Aller au contenu

Le Cherry Garden de l'ITA propose une pièce soignée dans un no man's land théâtral.

Tu as déjà lu ici messages gratuits. Alors rejoins Culture Press dès maintenant. Nous avons plus de 400 membres fidèles. Des personnes impliquées dans les arts, qui y travaillent, qui définissent des politiques. Des personnes qui apprécient une vision indépendante du journalisme artistique. Tout comme toi.

Rejoins-nous! Pour que Culture Press continue à fonctionner !

Tout a dû commencer par un grand plan dans la tête de Simon McBurney. Le Britannique, maître du théâtre de texte mathématiquement précis et truffé de gadgets techniques, a vu l'incroyable plancher du Rabozaal du Stadsschouwburg d'Amsterdam et son cerveau s'est mis à fonctionner. Quelque chose à propos d'une toile de fond couvrant toute la largeur de la salle, quelque chose à propos d'une maison de poupée, quelque chose à propos d'un gigantesque écran de projection à déclenchement par cheveux qui s'adaptait précisément à une petite scène au milieu de ce vide gigantesque. Il suffisait maintenant d'y placer quelques acteurs pour que le miracle se produise. Son Jardin des cerises, son ode au chef-d'œuvre de Tchekhov, ferait tomber les bouches ouvertes.

Malheureusement, dimanche 16 juin à 16 heures, ce miracle n'a pas tout à fait décollé, il s'avère. L'énorme écran de projection derrière est toujours là, avec des arbres effrayants et une centrale nucléaire, mais l'énorme écran HD lourd suspendu devant la scène ne sert vraiment qu'à indiquer les débuts et les fins de scènes. D'un point de vue économique, c'est une solution assez coûteuse, mais bien sûr, c'est à cela que servent les subventions : que les choses peuvent être coûteuses mais inutiles.

Mets la main à la pâte

Heureusement, il nous reste les acteurs, a dû penser McBurney. Et le texte de Tchekhov. Il suffit, pour ainsi dire, de le réciter pour éponger la salle. En théorie, c'est vrai. Mais il faut alors qu'il y ait une équipe. C'est un peu comme au football. Si tout le monde joue pour soi, vous perdez, sauf si vous avez quelqu'un comme Messi dans la cage de l'attaquant. S'il n'est pas dans son assiette, tu peux quand même perdre.

Le dimanche 16 juin, Gijs Scholten van Aschat a eu son heure de gloire. C'est donc uniquement grâce à sa volonté de marquer sans retenue que le jardin des cerises d'ITA, conçu avec soin, n'a pas totalement échoué. Car sinon, c'était plutôt triste comme situation. Dans la ruine des grands projets de McBurney qu'est désormais l'image de la scène, il fallait jouer la comédie. Mais la comédie ne doit pas venir de vos orteils. La comédie doit avoir la joie de jouer et l'esprit d'ensemble, ce qui manquait un peu à l'ITA. Chacun jouait son propre jeu avec les restes du concept de mise en scène de McBurney. Après tout, ce dernier voulait aussi quelque chose avec des effets de corne. Il devait s'agir d'un reste de son solo inégalé d'il y a quelques années, dans laquelle il a réellement joué une histoire sous forme de pièce radiophonique dans une salle vide géante. Cela a parfaitement fonctionné.

Pièce de théâtre d'ensemble

Alors, où est-ce que ça a mal tourné ? L'étincelle n'a-t-elle pas jailli lors de la première réunion entre le réalisateur et les acteurs ? McBurney était-il intimidé ? Ou bien les grandes stars du Toneelgroep Amsterdam d'Ivo ont-elles perdu leur flexibilité et ne peuvent-elles travailler que lorsqu'elles sont autorisées à figurer dans ces étonnantes mises en scène conceptuelles ?

Bien sûr, ce Jardin des Cerises pourrait encore s'améliorer lorsque les acteurs se trouveront et qu'un véritable ensemble émergera. Et ceux qui ont déjà un billet : on ne voit et n'entend pas souvent Tchekhov aussi proprement et clairement prononcé aux Pays-Bas depuis la dissolution de la Haagsche Comedie, alors bravo pour la diction et le respect de Tchekhov. Mais, chers gens du Toneelgroep Amsterdam, pardon, de l'ITA-Ensemble, vous apportez cette version amateur de Tchekhov à un festival qui est d'une classe mondiale absolue. Cette petite œuvre s'en démarque. C'est le moins que l'on puisse dire.

Maintenant, oui. Mieux l'année prochaine.

Bon à savoir Bon à savoir
De Kersentuin est encore visible jusqu'au 19 janvier 2020 à Amsterdam, dans le bâtiment anciennement connu sous le nom de Stadsschouwburg. Informations.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais