Aller au contenu

Hommage à Robert Mapplethorpe : diaporama avec musique modérée #HF19

Un homme noir est assis sur le bord de la scène du Stadsschouwburg d'Amsterdam, pardon ITA. Il nous observe d'un regard intense lorsque nous entrons dans la salle de spectacle. - Comme le sous-titre incarné de la performance dédiée à Robert Mapplethorpe. Triptyque (Regard de l'un sur l'autre). Derrière un écran de gaze se trouvent les instruments d'Asko|Schönberg qui, avec Roomful of Teeth, assureront l'accompagnement musical. Bryce Dessner a écrit la musique, beaucoup le connaissent surtout comme guitariste du groupe de rock The National.

Triptyque est basé sur trois portfolios de l'œuvre de Mapplethorpe (1946-1989), connus simplement sous le nom de X, Y, Z. Ses photographies homoérotiques dont rien ne déguise les scènes sadomasochistes et les portraits nus d'hommes - noirs pour la plupart - ont suscité de nombreuses controverses. En 1990, il en est même venu à intenter un procès au Centre d'art contemporain de Cincinnati en raison des "obscénités" affichées. - Un procès que les plaignants ont d'ailleurs perdu.

Bombardement d'images

Selon ses propres termes, Dessner "ne veut pas mener une bataille qui a déjà été gagnée. Après tout, de nos jours, nous ne levons plus les yeux d'une photo pornographique. Il zoome plutôt sur la "vision radicale et sans compromis de l'homme, de son corps, de ses sentiments, de sa douleur et de ses envies" de Mapplethorpe. Il appelle Triptyque Il s'agit d'un "examen musical des notions de beauté et d'amour, d'érotisme et d'art, de liberté et de persécution". Il s'agit d'un bombardement d'une heure et demie d'images - d'ailleurs très explicites.

La musique est un mélange éclectique de chant harmonique touvien, de yodel, de madrigalisme monteverdien, de gospel, de chant folklorique sarde, de grunting, de pop et de minimalisme. Le chœur américain Roomful of Teeth y joue le rôle principal, Asko|Schönberg n'ayant qu'une fonction secondaire. Avec des motifs simples et répétitifs, ils soutiennent les parties vocales souvent balayées, avec des motifs qui rappellent la musique folklorique écossaise ou irlandaise. Très occasionnellement, les percussionnistes se laissent aller à un passage aux rythmes tonitruants.

Porc abattu

Le metteur en scène Kanez Schaal laisse l'homme noir solitaire traverser la scène ou regarder sur le côté. Avec lui, nous regardons les immenses tableaux, tandis que le chœur chante des paroles allongées et quasi-philosophiques du librettiste Korde Arrington Tuttle. Celles-ci sont projetées sur l'écran de gaze et s'inspirent en partie des poèmes de l'activiste gay Essex Hempill et de la chanteuse Patti Smith.

L'image d'ouverture de "X" montre un homme suspendu à l'envers à une croix, avec une traînée de sang sombre sur son corps. Elle évoque à la fois un cochon fraîchement abattu et le Christ. Les images suivantes sont également explicitement sadomasochistes. Les huit membres de la chorale alternent entre des chants doux et des grognements inquiétants. Tous chantent à travers un microphone ; le son de la salle est très fort et même légèrement déformé.

Dans 'Y', des fragments de texte issus du procès de 1990 résonnent sur un fond de photographies florales et de bondage. En alternance, un homme et une femme s'avancent en tant que solistes en poussant des exclamations, malheureusement plutôt tremblantes. L'acteur prend la même pose que l'une des personnes représentées, les bras enroulés de manière protectrice devant la tête.

Musique unifiée

Avant 'Z', l'homme saute devant le rideau et adopte brièvement la pose d'un danseur de ballet. Le chœur siffle, fredonne et crache des mots fragmentés. 'L'esthétique peut justifier le désir, mais le désir peut provoquer la punition.' Eh bien, il le fera, penses-tu, murmuré par le flot incessant d'images et de paroles.

Malgré la multitude de techniques vocales utilisées, la musique est finalement trop uniforme pour rester captivante. De plus, on ne comprend pas un seul instant ce que les créateurs essaient de dire exactement. Est Triptyque Un réquisitoire contre la discrimination raciale, un plaidoyer pour l'acceptation de la communauté lhgtb, pour l'amour peut-être ?

Roomful of Teeth n'a pas non plus le niveau d'ensembles comme Cappella Amsterdam et le Netherlands Chamber Choir. Rapidement, l'ennui et l'irritation frappent, en partie à cause du volume sonore élevé. Quand tu penses que c'est enfin fini, un autre dialogue parlé sur un rendez-vous suit. 'Tu as baisé avec moi ? - Qu'est-ce que tu en penses ?

Mariage gay

Ensuite, le soliste masculin se lance a cappella dans une chanson qui semble prôner le mariage gay. En Amérique / je place ma bague / sur ta bite / là où elle doit être", qui se transforme lentement en un hymne polyphonique. Dans cet hymne, les cordes d'Asko|Schönberg ont également droit à quelques lignes. L'homme noir reprend sa place, les jambes pendantes au bord de la scène.

Triptyque n'est guère plus qu'un diaporama accompagné d'une musique médiocre, et pourtant, à part quelques huées, la plupart des spectateurs ont applaudi. Étant donné la composition du public, je ne peux m'empêcher d'avoir l'impression qu'il s'agit en grande partie de fans de Bryce Dessner, qui sont peu familiarisés avec la musique composée moderne. - Ce qui est plutôt encourageant. Qui sait, peut-être se rendront-ils au Muziekgebouw aan 't IJ pour écouter Neuwirth, Ligeti ou Moore.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais