Aller au contenu

La prochaine série de subventions sera désastreuse pour les artistes, mais il existe une solution.

D'ici le 1er mars, chaque artiste qui souhaite bénéficier d'un soutien gouvernemental doit avoir déposé sa demande. Les fonds, les municipalités et l'État délibéreront ensuite en commissions. La tombola quadriennale sera encore plus dramatique cette année qu'il y a quatre ans, lorsque le CDA, le PVV et le VVD ont procédé à d'énormes coupes. Avec pratiquement aucun argent ajouté maintenant, et en fait souvent des coupes supplémentaires, tout nouveau venu dans le système aura la fin d'un autre artiste sur la conscience. Encore plus qu'il y a quatre ans.

Le Fonds pour les arts du spectacle, par exemple, qui a été durement touché à l'époque par la réduction Rutte 1 et qui a depuis été utilisé comme un pot de réserve par le ministre de la culture Bussemaker, a récemment donné de l'argent à des institutions qui ont parfaitement réussi à s'en servir. Toutes les exigences ont été respectées, aucun club n'a manqué à ses propres promesses. Certaines organisations affichent même de meilleurs chiffres qu'il y a quatre ans, bien que nous sachions maintenant qui en est responsable le projet de loi a payé.

Le problème actuel est qu'un tel fonds ne peut exclure personne du système parce qu'il n'a pas satisfait aux exigences. Pourtant, il a l'obligation d'assurer le rajeunissement et le renouvellement de l'offre artistique aux Pays-Bas. Il faut du sang neuf. Et cela ne peut donc se faire qu'en drainant d'abord du sang sain. Les victimes ont le droit de faire appel à tous les organismes possibles et imaginables. C'est ce qui a été fait avec succès à de nombreuses reprises au cours de la période écoulée et ce qui se produira encore plus souvent au cours des quatre prochaines années.

La solidarité mutuelle dans le monde de l'art est donc complètement perdue.

Les réserves sont épuisées, il n'y a plus d'argent pour les belles choses et la pauvreté des travailleurs ne fera qu'empirer. La ministre n'a absolument pas anticipé cette évolution, occupée qu'elle était par le spectacle de bonnes nouvelles à l'échelle du secteur qui a caractérisé son règne.

Avant que l'enfer ne se déchaîne, un nouveau secrétaire d'État à la culture d'un nouveau gouvernement aura été nommé. Bussemaker n'aura pas à supporter elle-même les conséquences de sa politique. Son successeur n'aura d'autre choix que de procéder à des coupes sombres dans l'offre. Les chances qu'un nouveau gouvernement soit en faveur d'une augmentation des subventions à l'art sont aussi élevées que les chances qu'un membre du PVV distribue de la soupe dans un AZC.

Alors, n'y a-t-il rien de possible pour arrêter cette course vers le bas ?

La solution existe, mais elle est à peu près aussi improbable : avec l'introduction d'un salaire de base pour chaque citoyen néerlandais, nous pouvons supprimer les frais de personnel des subventions artistiques. Ces frais représentent aujourd'hui quatre-vingts à quatre-vingt-dix pour cent des demandes de subventions. Alors, pour la première fois depuis des années, nous pourrions à nouveau parler d'art, tous ensemble. Au lieu de parler d'argent.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais