Aller au contenu

Les 11 minutes de NNT ne te font pas seulement perdre l'envie de rire, mais toute convoitise. Ma femme le regrette. #tf2010

Ola Mafaalani. C'est une personne très féroce. Tu ne peux donc jamais l'ignorer. L'humaine est tellement pleine de passion et d'émotion que tout son travail scénique, parce qu'elle est metteur en scène, ne peut absolument pas vous laisser froid. Du moins, c'était le cas jusqu'à récemment, car j'ai personnellement trouvé que sa dernière pièce au Toneelgroep Amsterdam 'Hemel boven Berlijn' était la plus belle, parce qu'aussi la plus poétique.

Ces dernières années, depuis qu'elle a pris la tête du Noord Nederlands Toneel à Groningue, le côté moralisateur de la pensée d'Ola est apparu avec un peu plus d'insistance. C'était le cas avec Medea, son premier spectacle à Groningue, c'est le cas avec '11 Minutes', la pièce qu'elle vient de faire entrer dans la sélection du Festival du Théâtre Néerlandais. Et la moralité n'est évidemment pas une mauvaise chose, surtout après que la reine du théâtre postmoderne amoral, Joan Nederlof, l'a réclamée dans son "État du théâtre", moins d'une heure plus tôt. Mais on peut aussi avoir tellement de morale que tout ce qui va à l'encontre de celle-ci ne fait que vous mettre en colère. Et en colère, la performance '11 Minutes' l'est surtout. En colère contre l'industrie du sexe, en colère contre les hommes, en colère contre le commerce des esclaves et en colère contre les prostituées.

Et de quoi s'agit-il ? De Paul Coelho, l'écrivain qui a écrit un petit livre d'amour dans lequel une prostituée se lie avec un homme qui ne veut même pas la baiser. C'est un fait assez cliché, et en effet, il répond très bien au rêve que beaucoup d'hommes ont en visitant les prostituées : qu'ils sont ánders, que donc la prostituée les aime effectivement, et que donc ils ne sont pas des clients dans une transaction commerciale.

Cette image est facile à faire passer, mais Mafaalani va beaucoup plus loin. Elle et ses joueurs ont fouillé si profondément dans les cavernes de l'industrie internationale du sexe que cela ne pouvait que les mettre tous très en colère.

À juste titre aussi, mais cela n'en fait pas du théâtre pour autant. Pas même si tu y montres des images qui appartiennent à l'industrie du sexe : nudité, lingerie sexy, poils pubiens, burlesque. Le seul résultat est que tant de sérieux amer te fait perdre non seulement l'envie de rire, mais aussi l'envie an sich. Si c'était le but recherché : mission accomplie. Mais dans ce cas, je trouve cela très dommage. Et ma femme aussi.

11 minutes peuvent encore être vues ce soir.

3 commentaires sur “Van NNT’s 11 minuten vergaat je niet alleen de lust tot lachen, maar álle lust. Mijn vrouw vindt dat jammer. #tf2010”

  1. Peut-être le spectacle le plus surfait et le plus surestimé de l'année écoulée. Cliché donné, développement unidimensionnel utilisant beaucoup trop de paroles célestement kitsch de Coelho.

Les commentaires sont fermés.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais