Aller au contenu

Pourquoi VPRO Mondo est un programme à chérir

Dans les années 1990, BBC 2 était pour moi une raison de rester à la maison. Pendant un certain temps, ce n'était pas à cause des épisodes de Star Trek qu'ils continuaient à diffuser, alors que la télévision néerlandaise essayait d'exclure toute forme d'imagination. Non, il s'agissait du Late Show, un programme culturel. À minuit et quart, j'avais droit à une dose quotidienne de discussions culturelles de haut niveau. Des forums avec Salman Rushdie, ou d'autres célébrités, toujours d'actualité, agréables et lents. 

Pendant des années, je me suis demandé pourquoi nous, aux Pays-Bas, à part Adriaan van Dis, n'étions pas capables de réaliser une émission culturelle qui se rapproche du Late Show. Cette émission a également connu plusieurs changements de format au cours de son existence, mais son ADN est resté visible. Même lorsque sa part musicale a été reprise par Jools Holland dans Later et que toutes sortes de débats critiques ont été résumés dans Late Review. Avec toutes ces délicieuses imageries des critiques britanniques.. . 

Des messieurs à l'abri du besoin

Aux Pays-Bas, nous avions surtout des émissions avec des messieurs avachis dans des sièges trop bas, qui semblaient la plupart du temps intéressés par la façon dont ils pouvaient se formuler, mais qui échouaient de peu. VPRO - Boeken était diffusée trop tôt dans la journée et n'avait rien à voir avec le flair du Late Show : des débats sur la culture dans lesquels les gens agissaient aussi avec la vigueur et l'humour nécessaires. L'émission de musique classique Podium Witteman est brillante, mais ne traite que de musique classique, ce que je trouve toujours dommage. Et Volle Zalen de Cornald Maas n'échappe pas à l'image d'une émission de fans.

Alors maintenant - après trois épisodes - il est temps de faire une petite danse de joie prudente à l'idée que Mondo sera diffusé. Une émission de VPRO qui est une copie presque directe du Late Show de la BBC 2 des années 1990, mais avec moins de célébrité. Et en écran large.

Bip et crépitement

Après le premier épisode, je me tenais encore le cœur car tout grinçait et craquait. Une conversation laborieuse sur les frontières dans l'art, deux amis du producteur qui ont un jour fait un disque de house : tout cela semblait trop voulu et pas assez naturel. Maintenant, quelques épisodes plus tard, le schwung entre en jeu. Il est toujours délicat que les artistes, comme l'architecte Sjoerd Soeters dans le dernier épisode, par exemple, soient souvent insupportablement arrogants, ou dominateurs ou super peu sûrs d'eux. Cela ne parle pas bien, que tu sois assis dans un coin paresseux ou à une table active.

Bien sûr, un autre problème est que toute personne qui suit les médias avec un certain amour de l'art se voit rappeler chaque jour à quel point notre pays est petit en matière d'art. Lorsqu'une pièce de théâtre très médiatisée sort, le metteur en scène ou l'acteur principal s'assoit et raconte la même histoire à la radio et à la télévision, qu'il avait déjà fait écrire dans le journal auparavant. Un nouveau livre d'Herman Koch raconte la même histoire rebattue dans tous les médias. Ce qui n'enlève rien au fait qu'il s'agit d'un livre fantastique. 

Ingrat

Nous avons un petit monde culturel aux Pays-Bas, avec peu de faits marquants quotidiens. C'est donc à la rédaction de Mondo que revient la tâche ingrate de ne pas tomber dans ce piège des relations publiques artistiques, et en même temps de ne pas être toujours à côté de l'actualité. Avec Culture Press, nous nous concentrons donc aussi davantage sur ce qui se passe derrière les façades et en politique, plutôt que sur les temps forts prévisibles. Ce type de journalisme ne serait pas non plus déplacé pour la VPRO.

Cela me semble être un défi de taille, mais si VPRO s'en tient à son dédain pour l'audimat, il pourrait tout de même y avoir quelque chose avec Mondo. Même avec un format datant du siècle dernier. Mais ne le dis pas au directeur de la station.

Je ne fais que regarder, alors.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais