Aller au contenu

Sofia Gubaidoelina : "Ce n'est qu'en Occident que j'ai pu me fixer des objectifs à grande échelle et les réaliser

Sofia Gubaidoelina est devenue une véritable favorite du public dans notre pays. Elle est également une invitée de choix dans les séries de diffusion. Par exemple, le concert AVROTROS Vrijdag a présenté les premières néerlandaises de Glorious Percussion (2011) et O Komm, Heiliger Geist (2016). Le vendredi 23 mars, la première représentation néerlandaise de son... Triple concerto pour bajan, violon et violoncelle.

Le morceau est dédié à l'accordéoniste suisse Elsbeth Moser, qui joue également en solo avec l'orchestre philharmonique de la radio. Les cosolistes sont la violoniste lettone Baiba Skride et la violoncelliste néerlandaise Harriet Krijgh. Toutes les trois ont déjà signé pour la première mondiale avec l'Orchestre symphonique de Boston en 2017. L'article ci-dessous est en partie basé sur un entretien réalisé en 2011 avec Gubaidoelina.

Pas de petites phrases

Je m'entretiens avec Sofia Gubaidoelina (Chistopol, 1931) en 2011 lors du festival de violoncelle de Zutphen. L'événement biennal s'est ouvert la veille avec elle. Sieben Worte pour violoncelle, bajan et orchestre à cordes. Du moment où nous nous sommes serré la main, elle s'est enflammée dans un discours élogieux sur la grande performance et le beau lieu.

Cet élan est caractéristique : même dans les interviews précédentes, Gubaidoelina n'a jamais succombé à... petite conversation. Pour cela, son temps est trop précieux et sa mission trop importante. Il faut faire de l'art profond pour contrebalancer les tendances à l'aplatissement de notre société. C'est son devoir sacré de donner une voix à l'élément spirituel.

Musique dans le circuit du sous-sol

Le Tatar-Russe décrit à quel point la situation était difficile pour les artistes à la pensée indépendante en Union soviétique. Tout était motivé par des raisons politiques. Si vous refusiez de chanter sur le régime dans un style socialiste-réaliste, il était presque impossible de survivre. Vous n'aviez pas de représentations, pas d'argent, rien.

Mais je ne pouvais pas écrire d'éloges funèbres : nous vivions dans une société complètement immorale. Par nécessité, ma musique a été interprétée par des musiciens courageux dans ce qu'on appelle le circuit du sous-sol. Ils étaient mes chevaliers en armure étincelante. Je leur suis éternellement reconnaissant : sans musicien, pas de musique, après tout.'

Portes et fenêtres ouvertes

Peu après l'effondrement de l'Union soviétique, en 1992, Gubaidoelina a déménagé à Appen, un village près de Hambourg. Avec enthousiasme, elle se souvient à quel point cela a été décisif pour elle. 'J'avais déjà soixante ans, ma vie était en grande partie terminée, mais je pouvais enfin composer librement ce que je voulais. Toutes les portes se sont ouvertes.

En Russie, tout était guindé, mais maintenant je pouvais facilement interagir avec les musiciens, les critiques et le public. Cette interaction est essentielle pour un artiste. Pour la première fois, j'ai vraiment pu me fixer des objectifs à grande échelle qui ont également été réalisés ; ma production a considérablement augmenté.'

Une maison avec un arbre

Pourtant, son style n'a guère changé en Occident. Le monde extérieur n'influence pas tellement ma façon de composer, parce que j'écoute ma voix intérieure", explique Gubaidoelina. Je l'ai d'ailleurs mieux entendue à Appen, car j'ai eu un contact beaucoup plus favorable avec la nature. C'est un hameau avec seulement deux rues.

Il y a un arbre devant ma maison et j'ai un petit jardin. à nature. À Moscou, j'étais dans un petit appartement entouré de maisons et d'usines ; tout était baigné de lumière la nuit. Je rêvais toujours de l'extérieur".

Mais lorsqu'elle était enfant, n'a-t-elle pas fait des promenades de plusieurs jours avec son père dans les steppes du Tatarstan ? Oui, il était géomètre et j'étais parfois autorisée à l'accompagner dans l'un de ses voyages d'affaires. Mais nous vivions à Kazan, une région aussi industrielle que Moscou. Ce qui est curieux, c'est qu'il devait souvent arpenter des terrains où un aéroport était en train d'être construit ou quelque chose comme ça. J'ai donc profité de paysages qui disparaissaient peu de temps après.

Vivre

Je lui suggère qu'elle aurait pu déménager dans un village à l'extérieur de Moscou si elle avait un tel besoin de verdure. Horrifiée, elle me regarde. C'était périlleux, à la campagne, il y avait des crimes terribles ! Moscou était nettement plus sûr. Au début, j'allais parfois dans l'un des parcs de la ville, mais là aussi, la criminalité augmentait fortement. C'est pourquoi je suis restée à l'intérieur autant que possible pendant la dernière décennie du régime soviétique. Le fait que j'aie maintenant une maison avec un jardin et un arbre est pour moi le Paradis".

Se sent-elle peut-être allemande plutôt que russe ou tatare en ce moment ? Intrusivement, elle me regarde. La nationalité n'a plus beaucoup d'importance de nos jours. Les gens du monde entier interagissent entre eux grâce à Internet et nous perdons notre caractère national. On ne peut plus classer les gens par nationalité ou par race, comme c'était le cas auparavant.'

Spasskultur

'Dans l'air du temps, d'autres critères s'appliquent, tels que : l'honnêteté est naïve, le grand art est naïf. Il existe un fossé entre les personnes intelligentes et la majorité de la société, qui est hostile à l'intelligentsia et aux arts. Presque à la limite du militarisme. Les Spasskultur oblige les artistes à perdre, mais nous devons continuer à résister à l'aplatissement.'

Gubaidoelina doute que cela réussisse. 'Je vois émerger un nouvel être humain, qui ne sait plus ce que c'est que d'avoir un vrai contact, comme nous l'avons fait au cours de cette conversation. Ils sont assis devant l'ordinateur toute la journée et réagissent au monde extérieur comme des machines. J'y vois un grand danger pour l'avenir : la vie devient vide, plate et unidimensionnelle, toute diversité disparaît.'

Elsbeth Moser

On ne peut certainement pas dire que sa propre musique soit unidimensionnelle et plate ; elle a toujours une forte charge spirituelle. Ainsi, Gubaidoelina est une véritable magicienne du son, dont l'imagination musicale ne s'estompe pas, même à un âge avancé. Cela se manifeste une fois de plus dans le Triple Concerto pour bayan, violon et violoncelle, achevé en 2017.

L'idée de cette œuvre orchestrale à grande échelle est venue d'Elsbeth Moser, une grande défenseuse de sa musique. En 1991, Gubaidoelina a écrit Silenzio pour bayan, violon et violoncelle. Frappé par la belle interaction entre l'accordéon à boutons russe et les instruments à cordes occidentaux, Moser lui a demandé un triple concerto.

Sonorité orchestrale sombre

Ce concerto d'environ une demi-heure se distingue par la prédominance du registre grave des instruments de l'orchestre. Il s'ouvre sur un groupe de tons chromatiques du bajan, commençant sur un mi grave et s'élevant jusqu'à un mi bémol presque une octave plus haut. Le violoncelle joue lui aussi une ligne ascendante, avec des intervalles de plus en plus petits.

Le violon commence sur la corde la plus basse et monte également en hauteur. C'est ainsi que le concerto se met en branle. Il est principalement composé de courts motifs, que Gubaidoelina forge néanmoins en une unité convaincante. En partie grâce à une utilisation subtile de la dynamique - qui s'enfle parfois jusqu'à atteindre la force d'un ouragan.

Les deux cordes solistes jouent des lignes sensuellement imbriquées, enchâssées dans des accords colorés du bajan et des sons orchestraux sombres. Des instruments comme le contrebasson, le tuba, les trombones et les contrebasses complètent idéalement le registre grave et sonore du bayan. Les lignes d'un cor s'élevant des profondeurs sont également magnifiques. Le son sourd d'un gros tambour, qui produit en même temps un léger cliquetis, est tout à fait impressionnant. Est-il équipé de cordes en acier, comme la caisse claire de la musique pop ?

Nous aurons des nouvelles vendredi.

En plus du triple concerto de Gubaidoelina, l'OCR joue la septième symphonie de Chostakovitch. Plus d'infos et de billets ici.

J'ai réalisé un reportage avec les trois solistes pour la diffusion en direct sur Radio 4, Tu peux l'écouter ici.
Ma conversation avec Elsbeth Moser peut être écoutée sur YouTube.

Thea Derks

Thea Derks a étudié l'anglais et la musicologie. En 1996, elle a terminé ses études de musicologie cum laude à l'université d'Amsterdam. Elle s'est spécialisée dans la musique contemporaine et a publié en 2014 la biographie 'Reinbert de Leeuw : man or melody', saluée par la critique. Quatre ans plus tard, elle a terminé 'Un bœuf sur le toit : la musique moderne dans le vogevlucht', qui s'adresse surtout aux profanes intéressés. Tu peux l'acheter ici : https://www.boekenbestellen.nl/boek/een-os-op-het-dak/9789012345675 En 2020, la 3e édition du Reinbertbio est parue,avec 2 chapitres supplémentaires décrivant la période 2014-2020. Ceux-ci sont également parus séparément sous le titre Final Chord.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais