Aller au contenu

#metoo et moi

Dans Theaterkrant, 445 créateurs de théâtre ont un lettre ouverte postée, adressée à Toneelgroep Oostpool, appelant les créateurs et les joueurs à cesser d'avoir peur et à signaler les abus à https://mores.online/. Résumé de ce qui précède : il y a eu plusieurs plaintes pour harcèlement sexuel de la part du directeur artistique d'Oostpool, Marcus Azzini. Une enquête s'en est suivie et Azzini a pu, dans un premier temps, reprendre son travail après une conversation musclée avec le conseil de surveillance. Après cette lettre dans le Theaterkrant, il y aura une enquête de suivi et Azzini démissionnera de ses fonctions jusqu'à ce que les résultats soient connus.

'La peur est l'ennemie de l'art' écrivent les dramaturges. Mais 'le pouvoir et l'art' se tolèrent aussi mal et ces trois-là, le pouvoir, la peur et art ont souvent tout à voir les uns avec les autres. Lorsque j'ai obtenu mon diplôme de l'école de théâtre d'Amsterdam en 1986, j'ai effectué un stage au Zuidelijk Toneel Globe, comme on l'appelait à l'époque. Il y avait une sorte d'année sabbatique au cours de laquelle quatre directeurs artistiques avaient été nommés, après une période illustre menée par Gerardjan Rijnders.

Je me suis retrouvé au milieu d'une lutte de pouvoir féroce entre deux des plus grands ruffians, Theu Boermans et Sam Bogaerts. Ils se battaient pour savoir qui allait diriger la production de cette année-là, dans laquelle je jouais un rôle principal (Ghetto par J.Sobol). Le résultat, c'est qu'ils l'ont fait ensemble et ce n'était pas seulement un choix malheureux d'un point de vue artistique. Ce que j'ai observé en termes de comportement parmi les acteurs, c'est que la plupart d'entre eux étaient effrayés et se demandaient sur quel cheval ils devaient parier maintenant pour avoir du travail dans la prochaine saison également. Est-ce que ce sera Theu ou Sam ?

Je ne me souviens pas exactement qui a gagné (je ne pense pas qu'aucun des deux l'ait fait), mais je me souviens du comportement de quatre jeunes acteurs à l'égard de leur grand héros Sam, que j'ai trouvé choquant à l'époque. Ils faisaient tout ce qu'il demandait. Tout devait être "vrai", donc les chutes ou les bagarres n'avaient pas le droit d'être "fausses". Ils se blessaient et s'humiliaient chaque fois qu'il le voulait. Cela m'a beaucoup appris sur la relation de pouvoir entre le réalisateur et l'acteur, après quoi j'ai commencé à douter d'avoir fait le bon choix de carrière.

La saison suivante, à ma grande joie - il y avait très peu de travail à l'époque - j'ai obtenu un rôle dans une production théâtrale pour la jeunesse du Paardenkathedraal d'Utrecht, où il m'est à nouveau arrivé quelque chose de similaire. Après cette production, j'ai décidé que le théâtre, c'était fini pour moi. Dans un environnement aussi peu sûr, je ne voulais et ne pouvais tout simplement pas fonctionner. Je suis marquée par les traumatismes de guerre de mes parents et j'ai besoin de sécurité et de confiance précisément pour m'épanouir. Pour pouvoir apprendre et vivre.

Je pense aussi que la grande volonté que j'avais et que j'ai toujours de m'exprimer et de raconter mes histoires est précisément enracinée dans ces traumatismes et leurs conséquences, par exemple le fait de ne pas être "vu". Les scènes du monde entier ne sont-elles pas remplies de gens qui n'ont pas été assez vus dans leur enfance et qui ont donc ce besoin si fort ? C'est un besoin pour beaucoup. Cet aspect les rend également très vulnérables aux abus de pouvoir et à l'intimidation.

Les artistes, qu'ils soient interprètes ou créateurs, sont souvent prêts à tout pour être vus et entendus. Ce "tout" inclut le fait de subir des humiliations et du harcèlement, qu'ils soient de nature sexuelle ou non. Ce n'est pas pour rien que certaines des plus grandes -affaires se déroule dans le monde des arts et du spectacle.

La connaissance, la compréhension et le changement de comportement sont nécessaires parmi toutes les parties prenantes pour vraiment s'attaquer à ce problème. Il faut des directeurs et des responsables politiques conscients de la sensibilité accrue à ce type d'abus. C'est donc aussi l'objet du code de pratiques équitables ! Il exige des directeurs artistiques, des chefs d'orchestre et des metteurs en scène, une (auto)réflexion et un grand sens des responsabilités à chaque signe d'abus de pouvoir imminent. Après tout, tu es quelqu'un qui détermine si quelqu'un d'autre a du pain sur la table ou non. Tu as ce pouvoir, alors utilise-le avec prudence. Mais cela exige aussi quelque chose de la part des victimes (potentielles), sans que j'aie suggéré quoi que ce soit au sujet de la "provocation". Bien au contraire ! Mais la connaissance de soi est cruciale. Pourquoi as-tu peur ? Pourquoi veux-tu être vu ? Quel est ton besoin ?

Mon choix a cependant été très rigoureux ; il serait dommage que tous les jeunes acteurs ou actrices talentueux prennent la même décision, car alors il n'y aurait plus de théâtre. Je soutiens donc de tout cœur cette lettre et cet appel et j'aspire à des théâtres pleins (à nouveau), où nous pourrons rire et pleurer devant des hommes de théâtre forts, vibrants et sûrs d'eux, qui jouent les étoiles du ciel, sans crainte.

 

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais