Aller au contenu

Theatre of The World (1) : Design by Quay Brothers a le goût de plus #hf16

L'histoire et la programmation du Carré en font un drôle de canard dans le gâteau du Holland Festival. Un mémorial de la boxe, le Toneelgroep Amsterdam et Ali B sont programmés pour l'année prochaine. La sciure de bois pour les chevaux de dressage ne semble jamais très loin. Ce n'est pas l'endroit le plus évident pour un opéra postmoderne, ou plutôt un grotesque en neuf scènes. Mais maintenant, c'est ici : Le Théâtre du Monde. Un événement si important que nous vous proposons deux critiques et... une interview à elle.

Helen Westerik parle de la conception de cet opéra.

Le compositeur Louis Andriessen, le metteur en scène Pierre Audi et le librettiste Helmut Krausser montent une grande coproduction internationale dans un décor des jumeaux Quay. Raison de voir comment ces frères, rendus célèbres par leurs animations en stop motion, traduisent leur travail à une si grande échelle. En tant que simple partie d'un ensemble vaste et complexe, comment se situent leur travail et leur identité ?

Depuis des décennies, les Quays réalisent leurs propres films dans leur langage cinématographique unique. Leurs films - la plupart courts - se déroulent dans des microcosmes sombres et mystérieux, mais dans lesquels tu aimerais néanmoins passer une semaine pour vraiment pénétrer leur monde spirituel.

Andriessen voulait travailler avec eux parce qu'il voyait en eux un pendant contemporain d'Athanasius Kircher, l'homme de la Renaissance, charlatan, inventeur et touche-à-tout sur lequel est basé l'opéra. Et à leur tour, les frères ont été incontestablement inspirés par l'œuvre visuelle de Kircher. A un match fait au paradis?

Théâtre du monde - ©Ruth Walz
Théâtre du monde - ©Ruth Walz

Dans une œuvre dont le livret fragmentaire est rédigé en plusieurs langues, la conception joue le rôle d'élément directeur. Les costumes aussi, en particulier les corsets exosquelettes des trois sorcières, donnent une charge dramatique qui manque parfois au livret. Ils indiquent clairement les endroits où nous risquons parfois de rester suspendus un instant ; ils donnent de la cohérence à l'ensemble.

Dans la conception des costumes de Florence von Gerkan, les costumes du "garçon" sont particulièrement frappants. Il n'a de nom nulle part. Sa veste de bombardier incrustée de boutons porte la mention "Boy" dans le dos ; dans une scène ultérieure, elle devient quelque chose comme Robin (de Batman), pour finir avec des cornes de diable. Cela donne au rôle de ce garçon, magnifiquement interprété par Lindsay Kesselman, une éloquence supplémentaire. L'éditeur a une cape faite d'une sorte de caoutchouc flexible. Mi Zorro, mi sous-sol SM, elle illustre l'étrange relation qu'il entretient avec Kircher et lui donne une apparence de vipère.

Vortex

Un opéra postmoderne, avec des costumes postmodernes, tantôt grotesques, tantôt historiques, tantôt comme une chemise de batman, presque de Waterloo Square, fais un décor pour ça.

Au Carré, en tout cas, les frères Quay trouvent un beau théâtre pour travailler. L'arène a été transformée en terrain de jeu qui rappelle le cimetière juif de Prague en raison des quelques tombes abattues et tordues : une atmosphère à la fois poétique et mélancolique. En son centre se trouve un pilier incurvé, une sorte de vortex qui s'étire vers le ciel. Plus tard, il s'avère qu'il s'agit de la Tour de Babel.

La lumière en arrivant sur les lieux est d'un noir et blanc austère, tout comme le décor de l'arène. C'est tellement plus pesant et plus grand que l'œuvre des films des Quais que je n'ai pas pu réprimer une légère déception. Alors, est-ce que ça va vraiment mourir à cette échelle ?

Mais ensuite, heureusement, il y a les projections en arrière-plan. L'ouverture de scène de Carré est utilisée presque entièrement pour ces projections sur toile semi-transparente. Parfois illustratives, parfois commentées, parfois autonomes : l'histoire de l'opéra et la vie de Kircher sont montrées en ombres chinoises et en animations en stop-motion. Le grotesque du sous-titre émerge ici très clairement : de petits diables sortis de boîtes brossent un tableau mystérieux, ludique et sombre à la fois.

Spectaculaire est l'apparition de Sor Juana Ines de la Cruz, une mystique mexicaine avec laquelle Kircher a correspondu. Sur scène, derrière le premier rideau, elle passe en glissant sur une élévation de va-et-vient, comme un reliquaire grandeur nature : elle a un cadre illuminé avec un portrait sur la poitrine. Cela donne une image surréaliste de la religion comme forme, comme kitsch, mais aussi élevée et délimitée. Une belle image pour la seule femme de la vie de Kircher. Lorsque le cadre du portrait s'illumine, son cœur semble s'enflammer. Pour lui ?

Promesse

Peu à peu, plus de couleurs, et donc plus d'éloquence, entrent également dans l'arène. La grisaille disparaît, donnant à l'image de la scène plus de profondeur et rendant un peu moins inquiétante la propreté de l'ensemble. Il n'y a pas de bosses dans les décors, il n'y a pas de poussière. Tout semble fraîchement peint. Mais s'il y a bien une chose attirante dans le travail des frères Quay, c'est que chaque vis desserrée, chaque tas de poussière et chaque poupée à moitié bandée est pleine de promesses. Tu redécouvres la beauté des charnières qui grincent et de la sciure de fer. Et cela ne se traduit pas à grande échelle.

Heureusement, les animations et la merveilleuse invention de la scène mobile pour Sor Juana compensent largement ce manque. Les animations qui annoncent le final du spectacle et la vie de Kircher sont particulièrement merveilleuses.

J'ai entendu quelques grognements autour de moi à propos du livret. Mais nous sommes d'accord sur la conception. Il a plus de goût.

Bon à savoir

Pour les billets et plus d'informations cliquer ici.

 

Sauvegarde

Sauvegarde

Helen Westerik

Helen Westerik est historienne du cinéma et grande amatrice de films expérimentaux. Elle enseigne l'histoire du cinéma et fait des recherches sur le corps dans l'art.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais