Aller au contenu

L'empereur Constantin et le grand bouleversement de Rome

L'homme aux mâchoires fermes et aux yeux vacants et tournés vers le haut n'est pas particulièrement attirant. Son visage apparaît pourtant sur toutes les affiches de la ville. Pourtant, c'est autre chose que cette robuste tête de pierre sur fond noir qui te déclenche, sur l'affiche de l'exposition à la Nieuwe Kerk d'Amsterdam. Il s'agit du O incliné du mot Rome. ''Rome. Le rêve de l'empereur Constantin'' est le nom de l'exposition. Et cette lettre inclinée symbolise le point de basculement dans l'histoire dont parle cette exposition.

Copie de la tête d'une statue colossale de Constantin.
Copie de la tête d'une statue colossale de Constantin.

Ici, dans la Nouvelle Église, on raconte l'histoire de l'empereur Constantin, qui a donné au christianisme tout l'espace dont il avait besoin au quatrième siècle. Grâce à lui, la capitale impériale remplie de temples de dieux romains devient le centre papal du monde. Des églises sont construites et les chrétiens ont la possibilité de pratiquer leur foi ouvertement. L'histoire de cette tournure des événements est racontée à travers des dizaines de trésors romains antiques et paléochrétiens, jamais vus aux Pays-Bas.

Arc de triomphe

L'exposition ressemble à une promenade dans la Rome antique, car c'est comme si tu entrais dans Rome et que tu vivais une pièce de théâtre en cinq actes. Tu passes sous un arc de triomphe et la première chose que tu vois (ou que tu crois voir) est une énorme statue de l'empereur Constantin. C'est du moins l'aspect imposant (car 12 mètres de haut) qu'a dû revêtir sa statue à l'époque. Ce qu'il en reste, une tête, un pied et une main, se trouve à Rome. Une copie est aujourd'hui exposée dans la Nouvelle Église. Cette tête est deux fois plus petite que la taille réelle. Ici, dans la première partie de l'exposition, Rosita Steenbeek, notre Néerlandaise à Rome, te prend par la main comme un guide de la ville. Il semble que ce soit une société tolérante et multireligieuse en ce début de IVe siècle, mais le christianisme n'est pas encore accepté. C'est l'empereur qui est vénéré et qui ne tolère aucune concurrence.

Femme inconnue

CAM02151Dans la visite audio, Rosita Steenbeek explique d'un ton agréable ce que représentent les sarcophages, les mosaïques et le buste en marbre d'une "femme inconnue" exposés ici. Le conservateur invité Eric Moorman (professeur d'archéologie classique à Nimègue) fait remarquer que c'est une œuvre d'art magnifique qui a été apportée ici : cette femme inconnue est une sculpture d'une seule pièce, mais la tête est en marbre blanc, tandis que dans ses vêtements, on peut réellement voir les veines du marbre, comme s'il avait été utilisé comme motif pour le chemisier. Le deuxième commissaire invité, le professeur d'art et d'architecture paléochrétiens Sible de Blaauw (également de l'université Radboud), trouve merveilleux de voir dans cette exposition - pour la première fois ! - de voir côte à côte deux statues qui se trouvent à Rome dans deux musées différents. Pour lui, le point fort de l'exposition est que ''l'image d'un berger'' et ''l'image d'un enseignant'' sont ici côte à côte. - se trouvent côte à côte. Pour lui, ce sont deux des représentations les plus emblématiques du Christ. Des images qui, à l'origine, représentaient peut-être autre chose, mais le Christ en tant que berger et en tant qu'enseignant est devenu par la suite la quintessence du christianisme.

Statue d'un porteur de moutons/bon berger (à gauche). Rome, début du 4e siècle. Musei Vaticani. À droite : Statue d'un enseignant/Christ apprenant. Rome, fin du 4e siècle. Museo Nazionale Romano.
Statue d'un porteur de moutons/bon berger (à gauche). Rome, début du 4e siècle. Musei Vaticani. À droite : Statue d'un enseignant/Christ apprenant. Rome, fin du 4e siècle. Museo Nazionale Romano.

Catacombes

Dans la deuxième partie de l'exposition, le guide de la ville numéro 2, Antoine Bodar, expert de Rome, nous emmène dans les catacombes de Rome. Car le christianisme vit encore sous terre au début du quatrième siècle. Les dieux romains d'antan perdent déjà en popularité : thèmes traditionnels et scènes chrétiennes se juxtaposent déjà sur les sarcophages. La croix comme signe de victoire apparaît également pour la première fois.

Vision

Cette croix sur laquelle Jésus-Christ est mort a joué un rôle important dans le bouleversement qui s'est produit au quatrième siècle. L'empereur Constantin, en effet, a fait un rêve. Une vision. Il y a vu une croix brillante et a reçu l'assurance qu'il aurait le soutien de Dieu dans la bataille. Et l'empereur Constantin a effectivement vaincu son rival Maxence lors de la bataille du pont Milvius en 312.

Cela incite Constantin à instaurer la liberté de religion et à adhérer ouvertement au christianisme. Il a alors immédiatement fait construire des églises monumentales. Cette histoire est représentée dans la salle 3, où sont accrochées d'immenses copies de fresques du musée du Vatican. La vision, la bataille et le triomphe du christianisme sont représentés sur d'immenses toiles. C'est ici, en outre, que repose un précieux camée, le plus grand de l'antiquité classique. L'histoire du triomphe de l'empereur Constantin est travaillée en agate.

Dans la dernière salle de l'exposition, les parties 4 et 5 s'entrecroisent. Dans la partie 4, Sible de Blaauw raconte comment l'église gagne en influence à Rome et comment Rome devient la capitale du monde. Les églises sont somptueusement décorées grâce à Constantin, et ces églises de l'Antiquité tardive sont toujours des bâtiments emblématiques de Rome.

L'exposition se termine par des peintures représentant les débuts du christianisme. La guide de la ville Nelleke van der Krogt, la dernière experte de Rome, parle du magnifique tableau d'Il Veronesi, ''La vision de Sainte Hélène''. Il a peint la mère de l'empereur Constantin, qui reçoit également une vision avec une croix.

Main ferme

Main droite d'une statue colossale de Constantin. Rome, vers 315. Musea Capitolini.
Main droite d'une statue colossale de Constantin. Rome, vers 315. Musea Capitolini.

L'énorme main de Constantin, pointant son doigt vers le haut, marque la fin de l'exposition. Cette image peut symboliser toutes sortes de choses, d'après ce qu'en disent les guides de la ville en conclusion. Selon Rosita Steenbeek, tu peux y voir la main ferme que Constantin avait dans le christianisme. Pour Eric Moorman, il symbolise les prétentions et les changements de monde. Il a changé le regard du monde sur Rome, qui est désormais devenue une ville chrétienne. La main symbolise le pouvoir du monde, tout en pointant vers le ciel. Sible de Blaauw considère que Constantin a joué un rôle dans la création de l'Europe. Nelleke de Krogt y voit la grande influence sur la culture occidentale. Et Antoine Bodar ajoute, en nous ramenant à notre époque : ''Le christianisme a été promu à l'époque de Constantin. Et maintenant, nous sommes arrivés en 2015, dans les Pays-Bas. Nous sommes ici dans une église, qui a été dégagée pour accueillir une exposition.''

 

Rome. Le rêve de l'empereur Constantin'' à la Nieuwe Kerk, Amsterdam. Du 3 octobre au 7 février 2016. Plus d'infos : www.nieuwekerk.nl

L'exposition sera accompagnée du catalogue du même nom, écrit par Eric Moorman et Sible de Blaauw. Prix : 19,95 €. Rosita Steenbeek a écrit son premier livre pour enfants spécialement pour l'exposition : ''De triomfboog''. Prix : 12,95 €.

Madeleine Red

Madeleine Rood est journaliste indépendante et rédige des interviews, des communiqués de presse et des textes principalement pour des sites Internet, des journaux et toutes sortes de publications. Elle possède sa propre agence de textes, Bureau Rood. Elle a travaillé au journal régional de Stentor pendant 20 ans, dont 15 au sein du comité de rédaction artistique. Elle s'est donc spécialisée dans le journalisme culturel. Elle vit en couple et a trois fils.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais