Aller au contenu

Le paysage de Drenthe fascine et enchante dans Barbizon du Nord

En raison de la tempête de publicité, il semble que Le "Paysan qui brûle de l'herbe" de Vincent van Gogh (1883) la star de la nouvelle exposition Barbizon du Nord - La découverte du paysage de la Drenthe 1850-1950. La pièce maîtresse de l'exposition, comme il sied à une bonne diva, est encore loin. Elle est "à la mode en retard". Cependant, une place a déjà été réservée.

L'intérêt pour le Van Gogh détourne presque l'attention des autres maîtres présentés dans l'exposition. Musée Drents à voir. Presque . Avec des noms comme Israëls, Mesdag et Moulijn, "Barbizon du Nord" est une exposition de rêve qui montre la complexité et la diversité du paysage de Drenthe sous toutes ses facettes, te donnant envie de profiter et de te détendre dans la belle nature intacte de Drenthe.

Dolmens et souvenirs d'enfance

À cause de la façon dont les humains traitent la nature, il ne se passera pas longtemps avant que nous ne puissions plus l'admirer que dans un musée ou sur un écran. Le paysage de la Drenthe couvre une grande partie de ma vie. J'ai grandi dans la Drenthe, avec ses belles forêts, ses intéressantes tombes mégalithiques et ses authentiques villages de buttes. Les dimanches matin à l'avant du vélo de mon père pour aller dans les landes, nourrir les canards, écouter les pics et chercher les écureuils. Ou à vélo avec mes parents chez mes grands-parents à Rolde. J'en garde d'excellents souvenirs. Maintenant que je vis en ville, cela me manque : l'effet relaxant des merveilles de la nature. Mais aussi l'époque où le rythme était un peu plus lent et où nous profitions davantage des espaces verts qui nous entouraient.

En collaboration avec Het Drentse Landschap Le Drents Museum a organisé une exposition qui fait naître en moi ce sentiment de nostalgie. L'envie de sortir. Des chaussures de marche et un appareil photo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Inspiration

L'envie de capturer la nature de Drenthe a également fait naître des peintres au dix-neuvième siècle. L'inspiration mène à la création. Elle est de tous les temps. Pour les artistes eux-mêmes, leur intention était de représenter et, bien sûr, de vendre. Mais les œuvres d'art ont un autre but. Elles montrent un monde d'une beauté révolue et, ce faisant, obligent le public à se rendre à l'évidence. Cela entraîne aussi parfois un sentiment de tristesse. Protège les derniers morceaux du paysage authentique de la Drenthe : les villages et la nature intacte. Fais attention à eux !

Une fois de plus, j'ai "découvert" des artistes dont les peintures me plaisent énormément : Julius van de Sande Bakhuyzen et Egbert van Drielst. C'est surtout le tableau "Vacher au repos sur la rive bordée d'arbres" de Van de Sande Bakhuyzen qui m'a séduit. Une scène idyllique, avec une bonne utilisation de la réflexion dans l'eau et un contraste entre les couleurs sombres des arbres et les tons presque pastel du champ ouvert. Un régal pour les yeux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bio

La disposition de l'exposition semble naturelle. Organique. Dans la période sur laquelle porte l'exposition, 1850-1950, l'invention du tube de peinture a marqué un tournant. En voyant la décoration sur les murs, cela me rappelle à la fois le paysage dynamique et fluide de la Drenthe, mais aussi la façon ondulante dont un brin de peinture émerge parfois du tube sur la palette.

En parlant de palette de couleurs, les couleurs chaudes mais fraîches utilisées pour les murs complètent à merveille les œuvres d'art. Le contraste avec les œuvres les fait ressortir. Surtout à l'approche des mois de mauvais temps et de froid, l'exposition donne une impression de soleil et de chaleur. Le musée y associe astucieusement le chant des oiseaux. Détente et relaxation. Après une visite à "Barbizon du Nord", tu peux donner à ton application de méditation une journée de repos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Pauses douces

À l'intérieur des thèmes, il y a également des changements de style ; l'école de La Haye avec De Ploeg et des dessins au crayon. Cela ne nuit pas à l'ambiance générale de l'exposition. Bien que je puisse les apprécier, les œuvres de Berend Groen - 'Old cemetery near Loon' (1983) et 'Stream landscape near Taarlo' (1998)- appartiennent clairement à la période de l'épilogue. Comme la photo 'Erica' de l'exposition Artiste de l'année 2020. Saskia Boelsums. C'est une œuvre fascinante et accrocheuse, dans laquelle j'étais pratiquement tête en l'air pour m'assurer qu'il n'y avait pas de pinceau en cause.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L'emplacement à côté de "La barge de gazon (1883)" de Vincent van Gogh reste nu pendant un certain temps, mais même sans cette œuvre... Barbizon du Nord - La découverte du paysage de la Drenthe 1850-1950 vaut la peine d'être visitée. En voyant ces chefs-d'œuvre, on comprend pourquoi les artistes ont afflué dans la Drenthe et se sont sentis inspirés par la diversité des paysages. Il est essentiel de protéger et de préserver de toutes nos forces ce qui reste de l'authenticité de la Drenthe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Annika Hoogeveen

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais