Aller au contenu

Cinq raisons de faire, et deux de ne pas aller voir "Schoenberg et Kandinsky".

Cinq raisons d'aller voir l'exposition ''Schoenberg & Kandinsky'' au musée historique juif. Et deux raisons pour lesquelles tu peux omettre une visite.

1. Prime

Cette exposition est la première aux Pays-Bas à se concentrer sur Arnold Schoenberg (1874-1951) en tant qu'artiste. Cinquante peintures, dessins et modèles du compositeur Arnold Schönberg sont exposés aux Pays-Bas pour la première fois. La musique de ce compositeur juif autrichien a été entendue pour la première fois ici il y a plus d'un siècle et a été jouée régulièrement depuis. Schoenberg a également visité les Pays-Bas à plusieurs reprises. Le fait qu'il ait également peint est à peine connu. Logique, puisque Schoenberg lui-même a déclaré qu'il consacrait 90 % de sa vie à la musique. Pourtant, la peinture était aussi un moyen important pour lui de s'exprimer.

2. La personne

L'exposition donne une image claire de cet homme, qui n'a fait que suivre sa propre boussole et sa propre morale. Arnold Schoenberg a été le fondateur de la musique atonale, et le monde n'était pas encore prêt pour cela, étant donné les scandales et les huées que ses concerts ont suscités au début du siècle dernier. Les représentations ont parfois dû être interrompues parce que sa musique n'était pas du tout comprise. Mais c'est probablement dans les années autour de 1910 qu'il s'est davantage consacré à la peinture. Après s'être lié d'amitié avec Kandinsky, ce dernier l'a même invité à la célèbre exposition Der Blaue Reiter de 1912 à Berlin. On dit de Schoenberg qu'il était anticonformiste. Lui-même voyait les choses différemment. Il ne comprenait pas qu'on ne le comprenne pas. Il faisait simplement ce qu'il avait à faire et exprimait ce qui était en lui. Que ce soit à travers la peinture ou la musique n'avait pas d'importance pour lui. C'était deux façons de s'exprimer. Avec sa musique, il est devenu un précurseur de l'abstraction. Schoenberg est né de parents juifs à Vienne en 1874. Au départ, le judaïsme ne l'intéresse guère. Bien que circoncis selon la tradition juive, il grandit dans une famille assimilée et se convertit plus tard au protestantisme. Contre son gré, il entre en contact avec le judaïsme. Pour le monde extérieur, il était toujours considéré comme un juif, c'est pourquoi il n'était pas le bienvenu dans certaines villes. Les remarques antisémites de Kandinsky sont également à l'origine de la fin de leur amitié ; ils écrivent leurs dernières lettres en 1936. Il fuit le climat antisémite qui règne en Autriche et en Allemagne et se rend à Paris en 1933. Là, il se reconvertit au judaïsme, avec Marc Chagall comme témoin. Plus tard, il se rend aux États-Unis en passant par l'Espagne. Il y a continué à composer et à enseigner jusqu'à sa mort. Sa musique témoigne également de son engagement en faveur du peuple juif, de la Shoah et de l'État d'Israël.

3. Kandinsky

Les gravures sur bois exposées sont magnifiques. À la fois abstraites et figuratives, mais magnifiques. Le tableau de 1906 représentant sa maîtresse, Gabriele Münter baignant Louisa Rapallo est une petite toile chaleureuse et intime.

4. Expérience multimédia

La musique et l'art étaient tout aussi importants pour Schoenberg. Le musée permet aux visiteurs d'en faire l'expérience grâce à une visite audio. Debout près des tableaux, tu peux écouter la musique que Schoenberg a composée pendant qu'il peignait. Tu peux également écouter la musique qui a inspiré Kandinsky. Un film de 13 minutes donne une bonne introduction à la vie de Schoenberg. Le catalogue "Arnold Schoenberg. Life in Art and Music" (Arnold Schoenberg. La vie dans l'art et la musique) complète le tout. Il s'agit de la première publication en néerlandais sur le compositeur depuis les années 1970.

5. Schiele

Outre Mahler, Kokoschka, Kandinsky et Klimt, Egon Schiele était également un contemporain de Schoenberg. Un an avant sa mort, Schiele a réalisé un portrait incisif de Schoenberg. Ce prêt d'une collection privée justifie à lui seul la visite de l'exposition.

[su_heading]Raisons de ne pas y aller :[/su_heading]

1. Le titre

Avec le titre de l'exposition, le Musée historique juif induit les visiteurs en erreur car il s'agit en fait principalement de Schoenberg. Il s'agit apparemment d'un autre stratagème de marketing pour attirer plus de visiteurs. Kandinsky attire tout simplement plus que Schoenberg seul ne le ferait. La relation, l'amitié et leur parenté entrent en jeu. Le Musée historique juif a dû faire des pieds et des mains pour emprunter des toiles de Kandinsky, car les musées internationaux ne les prêtent guère. Les toiles appartiennent généralement aux expositions permanentes. Pourtant, des œuvres de Kandinsky y sont accrochées ; les plus beaux prêts proviennent de Boijmans Van Beuningen, et d'un privé, on peut admirer de belles gravures sur bois. La relation entre Kandinsky et Schönberg est également mise en lumière. Surtout, après un concert de Schönberg (à Munich en 1911), Kandinsky a su qu'il devait prendre la direction de l'abstraction avec sa musique. Grâce à la musique de Schönberg, il a su de quoi il s'agissait. La parenté entre la couleur et la musique est évidente dans la musique de Schoenberg et les peintures de Kandinsky.

''Gaze'' par Arnold Schoenberg. 1910. Belmont Music Publishers, Pacific Palisades/CA ; Courtesy Arnold Schoenberg Center, Wien. C/o Pictoright Amsterdam 2013
"Gaze" par Arnold Schoenberg. 1910. Belmont Music Publishers, Pacific Palisades/CA ; Courtesy Arnold Schoenberg Center, Wien. C/o Pictoright Amsterdam 2013

2. Les peintures

Avec sa musique, Arnold Schoenberg est devenu mondialement célèbre et a été un innovateur. Sa peinture ne lui apportera pas cette célébrité. Les peintures ne sont pas non plus une raison de se divertir. Mais pour les vrais fans de Schoenberg, il sera intéressant de voir ce que l'homme a fait d'autre. Même si ce qu'il a peint ne peut être qualifié d'innovant, de remarquable, ni de choquant ou de beau. Ses toiles peuvent être divisées en paysages et en visions. Ces dernières sont cependant particulières. Ce sont des aperçus qu'il tente de capturer. À propos de "Gaze" de 1910, il dit : "Je ne regarde pas le visage des gens, mais leurs yeux, juste leur regard. C'est pourquoi je peux représenter le regard d'une personne.''

[su_service title="Bon à savoir" icon="icon : check-square"]Musée historique juif : ''Schoenberg & Kandinsky. Défiant dans l'art et la musique''. Tm 16 mars 2014. Catalogue : ''Schoenberg. La vie dans l'art et la musique''. 19,95 euros. Plus d'infos : www.jhm.nl[/su_service]

Madeleine Red

Madeleine Rood est journaliste indépendante et rédige des interviews, des communiqués de presse et des textes principalement pour des sites Internet, des journaux et toutes sortes de publications. Elle possède sa propre agence de textes, Bureau Rood. Elle a travaillé au journal régional de Stentor pendant 20 ans, dont 15 au sein du comité de rédaction artistique. Elle s'est donc spécialisée dans le journalisme culturel. Elle vit en couple et a trois fils.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais