Aller au contenu

Le festival Gergiev de Rotterdam livre un tout nouveau chef-d'œuvre.

'Le don mélodique de Rachmaninov est impressionnant et rend le compositeur très populaire'. C'est ainsi que Valery Gergiev résume de façon lapidaire la qualité de la musique de Rachmaninov. Le festival Gergiev qui s'est déroulé ce week-end autour de ce compositeur s'en tient catégoriquement aux œuvres populaires : les concertos pour piano et les symphonies . Pourtant, il omet de nombreuses compositions qui auraient pu donner plus de cadre à ces œuvres.

Par exemple, "Les cloches", pour solistes, chœur et orchestre, n'a pas été jouée pour des raisons financières - compréhensibles. Le sombre "Isle of the Dead" ou le poème symphonique "The Rock" auraient pu illustrer davantage les antécédents de Rachmaninov. Quoi qu'il en soit : à la demande de Gergiev, Vladimir Tarnopolsky a écrit une ode à Rachmaninov, une œuvre inspirée par ce compositeur. Et comment . L'orchestre philharmonique de Rotterdam a joué "Tabula Russia". Il s'agit d'un chef-d'œuvre d'à peine plus de dix minutes pour grand orchestre avec six percussionnistes à l'arrière. Cela inclut beaucoup d'instruments liés aux cloches.

Ces cloches sont cachées dans tout le répertoire de Rachmaninov, mais Tarnopolsky a composé un carillon orthodoxe russe complet pour orchestre. L'ouverture en bronze via les cloches à plaques met en branle une machine à pulsations avec des carillons de cloches qui se balancent d'avant en arrière dans tout l'orchestre. Tarnopolski a réussi à distribuer les harmoniques et les harmoniques de cloches de toutes formes et de toutes tailles dans tout l'orchestre, chaque groupe instrumental ajoutant une partie. Les couches sonores de bronze sombre ont rempli la grande salle des Doelen, et le vaste changement qui a suivi a permis de laisser toute cette splendeur s'imprégner pendant un moment. Le compositeur lui-même a assisté à cette première mondiale excellemment interprétée et ce serait une honte éternelle s'il n'en restait qu'à cette seule représentation du vendredi soir. C'est d'ailleurs un merveilleux cadeau : Gergiev se l'est vu offrir par le festival et l'orchestre à l'occasion de ses 60 ans.e et aussi son 25e anniversairee anniversaire au RPhO.

Rachmaninov et les cloches, mais aussi Rachmaninov et le 'Dies Irae'. Et Rachmaninov et Hollywood. Ce curieux amalgame a donné naissance à la troisième symphonie, écrite en 1936. Cette symphonie, également jouée ce vendredi soir, montre quelque chose de la sombre disposition d'esprit de Rachmaninov, mais aussi du nouveau monde dans lequel il est entré, le monde de la musique. glamour et paillettes d'Hollywood. La pensée mélancolique de la mère Russie, qui n'est pas rare chez les Russes émigrés, est concurrencée par des accords beaucoup plus légers, parfois de type jazzy, dans lesquels le compositeur frôle souvent le kitsch, sans y basculer. Cela a toujours permis d'éviter la véritable profondeur insondable de la dépression, bien que Rachmaninov y ait souvent succombé.

L'éclat de Rachmaninov se retrouve dans la "Rhapsodie sur un thème de Paganini" pour piano et orchestre et les "Danses symphoniques" pour orchestre seul. La "Rhapsodie de Paganini" a été interprétée par le jeune et brillant pianiste Behzod Abduraimov (25 ans). Tous les éléments du jeu de piano de Rachmaninov lui-même - après tout, il était avant tout un pianiste de concert - ont été fournis avec des détails incroyables. La célèbre mélodie à environ deux tiers de l'œuvre est une référence pure et simple à Tchaïkovski, plus qu'un traitement de la 24 de Paganini.e capriccio pour violon solo.

Alors que dans la rhapsodie, le piano joue un rôle de premier plan, dans les "Danses symphoniques", cet instrument n'est pas loin non plus. Tous les talents de pianiste que Rachmaninov avait entre les doigts se sont retrouvés dans cette composition orchestrale : sa dernière. Elle a été interprétée jeudi soir par l'orchestre du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, sous la direction de Gergyev. Cet orchestre a subi une cure de rajeunissement drastique, effectuant un tirage qualitatif vers le haut. Disposé selon l'idée de leur ancien chef Mravinsky, avec les basses au fond à gauche et les violons un et deux face à face, l'orchestre a gagné des ailes tandis que le son est resté transparent d'un bout à l'autre.

Pour le samedi, il y a plus d'extravagance pianistique : répartis sur deux représentations, les quatre concertos pour piano seront joués, les plus connus 2.e et 3e bien sûr, mais aussi l'énigmatique 4e. Ce concert n'a pas vu le jour comme les autres, en une seule séance. On en connaît pas moins de trois variantes. Les tentatives un et deux en 1926, la dernière variante en tant que consommation de la tentative deux en 1940. Les noms des pianistes créent à eux seuls une ruée sur les billets : Alexei Volodin, Alexander Gavrylyuk, Sergei Babajan et Dmitri Masleev, lauréat du concours Tchaïkovski de cette année.

Rotterdam, de Doelen : Festival Gergiev de la Philharmonie de Rotterdam avec l'Orchestre du Théâtre Mariinsky, l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam dirigé par Valeri Gergiev. Participation : jeudi et vendredi soirs. Information : www.rpho.nl, www.gergievfestival.nl. Le festival est complet.

un de nos membres

Les membres de Culture Press sont copropriétaires de notre coopérative moyennant une petite cotisation mensuelle ou annuelle, et peuvent également contribuer au contenu du site le cas échéant. Pour les membres institutionnels, nous offrons la possibilité de publier leurs communiqués de presse en version intégrale. Tu veux aussi devenir membre ? Tu peux le faire. Rends-toi sur le site cette pageVoir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais