il déclare : "Il démystifie la proposition selon laquelle n'importe quoi peut être de l'art. L'art, c'est la communication ou ce n'est rien. L'urinoir d'Elsa réfute tout le Found Object, l'art conceptuel et les millions investis dedans. C'est une bulle sur le point d'éclater."

En réponse à cette affirmation, plusieurs historiens de l'art ont déjà affirmé que les preuves apportées par Spalding et Thompson étaient surtout circonstancielles. On peut également se demander si Spalding ne se livre pas à une appropriation en utilisant la malheureuse artiste féminine Else von Freytag-Loringhofen dans sa lutte contre le monde de l'art conceptuel. Si c'est le cas, elle aurait été mise devant sa propre charrette pour la deuxième fois, à titre posthume, par un homme. 

C'est ironique, en fait. Ces hommes et leurs matches truqués.

Sources : The Guardian et Artnet

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais