Aller au contenu

Vauriens et héros s'affrontent pour le pouvoir au Festival a/d Werf d'Utrecht

L'être humain parfait n'existe pas. Nous sommes tous des escrocs. Ou existe-t-il un moyen de faire les choses correctement ? Ilay den Boer et les acteurs de De Utrechtse Spelen / De Warme Winkel l'explorent chacun à leur manière lors de la 26e édition du Festival aan de Werf.

Mon grand-père n'était-il pas tout simplement un connard ? C'est ce que se demande Ilay den Boer dans Adapte-toi (10+). C'est le premier et, pour l'instant, le seul spectacle pour la jeunesse de sa série en six parties The Promised Feast. Dommage que le public de ce soir soit essentiellement composé d'adultes. Nous ne comptons que deux enfants et une poignée d'adolescents dans l'assistance. Avec les plus de trente ans, les éléments interactifs du spectacle - dans l'esprit de : débrouille-toi tout seul - ne passent pas très bien.

Le fait qu'il ne veuille pas couler n'est pas dû au talent de conteur de Den Boer. Avec le musicien et ami d'enfance Florian de Backere, il se souvient de son grand-père. De façon énergique et avec le sens du drame. Dans son enfance, grand-père den Boer a quitté l'Allemagne, où il ne pouvait plus vivre en tant que juif, pour s'installer en Allemagne. Israël. Une fois en Israël, on l'appelait "Kraut".

La plus petite fille du public a également été grondée à certains moments, raconte-t-elle à den Boer. Pour des "baiseurs". Elle n'a jamais connu la guerre. Mais si ses parents l'obligeaient à se battre, elle le ferait. Tout comme le grand-père de Den Boer, qui a versé le sang nécessaire en Israël à la demande de son père. Il a quitté l'armée pour réaliser son rêve personnel : construire une maison de jeu pour tous les enfants de la guerre.

L'émission devient passionnante lorsqu'il s'avère que tout le monde ne garde pas un bon souvenir de l'enfant psychologue. Peut-être que son grand-père n'était pas du tout le héros que Den Boer a toujours vu en lui. Cela le frustre, lui et son jeune public. Son grand-père aurait-il dû faire les choses différemment ? Mais comment ? Ils n'y parviennent manifestement pas.

Les cinq acteurs de Viva La Naturisteraçion partagent un passé différent : ils ont passé leurs vacances nus. Selon eux, davantage de personnes devraient le faire. Dans leur monde idéal, tout le monde porte un costume d'Adam : "Nous ne sommes plus des consommateurs et pouvons enfin vivre en liberté.

Tels des professeurs inspirés, les joueurs marchent sur le chemin de l'histoire. Joris Smit note des découvertes sur la culture nue sur un long rouleau de papier. Guus Boswijk brandit fièrement quelques livres sur les sources du naturisme. Voilà pour les faits historiques. Mais à quoi ressemble une vie libre en 2011 ?

Les vêtements se détachent et trouvent leur place dans le décor encombré, qui ressemble le plus à un gigantesque loft de bric-à-brac. Dans des ballets comiques, les acteurs montrent leur vision de l'homme libre et joueur. Tous les cinq sont aussi drôles et physiquement maladroits les uns que les autres. Tu commences presque à ressentir quelque chose pour leur mode de vie primitif.

Mais ensuite, les choses tournent mal. Les règles d'interaction ne sont pas claires et certains vont trop loin. Tu peux le voir venir, mais c'est quand même douloureux quand ça arrive. L'homme est devenu une bête. Pour repartir à zéro, une mesure apocalyptique est nécessaire, dit l'acteur Mark Kraan. Une telle solution ne paraît pas très originale, mais lorsque les choses s'effondrent enfin, c'est un énorme soulagement.

Le 29 mai, tu pourras assister à la représentation nue.

Vu sur Festival sur le quaiqui se poursuit jusqu'au 29 mai.

un de nos membres

Les membres de Culture Press sont copropriétaires de notre coopérative moyennant une petite cotisation mensuelle ou annuelle, et peuvent également contribuer au contenu du site le cas échéant. Pour les membres institutionnels, nous offrons la possibilité de publier leurs communiqués de presse en version intégrale. Tu veux aussi devenir membre ? Tu peux le faire. Rends-toi sur le site cette pageVoir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais