Aller au contenu

1989 de Ryan Adams est le meilleur album conceptuel de l'année 2015.

Au début de l'année, Ryan Adams, la coqueluche de l'alt.country, a publié sur twitter et facebook un court extrait d'une reprise de Taylor Swift. On a dit que d'autres étaient en route. Une blague ? Un stratagème astucieux pour inciter les dizaines de millions de "swifties", comme les fans de Taylor s'appellent eux-mêmes, à écouter aussi sa musique ? Il s'avère que ce n'est pas le cas, comme le prouve la chanson de Ryan Adams. 1989 est sur les étagères numériques : les sorties physiques sont à venir. Ce qui ressort : 1989 est à couper le souffle. Rétrospectivement dans les deux versions, car qui a réalisé que derrière le wagon de production Swift se cachait des chansons aussi fortes ? [hints]Ici la vision d'un site de fans[/hints] 

'À la recherche d'un son que nous n'avions pas entendu auparavant'

Qualifier Taylor Swift de phénomène est un euphémisme. Ses premiers disques se vendaient déjà bien, avec 1989, sorti en 2014, elle est devenue une star mondiale. Avec des performances qui l'accompagnent et qui rivalisent avec Katy Perry et Miley Cyrus. Les controverses sur le caractère raciste ou non des clips musicaux, les top-modèles comme petites amies, les coucheries célèbres, enfin, Madonna à partir du milieu des années 1980 ont également suivi naturellement, Tout le monde, tout le monde.

Swift n'a pas vécu cette décennie. Mais en utilisant son année de naissance comme point de départ pour le son de ce qui est à la base une série de chansons sur sa rupture avec la star des One Direction, Harry Styles, son... 1989 sous la forme d'une version modernisée de MTV, exactement la même année.

Noté à juste titre The Guardian tout de suite :

Il est assez audacieux dans son hommage pour prendre un son vintage jusqu'à présent évité par les revivalistes des années 80 - le son de caisse claire qui fait boomerang et qui remplit la scène, que tous les artistes étaient légalement obligés d'utiliser pendant la deuxième moitié de la décennie.

Nous ne nous démodons jamais

Cette deuxième moitié des années 1980, Ryan Adams écoutait des disques totalement différents. The Smiths, Sonic Youth, U2 et un wagon de ce que nous appelons aujourd'hui americana ou alt.country et le genre auquel appartient Taylor Swift. Ce n'est pas pour rien qu'Adams et Swift, avant sa célébrité mondiale, ont enregistré plusieurs démos. La différence entre les deux n'est en fait pas si grande non plus. Prends, par exemple, l'accusation selon laquelle les paroles de Swift traitent principalement de quel petit ami célèbre est soit en marche, soit à l'arrêt. Il en va de même pour Ryan Adams, voyez ses relations avec Winona Ryder et Alanis Morissette (toutes deux fausses), qui apparaissent dans toutes les colonnes de potins. C'est précisément cette similitude qu'Adams utilise aujourd'hui de façon extrêmement habile.

Pour ce que Ryan Adams 1989 La différence avec les précédentes reprises de Swift par, disons, Pavements Stephen Malkmus, "Like a virgin" de Madonna par Teenage Fanclub ou les propres reprises d'Adams de "I want it that way" (Backstreet Boys) et "Summer of '69" (par cet autre Adams, sans lien de parenté) n'est pas tant qu'Adams reprenne un album entier de a à z. L'absence de clin d'œil ironique n'est pas non plus une nouveauté. Ce qui est vraiment remarquable à propos de l'album d'Adams 1989 est qu'il a méticuleusement adopté l'idée de Swift. Avec un résultat à la sonorité radicalement différente.

'Rien n'est éternel, mais ça commence à bien faire'

Adams voulait 1989 Enregistrée à l'origine de manière aussi dépouillée que possible sur un enregistreur quatre pistes, entièrement analogique, suivant la méthode de Springsteen. Nebraska. Juste à la maison. Mais après quatre chansons, Adams a vu l'appareil manger la bande. L'analogique s'est révélé indiscipliné, voire destructeur, obligeant Adams à tout recommencer. Alors en studio quand même, et pourquoi ne pas utiliser toutes les possibilités ?

Une touche d'or, aussi dépouillée que le son imaginaire de Swift de la fin des années 1980, mais guidée par ses propres souvenirs de 1989 plutôt que simplement dépouillée - dont nous voyons des exemples soporifiques trop souvent à.... Le monde a tourné la porte - Les chansons de Swifts s'avèrent être solides comme le roc. Qui aurait cru que "Bad love" était une ballade country ? Style' une chanson de U2 quand ils étaient encore excitants ? Et 'Wildest dreams' doit être une reprise des Smiths, tout comme 'Welcome to New York' est utilisée par Bruce Springsteen depuis des décennies pour rejouer dans un stade.

Et les haineux vont haïr, haïr, haïr, haïr'.

Ryan Adams fait donc l'ultime dadrock qui figure en bonne place dans des magazines tels que Rolling Stone et Non coupé. Les Néerlandais Oreille Depuis plus d'une décennie, Adams écrit principalement pour les mélomanes âgés. Adams combine habilement la quarantaine nostalgique du son "alternatif" de la fin des années 1980 avec les tubes que ses enfants aiment aujourd'hui. Un autre dadrock-Amour Wilco utilisé La guerre des étoiles et chatons mignons pour mettre en avant le dernier disque, mais c'est tellement dépassé. On est en 2015, idiot !

Trop cynique ?

Peut-être, mais cette soi-disant authenticité est surtout cultivée depuis les années 1970. Depuis le "fuck me, I'm so sensitive" de James Taylor, jusqu'à l'interminable réflexion et au jeu avec la crédibilité de superstars comme, les revoilà, U2 et Bruce Springsteen. Et il n'y a rien de mal à cela, tant que cela donne de bons disques.

'Et c'est comme ça que ça marche, c'est comme ça que tu as la fille'

Pendant ce temps, nous entendons sur 1989 Ryan Adams et surtout pas encore. Sur son dernier album studio, il sonnait comme le rocker de stade Bryan Adams, l'album précédent était sa version d'un disque de Jackson Browne et avant cela encore, on entendait de tout, des Stones à Dylan, de The Strokes à Grateful Dead, de la new wave forcée au folk.

Et puis vient la prise de conscience : Adams est le Bowie de l'americana, rebondissant dans toutes les directions. Peut-être parfois sincère, parfois non. Mais on s'en fiche quand le résultat est le meilleur album conceptuel de 2015.

[Tweet " Adams est le Bowie de l'americana, il rebondit dans toutes les directions "].

 

Henri Drost

Henri Drost (1970) a étudié le néerlandais et les études américaines à Utrecht. A vendu des CD et des livres pendant des années, puis est devenu consultant en communication. Il écrit entre autres pour les magazines GPD, Metro, LOS !, De Roskam, 8weekly, Mania, hetiskoers et Cultureel Persbureau/De Dodo sur tout, mais si possible sur la musique (théâtre) et le sport. Autres spécialités : les chiffres, les États-Unis et les soins de santé. Écoute Waits et Webern, Wagner et Dylan et à peu près tout ce qui se trouve entre les deux.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais