Aller au contenu

Le chef d'orchestre Jurjen Hempel : "Les élèves de Score Collective ont une capacité technique sans précédent".

Les étudiants en musique sont généralement conservateurs. Lorsque j'étudiais la musicologie dans les années 1990, nous pouvions assister aux concerts du temple de la nouvelle musique, l'IJsbreker, pour seulement cinq florins. Je profitais volontiers de cette occasion pour entendre les toutes dernières notes de compositeurs vivants comme Pauline Oliveros et Sofia Gubaidoelina pour une bouchée de pain. Je n'ai jamais vu un seul de mes camarades de classe. Je suis toujours étonné lorsque de jeunes musiciens m'envoient fièrement leur premier CD - avec encore un enregistrement de Beethoven ou de Brahms.

Le Conservatorium van Amsterdam a pris cette vache conservatrice par les cornes et a lancé en 2014 le programme Master spécialisé en musique nouvelle. - Et ont immédiatement donné naissance à leur propre ensemble, Score Collective. Le mercredi 25 novembre, ils consacreront un concert à . TivoliVredenburg un concert sur des morceaux bien connus de Heiner Goebbels et Martijn Padding. En outre, ils présentent une œuvre de l'étudiant islandais en composition Gísli Magnússon (1988). J'en ai parlé avec Arnold Marinissen, responsable des études de la spécialisation en musique nouvelle du master, et le chef d'orchestre Jurjen Hempel.

Pourquoi Score Collective a-t-il été fondé et à qui s'adresse-t-il ?

Arnold Marinissen: 'L'initiative est venue de la direction du conservatoire, à l'occasion du démarrage du master spécialisé en musiques nouvelles. La coordination artistique est entre les mains de Joël Bons et de moi-même. Le noyau de l'ensemble est constitué d'étudiants en master suivant la spécialisation, mais d'autres étudiants ayant un cœur pour la nouvelle musique sont également impliqués. Ainsi, le Conservatorium van Amsterdam (CvA) dispose d'une plateforme permanente pour travailler et interpréter de la nouvelle musique. Cela se fait aussi, et surtout, en collaboration avec le département de composition.'

La participation est-elle obligatoire ?

Non, mais une fois qu'une personne est affectée à un projet, sa participation n'est plus facultative ; après tout, les étudiants obtiennent des crédits pour cela. Lorsque nous constituons l'ensemble, nous examinons attentivement leurs souhaits et leurs préférences, ainsi que leur expertise en matière de musique nouvelle. Nous réalisons trois à quatre projets par an. Pour chacun d'entre eux, il y a environ cinq jours de répétition, ainsi qu'une répétition de groupe occasionnelle pour les sections individuelles. Ensuite, il y a bien sûr la préparation individuelle. Un programme est généralement présenté deux fois, une fois à l'intérieur du CvA, une fois dans une grande salle à l'extérieur. De nombreux élèves indiquent après coup qu'ils aimeraient participer à nouveau la prochaine fois. C'est une bonne chose !

Depuis combien de temps les élèves participent-ils à Score Collective ?

'Un étudiant du master spécialisé en musique nouvelle collaborera à presque tous les projets au cours de ses deux années d'études. Ils forment le noyau, les autres étudiants jouent régulièrement. Si quelqu'un joue d'un instrument inhabituel, la participation se fera aussi de manière sporadique, mais nous visons à jouer régulièrement. Cela donne les meilleures chances d'évoluer dans le répertoire. Si quelqu'un a déjà participé en tant qu'étudiant en licence, il peut arriver qu'il joue depuis quatre ou cinq ans. En fait, certains sont déjà des invités réguliers, par exemple d'Asko|Schoenberg, du Nieuw Ensemble et du Nederlands Blazers Ensemble. Ils ont déjà pêché dans cet étang auparavant.'

Est-il difficile de motiver les élèves ?

En assemblant soigneusement l'ensemble, chaque projet a suscité une grande motivation dès le départ. De temps en temps, un élève commence une première fois avec la frousse, mais cela se transforme presque toujours en enthousiasme. Les répétitions pour le projet Goebbels/Padding en ont été un autre bon exemple. Certains élèves qui n'avaient pas beaucoup d'expérience en matière de musique nouvelle n'ont pas tout de suite compris le langage musical qui se cachait derrière la notation. Il en résultait une certaine incertitude : je ne comprends pas, est-ce que je veux cela ?

Au fur et à mesure que la langue devenait compréhensible pendant les répétitions, la musique prenait vie pour eux et ils commençaient naturellement à l'apprécier. Cela fait plaisir à voir et donne confiance pour la suite des projets. Entre-temps, d'ailleurs, il y a pas mal de groupes professionnels qui ont la musique contemporaine dans le sang : Brahms et Beethoven ont souvent fait bon ménage avec Berio et Boulez.

Qui compose les programmes et les élèves ont-ils leur mot à dire ?

Joël Bons et moi-même élaborons principalement les programmes, en concertation avec les chefs d'orchestre et Sven Tepl, responsable de la musique classique au conservatoire. Mais il arrive de plus en plus souvent que des étudiants viennent frapper à ma porte pour me faire part de leurs suggestions ou me demander de participer à un projet. Les étudiants en composition ont également un rôle important et une influence sur les programmes grâce aux pièces qu'ils écrivent pour l'ensemble.'

Quels sont les critères et les éléments à prendre en compte pour choisir les œuvres ?

Les morceaux doivent être importants dans le répertoire des dernières décennies, à partir de 1950 par exemple. Les élèves doivent aussi avoir quelque chose à se mettre sous la dent, tout en étant réalisables dans un temps de préparation et de répétition raisonnable. Les compositions doivent être spéciales sur le plan musical, et ensemble, elles doivent produire un bon programme. En ce sens, il s'agit aussi simplement de programmer : organiser de beaux concerts qui valent la peine pour les élèves et le public.'

flyer score collectif

Pourquoi le nom "Score Collective" ?

Celle-ci a été choisie parce qu'un groupe de musiciens s'est engagé collectivement dans les partitions - avec ce dont les compositeurs ont toujours rêvé, en d'autres termes !

Mais Beethoven et Brahms sont également joués selon une partition.

'Certainement, mais plus la musique est fraîche, plus il est nécessaire de se pencher sur la partition. Les élèves étudient les partitions parce qu'il y a quelque chose à y découvrir, surtout dans la musique contemporaine. Il s'agit d'apprendre à comprendre ce qu'implique une interprétation. Dans la musique moderne, on en sait beaucoup moins que dans le répertoire classique ; tu dois t'approprier un nouveau morceau même complètement sans aucun exemple. Mais absolument, même dans Brahms et Beethoven, tu peux encore t'immerger à nouveau, ça ne s'arrête jamais. Vu sous cet angle, la différence entre l'ancien et le nouveau répertoire est moins importante que tu ne le penses. Toute la musique a été un jour nouvelle, et toute la musique devient un jour vieille. - Une pensée rassurante.

Est-ce que je détecte aussi un jeu de mots - (S)core, en référence au répertoire de base d'après 1950 ?

'Ha, nous n'y avions pas pensé, mais c'est un lien sympathique.'

Les élèves choisissent-ils le chef d'orchestre avec lequel ils veulent travailler ?

Le projet de janvier est toujours dirigé par Ed Spanjaard, maître de conférences en direction d'orchestre au CvA. Le projet de novembre est toujours dirigé par un chef d'orchestre changeant, spécialisé dans un répertoire spécifique. Cette fois-ci, il s'agit de Jurjen Hempel, qui a tenu à se plonger à nouveau dans l'œuvre de Heiner Goebbels. Les commentaires des élèves sont d'ailleurs sérieusement pris en compte lors de la réflexion sur les futurs chefs d'orchestre'.

Heiner Goebbels jouera deux mouvements de "Surrogate Cities". Comment décrirais-tu son travail ?

'Heiner Goebbels est un compositeur doté d'un incroyable sens du son, de l'instrumentation, de l'atmosphère et du suspense. Sa musique est souvent quelque peu sombre et inquiétante et démontre une vaste connaissance et un grand amour de la musique existante. C'est un compositeur éclectique dans le meilleur sens du terme. Sa réputation parmi les connaisseurs est grande, mais presque aucun des élèves ne le connaissait ; ils ne peuvent tout simplement pas encore tout savoir.

Les deux pièces invitent les musiciens à s'immerger dans le monde particulier que Goebbels évoque avec sa musique. Il suffit de se consacrer à la préparation et aux répétitions : la musique est si invitante que, avec un bon chef d'orchestre et, dans notre cas, la présence du compositeur, elle se développe naturellement pour aboutir à un résultat satisfaisant. Goebbels a assisté aux répétitions pendant une journée et a donné aux élèves une injection compacte mais immensément précieuse en ce court laps de temps".

Une nouvelle œuvre de l'étudiant en composition sera également entendue Gísli Magnússon, quel est le rapport avec les pièces de Goebbels ?

'Gísli a écrit son morceau spécialement pour ce programme, à la demande de Score Collective. Elle s'intitule ÓdáoahraunL'Ódáôahraun, nommé d'après le plus grand champ de lave d'Islande. Cette composition peut être considérée comme une vue sur Ódáôahraun et deux éléments du paysage à proximité : le lac Askja et la montagne Heroubreio. Alors que Goebbels zoome sur tous les aspects imaginables de la ville dans ses œuvres, Gísli se concentre fortement - presque en contrepoint - sur la nature de sa patrie, l'Islande.

Sa musique me rappelle parfois celle de Iannis Xenakis. Il crée des paysages sonores et s'intéresse de près aux couleurs spécifiques des différents instruments. Il y a aussi de grands contrastes entre la stérilité et l'agitation musicale. Je ressens sa pièce comme un voyage à travers un paysage. Par ailleurs, sa musique est aussi quelque peu sombre et inquiétante. Il y a donc à la fois des parallèles et des différences avec Goebbels.

Quelle est la différence d'approche entre Ed Spanjaard et Jurjen Hempel ?

ONS 2014
Jurjen Hempel (crédit photo Dutch Student Orchestra)

Ed Spanjaard, en travaillant avec les élèves, allume vraiment des lumières en ce qui concerne la nature de la musique. Il est extraordinairement inspirant et enthousiaste, tout comme Jurjen Hempel. Au cours d'une répétition, il sait très bien comment faire entrer la logique des parties dans les doigts des élèves et s'amuse beaucoup à le faire. Il organise le jeu d'ensemble de manière à ce qu'une représentation soit réussie. C'est ce que nous avons pu constater lors du déjeuner-concert du 6 novembre au CvA. Nous attendons donc avec impatience le concert de Tivoli-Vredenburg !

Jurjen Hempel, qu'est-ce qui t'attire dans la musique de Goebbels ?

 'Sa musique est merveilleusement théâtrale et d'une force conceptuelle sans précédent. Une seule idée est développée tranquillement et de manière cohérente par lui. Dès le premier instant où j'ai vu le cycle Villes de substitution J'ai été fasciné par ce que j'ai entendu. En raison de la richesse de l'orchestration et d'une originalité particulière pour relier des sons concrets, du jazz et de la musique pop à des sons orchestraux contemporains. À l'époque, lorsque j'ai entendu parler de l'existence d'une version pour ensemble de... Suite d'échantillonnage J'ai immédiatement saisi l'opportunité de l'interpréter à Genève avec l'Ensemble Contrechamps. C'était en 2005.

Quelle a été la contribution de Goebbels ?

C'était très spécial qu'il ait pris la peine de venir de Francfort au Conservatoire d'Amsterdam spécialement pour une répétition. C'était merveilleux de l'avoir à nos côtés. Il est ouvert, de bonne humeur et a l'oreille fine. Il est extrêmement positif à l'égard des musiciens et de moi, le chef d'orchestre. Il est également très attaché à la qualité sonore de l'amplification, il voulait par exemple absolument que des caissons de basse soient ajoutés. En outre, il a une fascination saine pour les percussions et les instruments apparentés.

Tu travailles avec des étudiants en master du conservatoire, comment cela se passe-t-il ?

'Ce qui ressort d'abord de ces étudiants en master, c'est leur capacité technique sans précédent. En tant que chef d'orchestre, tu peux répéter à un niveau professionnel avec ces jeunes sans aucun problème.

C'est une différence avec l'Orchestre des jeunes des Pays-Bas dont je suis le chef permanent. Il s'agit alors d'élèves de l'enseignement secondaire, ce qui est en fait incomparable. Dans cet orchestre de jeunes talents, je passe la plupart de mon temps comme coach d'orchestre. Avec Score Collective, je peux vraiment me plonger dans les nuances d'une partition'.

 

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais