Aller au contenu

On ne peut pas confier l'argent de la culture aux municipalités. C'est pourquoi il est préférable qu'elles obtiennent tout.

La dernière vague de fonds de sauvetage culturel a été distribuée aux conseils municipaux sans qu'ils soient obligés de dépenser cet argent pour la culture. En effet, ce soi-disant "earmarking" était trop lourd et prenait trop de temps, selon la ministre de la culture sortante Ingrid van Engelshoven. (Des personnes malveillantes suggèrent que de cette façon, Rutte et Wiebes étaient prêts à passer, parce que l'argent n'irait de toute façon pas à la culture. Mais il s'agit bien sûr de ragots vicieux).

Des recherches menées par Berenschot ont cependant montré depuis que les gains de temps sont susceptibles de faire en sorte qu'une partie des 150 millions ne finisse pas chez les artistes en détresse, mais sur les bancs publics, dans un lampadaire ou dans quelques poubelles. Ou dans le grand pot.

35 ans

Est-ce grave ? Oui, c'est mauvais et cela prouve une fois de plus que l'on ne peut pas faire confiance aux politiciens et aux décideurs municipaux lorsqu'il s'agit de culture (d'argent). C'est logique, car ils n'ont pas eu à s'en préoccuper non plus au cours des 35 dernières années. La politique culturelle de fond, avec l'argent, était du ressort du gouvernement central depuis 1985. Les municipalités n'avaient plus qu'à s'assurer que toutes les offres financées par le gouvernement étaient disponibles quelque part.

C'est donc à cette obscénité politique que nous devons le paysage culturel actuel. Un paysage dans lequel des bâtiments d'art mégalomanes se dressent jusqu'au plus petit centre de village, jadis érigés par un conseil municipal qui voulait quelque chose d'agréable pour le marché immobilier local. Le loyer et le contenu n'avaient pas à être pris en compte : tous deux étaient largement payés par les subventions culturelles de l'État. Et il ne s'agit pas forcément de petits villages. Nimègue, par exemple, est une de ces villes où - en dehors de l'événement de 4 jours - pratiquement toute la culture a disparu du cœur des administrateurs.

Résistance

Donc une belle situation gagnant-gagnant, sauf pour ceux qui font de l'art subventionné, parce qu'ils oscillent partout entre les deux. Ils font des projets qu'un comité d'experts gouvernementaux approuve, et doivent les amener dans des bâtiments où les gens ne s'y intéressent pas particulièrement. Les fonds concernés le savent bien et l'admettent amplement, mais ils se sont néanmoins battus bec et ongles contre la poursuite de la régionalisation des subventions à l'art.

La situation actuelle souligne une fois de plus à quel point c'est regrettable. Berenschot s'est sentie obligée de un paquet spécial d'enseignement Le projet a été conçu à l'intention des administrateurs municipaux pour leur apprendre ce qu'est la culture et pourquoi elle a besoin de leur soutien inconditionnel.

Incompétence

Comme il s'agit d'un événement ponctuel, il ne restera pas. À moins que les artistes et les institutions locales n'exigent le contrôle de chaque euro de l'argent supplémentaire qui a été "volontiers, mais pas obligatoirement" remis à la municipalité pour la culture, la plupart disparaîtront. Les bibliothèques locales, les sociétés d'amateurs, les initiatives artistiques et les poteries vont avoir la vie dure. Non pas par mauvaise volonté, mais par méconnaissance de leur propre ville.

Ainsi, nous continuons à maintenir la distance entre l'art et le lieu. Les artistes, les créateurs de théâtre et les musiciens restent des demi-fonctionnaires d'un département gouvernemental, faisant des tournées obligatoires dans les lieux locaux. Les administrateurs locaux continuent à s'intéresser à d'autres choses que la culture, dans la mesure où celle-ci ne relève pas du budget bien affecté au "bien-être".

La pièce de monnaie ayant disparu

C'est peut-être une idée de prendre comme point de départ le programme d'études attachant de Berenschot. Peut-être que c'est une idée de rapprocher pour une fois le financement et la production des arts de la population. Peut-être devrions-nous accepter que cela créera beaucoup plus de situations embarrassantes avec des politiciens locaux de partis, obscurs ou non, qui s'enfuient avec l'argent. Comme dans le Brabant.

Ce sera passionnant dans les municipalités car, pour une fois, les artistes devront négocier non pas avec La Haye, mais avec le gouvernement local. Ces artistes ont des amis dans la ville, avec lesquels l'échevin peut faire partie du Lion's Club. La compagnie théâtrale pourra réaliser ses ambitions internationales parce que le conseil municipal fera comprendre que c'est bon pour la ville. Le débat sur la culture prendra un caractère local. Le copinage et les manipulations en sous-main des échevins, comme cela s'est produit dans le Brabant, ont plus de chances d'être révélés au grand jour. La presse locale a de nouveau un peu plus à écrire.

Les villes se ressemblent de moins en moins. Vivre devient un choix, quand sortir a de l'importance.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais