Aller au contenu

La performance sexuelle HNTJong met en évidence l'insécurité

Des adolescents qui font du toboggan. Si tu ne les as pas à la maison, tu lis et entends parler d'eux dans les médias. Le téléphone leur fournit des milliers d'impressions par jour, mais la constante de l'histoire est restée : pour la génération Z, peu de choses attirent l'attention autant que le sexe. Ou le sexe ?

C'est par cette question linguistique que commence le spectacle de HNTjong, la compagnie de jeunes de Het Nationale Toneel à La Haye. Ce n'est pas pour rien que le titre est anglophone : ce x fait toute la différence pour le "sexe" néerlandais, nous l'avons appris en 1995 lors de la création des premiers "contenus" pour l'Internet : on cliquait beaucoup plus dessus. Le clic est devenu le swiping, mais le sexe/sexe est resté attrayant.

Les générations à partir des années 1960 ont-elles pensé que la gestion du sexe deviendrait de plus en plus libre et facile, à en juger par... Parlons de sexe Tu peux mettre un point d'interrogation là-dessus. Ce n'est pas le sexe, mais l'insécurité à son sujet qui est le fil conducteur de ce spectacle musical animé. Mais en tant que personne plus âgée, je n'ai guère le droit de parler, et encore moins de juger. Un jeune de 16 ans avec qui j'ai pu profiter de la première l'a exprimé ainsi :

Apprendre à parler correctement

"Le sexe est un sujet tout à fait normal de nos jours, n'est-ce pas ? Dès leur plus jeune âge, les enfants en entendent parler et ont accès à toutes les images sexuelles qu'ils souhaitent. En parler était autrefois l'un des rares moyens d'en savoir plus, aujourd'hui en parler est moins naturel ; pourquoi le ferais-tu ?

Au lieu de cela, HNTJong attire l'attention sur la communication autour du sexe. Les cinq acteurs recherchent le sentiment universel de malaise quand on en parle, sans plaisanter ni tourner autour du pot, sérieusement. Dialogues en Parlons de sexe sont formulées de façon pertinente et abordent des questions sans mettre l'accent sur la notion de diversité qui revient souvent dans l'art de nos jours : après tout, tout le monde a sûrement des pensées similaires sur le sexe et les premières expériences ? Qu'une fois deux jeunes femmes parlent de leur sexe, puis une femme blanche et un homme de couleur, est parfaitement naturel dans une pièce moderne.

Cependant, les dialogues de cette pièce, bien que souvent humoristiques, restent en surface : "Comment as-tu aimé ça ?" et "Comment tu l'appelles ? Je trouve que 'bite' est un mot tellement agressif". Avec des chansons comme "Si seulement tu pouvais me voir quand personne ne me regarde" et "Sweet may I borrow your eyes for a moment..." et "Is it really in there now ?", les acteurs et le groupe Prince S. and The Goat, avec la voix de Scott Beekhuizen, abordent exactement les insécurités que tout le monde reconnaît.

Heureusement, l'ensemble du spectacle ne donne pas l'impression que l'auteur Peer Wittenbols pointe une caméra sur nous dans les moments intimes. Lorsque, à la fin du spectacle, des costumes de bite rampent sur la scène pour attaquer la chanteuse, ou expérimentent le nombre frappant de façons de dire le mot "nu" dans la chanson "Nude Beach", la tension de l'incertitude sur le sexe lui-même s'enfonce."

Autrefois moins insécurisé ?

Sur le plan de la forme et du contenu, cette personne âgée a trouvé que le spectacle dirigé par Noël Fischer surprenant : la dramaturgie est dominée par la musicalité et les chansons/fragments individuels des jeunes acteurs Yamill Jones, Diewertje Dir, Kimberley Agyarko, Jelle Hoekstra et Scott Beekhuizen ne forment pas une histoire comme dans une pièce de théâtre. Est-ce le cas ? Quoi qu'il en soit, j'ai apprécié HNTjong.

En termes de contenu, il n'y a pratiquement pas de sexe, mais d'autant plus d'expression de l'insécurité. Je trouve cela attachant, mais j'espère que l'ouverture d'esprit pourra l'emporter sur l'exiguïté affichée dans la pratique. Sur le chemin du retour, nous avons parlé de nos premiers baisers et de nos expériences sexuelles d'avant et d'aujourd'hui. Oui, nous manquions d'assurance, bien sûr, mais pour autant que je m'en souvienne - mais ce n'est pas fiable, bien sûr - nous ne l'avons pas exprimé. Heureusement que cette représentation le montre.

Le soulagement était au rendez-vous après la représentation, avec un directeur de HNT Cees Debets à l'enthousiasme contagieux qui remplissait la scène pour une "photo de groupe" de tous ceux qui avaient contribué au dixième anniversaire de HNTjong. Un avenir brillant brille. Les jeunes ont dominé le public, bien qu'ils soient - selon certaines estimations - légèrement plus âgés que la génération Z, mais l'atmosphère était plus joyeuse et spontanée qu'avec la génération qui forme habituellement le gros du public des théâtres.

Vu : Parlons de sexe par HNTjong, Koninklijke Schouwburg, le 12 octobre 2023 ; encore à voir jusqu'au 15 décembre à Alkmaar, Eindhoven, Kerkrade, Nimègue, Haarlem, Tilburg, Leeuwarden, Gouda, Maastricht, Den Helder, Leyde, Rotterdam, Venlo, Amsterdam et de nouveau La Haye, entre autres.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Peter Olsthoorn

Journaliste indépendante, fait des interviews et de la science pour Intermediair ; écrit et parle sur des sujets incluant la numérisation, l'analyse des données, la fraude et les médias pour des quotidiens/congrès ; fait des critiques de théâtre ; et est quotidiennement reconnaissante.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais