Aller au contenu

'L'écriture dramatique est florissante', affirme le syndicat de la langue. Il est temps de faire une exploration parmi les dramaturges.

Le 6 décembre 2017, le Taalunie Toneelschrijfprijs décerné au poète, écrivain et dramaturge Ilja Leonard Pfeiffer. Sa pièce sur Bram Moszkowitcz, intitulée "L'avocat", a été l'œuvre originale qu'il a préférée parmi 47 propositions. Selon le Taalunie, la pièce de Pfeiffer "se tient magistralement en équilibre sur la fine ligne entre la tragédie et la comédie, le drame réaliste et la méta-réflexion, le burlesque et le poignant". La pièce se réfère constamment à elle-même et à son ambition non négligeable : Pfeijffer rencontre Shakespeare et Pirandello dans la Hollande du 21e siècle. Néanmoins, il ne s'agit pas d'un texte vain. L'auteur fait preuve d'une grande générosité, écrit avec virtuosité et entraîne le lecteur dans ses intentions page après page. Tout comme on peut le vivre quotidiennement dans la réalité, il s'avère possible, avec des stratégies de représentation et de langage bien choisies, de prouver tout et rien à la fois.

Selon l'Union linguistique L'écriture théâtrale néerlandaise est florissante. On note les travaux en cours et urgents : Le jury s'est réjoui à l'idée d'un théâtre trans-situationnel qui laisse l'anecdote loin derrière lui, de pièces sur lesquelles vous pouvez continuer à vous projeter et qui sautent directement de la page, et de textes qui, comme on le dit parfois dans la salle de répétition, "semblent se jouer tout seuls".

L'œuvre en question a été écrite à l'origine comme une pièce de théâtre. La seule œuvre autorisée à concourir pour le Taalunieprijs. En outre, bien sûr, une grande partie du théâtre naît de l'improvisation et nous connaissons des pièces historiques et des adaptations de livres et/ou de films, sans l'intervention de "vrais" auteurs.

Le fait que l'écriture théâtrale soit florissante aux Pays-Bas peut être qualifié d'assez extraordinaire. Les auteurs dramatiques évoluent dans un monde où ils collaborent avec de très nombreux autres créateurs. Et même ces dernières années, alors que les pécores et les pegulants se font rares dans le secteur, la Drama Library a une fois de plus été richement approvisionnée. Dans le cadre du Conseil général de la culture et l'avis sectoriel imminent, il est temps de procéder à une exploration décentralisée. Des goulets d'étranglement à la demande et des "leçons apprises".'Le but est d'inspirer des initiatives et des rêves.

Deux mois de temps pour écrire

Presque toute l'attention est consacrée à la production du spectacle, alors que le texte compte comme une préparation. Il s'agit d'un "demi-produit", déclare également le cours d'écriture à la Hogeschool voor de Kunsten à Utrecht. Le temps de création d'un texte est passé de 2 ans à 2 mois. Deux ans, comme le désir de l'artiste autonome qui a besoin de temps pour faire des recherches et arriver à des thèmes et une idéation forte. Deux mois, comme une volonté du producteur de répondre au mieux à l'actualité. Cette absence de délai de mise sur le marché se fait au détriment de la qualité des textes. La qualité est difficile à définir, mais notons au moins qu'arriver à une œuvre originale n'est pas la même chose qu'être... affichage d'un scénario de film, parfois même copié sans attribution à partir de bases de données à l'étranger. De plus, rejouer la même chose n'est pas toujours socialement pertinent.

Contrats et règles en transition

L'appel à la rapidité, à la flexibilité, à l'acuité et à la chaleur laisse également sa marque sur la passation des contrats. En ces temps incertains, les institutions de production et de présentation, si cela ne tient qu'à elles, préfèrent remettre cela à la veille de la première. Ainsi, il arrive que les jeunes auteurs soient tenus responsables du pré-investissement. Cela va parfois jusqu'à un an et demi, alors qu'en tant que commission, il s'agit en fait d'un risque commercial.

Ce qui n'aide pas, c'est que le Performing Arts Fund ne pose pas de questions sur le contrat entre l'institution et l'écrivain dans le processus de demande. Cela place les écrivains dans une position défensive non désirée. Ce qui est bien sûr très dommage car les textes sont travaillés avec beaucoup d'attention et d'amour. Cela rend également le travail des syndicats plus difficile. D'autres fonds culturels publics sont beaucoup plus conscients des "lacunes" dans les règles et reconnaissent donc clairement la valeur ajoutée et la qualité des écrivains.

Contributions substantielles au travail

Heureusement, depuis cette année, il existe à nouveau une bourse de travail pour les dramaturges. D'après Martine Manten, dramaturge au Théâtre national et co-initiatrice de La Maison de l'écriture dramatiqueLes critères de la seule bourse d'écriture qui existe, la bourse d'écriture de l'Union européenne, ne sont pas suffisamment flexibles. Les "auteurs de la contribution de travail" du Fonds pour les arts de la scèneLes plans d'action et les plans de travail sont tellement standardisés qu'un plan peut difficilement être "distinctif". As-tu une chance si tu veux développer un style ou un genre différent ? Qu'est-ce qu'un texte original ? Le fait de devoir s'inscrire dans ces cadres tue la créativité. Pour les fonds eux-mêmes aussi, cela devient alors un casse-tête de faire des choix. Aussi parce qu'il y a beaucoup plus de candidatures que le budget ne le permet.

Liberté d'être autonome

Un dramaturge reconnu Lot Vekemans rêve d'une plus grande liberté pour les dramaturges, semblable à celle dont jouissent les écrivains littéraires. Elle suggère : "Coupons les liens économiques obligatoires avec le public. Toute cette formulation de qui tu veux atteindre avec ton travail, combien de personnes tu vas atteindre n'est pas seulement contraignante pour l'auteur mais aussi à courte vue de la part du subventionneur. Tout est ramené à des chiffres. Le raisonnement est toujours erroné. La connexion ne commence pas par ce que l'autre personne attend de toi, mais par ce que tu as à apporter. Chaque créateur veut un public, chaque créateur veut plus de public et y travaille toujours. La meilleure question serait donc "pourquoi voulons-nous subventionner, qu'est-ce que l'art et pourquoi est-ce de l'art ?". En ce qui me concerne, il s'agit de valeurs douces que tu veux soutenir pour obtenir des textes de qualité. La recherche et l'orientation du public ne devraient pas être une exigence pour les dramaturges autonomes. Ils veulent travailler en s'affranchissant de tout cadre. Les premières exigences sont : comment vois-tu le monde, que veux-tu faire, que veux-tu ajouter, que veux-tu rechercher. Commencer par la question "combien de personnes vas-tu toucher ?" est en contradiction avec la puissance d'une œuvre autonome.'

Maison de l'écriture dramatique

Selon Martine Manten, la Maison de l'écriture dramatique offre un lieu pour cela.La Maison de l'écriture dramatique crée un espace et un temps pour le dramaturge et le texte. Les écrivains ne sont pas des gens qui s'unissent facilement, mais il y a un grand besoin d'échanger et d'approfondir. Le paysage est aujourd'hui configuré pour les travaux de commande et les délais serrés. Il n'y a pratiquement plus de place pour l'expérimentation et la recherche. Surtout après les coupes budgétaires. Nous voulons être là pour que les écrivains puissent donner de l'espace à leurs voix littéraires autonomes et développer de nouveaux styles. Explorer les thèmes et les formes qu'ils jugent nécessaires. Fournir un espace pour les séances de feedback, faciliter les réunions d'expertise et la recherche.'

Faciliter l'organisation du réseau

TSH est à la fois une organisation de mise en réseau et un lieu d'expertise. Nous pouvons également servir de lien entre le producteur et l'écrivain. Nous sommes en dehors de tout système de financement, nous venons donc de lancer notre première table d'écrivains, non rémunérée. Les écrivains et les dramaturges apportent leurs propres réseaux pour aider leurs collègues à progresser. Nous commençons avec des auteurs qui ont déjà développé leur propre voix. À terme, nous voulons aussi soutenir et aider ceux qui sont en train de construire leur signature à trouver les conseils et les réseaux appropriés.

'Tu es sûr d'obtenir un bon travail lorsque tu rassembles des écrivains sur une trajectoire d'un an et demi. Ainsi, ils peuvent affiner et mûrir leurs projets en toute tranquillité. Il y a tellement d'écrivains qui n'ont maintenant nulle part où se tourner ou qui ne savent pas vers qui se tourner, avec qui leur écriture pourrait cliquer. Nous rêvons de créer un lieu pour les écrivains sur le modèle du Royal Court de Londres et du Norwegian Writing House, des théâtres dont la fonction est essentielle pour le climat de l'écriture dramatique.

En tant que nouvelle forme de coopération, la Maison de l'écriture dramatique est une initiative louable qui offre aux auteurs dramatiques une continuité dans la profession. Les mois à venir seront dominés par la refonte du système de subventions. Le Conseil de la culture présente une recommandation sectorielle pour le secteur du théâtre qui pourrait avoir la même portée que celle pour le secteur de la musique. Pour les arts de la scène, il faut espérer que non seulement les institutions, mais aussi les créateurs et surtout les écrivains y trouveront leur juste place. Après tout, l'art est un mouvement. Il faut donc des politiques qui suivent les vagues, les réseaux et les connexions.

Fleur Jansen

Fleur Jansen (1976) écrit pour le cinéma, la télévision et le théâtre et compile des recueils d'histoires datant d'environ 1900. Elle a écrit ses premiers textes pour Entertainment Experience, un projet cinématographique mené par le réalisateur Paul Verhoeven et le scénariste Robert Alberdingk Thijm. Après avoir remporté un prix du scénario et le projet un Emmy Award, elle a participé à deux master classes aux États-Unis. Récemment, elle a écrit une mini-série télévisée grâce à une bourse et a pris place au sein du comité de rédaction du festival final de Mediafonds. Pendant son temps libre, elle travaille pour le monde de l'entreprise où elle déploie 20 ans d'expérience professionnelle (internationale). Fleur Jansen a étudié les études politiques à l'UvA (1999) et écrit occasionnellement pour Cultuurpers.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais