Aller au contenu

Le monde étrange d'Euripide Laskaridis - Julidans s'ouvre avec les tripes

Après une année d'inactivité forcée, Julidans a donné le coup d'envoi hier sous le slogan Never Stop Dancing. Tout comme les créatures merveilleuses qui peuplent Elenit, la soirée d'ouverture aux mains d'Euripides Laskaridis. Son Elenit est un univers de personnages grotesques et parfois attachants, pris en otage par un énorme moulin à vent sur scène. Contre leur gré, ils continuent, qu'ils perdent une jambe ou qu'ils soient assiégés par un dinosaure en talons aiguilles. C'est au spectateur de décider ce qu'il veut y voir. Laskaridis n'aime pas dicter de quoi il s'agit, sa compagnie ne s'appelle pas Osmosis pour rien : il s'agit de l'échange entre le public et le théâtre.

Bien qu'il y ait beaucoup de rires - parfois même trop - le spectacle commence par une image qui aurait pu être tirée tout droit du dernier Twin Peaks : lumière stroboscopique, bruit fort et plaque métallique brillante. Je m'attends à une suite féroce et engagée mais me trompe très vite. Bien sûr, c'est intense et cela fait référence à la crise grecque, mais beaucoup plus ludique et farfelu que cette scène ne le laisse supposer.

Aphrodite aux seins pendants

Tout tourne autour d'Aphrodite, dans une immense robe en coquillage avec des seins en pendentif, un masque et une voix déformée. Elle lit un livre - est-ce une tragédie grecque ? Ou quand j'entends le nom d'Euripide et un texte quelconque, est-ce que je pense immédiatement aux classiques, comme si plus de 25 siècles ne s'étaient pas écoulés en Grèce aussi ? En tout cas, son Aphrodite n'est pas inférieure aux héroïnes classiques. Elle se laisse entraîner dans un monde de meurtres et de violence avant de devoir mourir elle-même. La scène hilarante de la mort est un coup de maître, les autres personnages donnent des indices sur la façon dont les choses doivent se passer, et elle-même supplie le public de l'applaudir pour son dernier souffle artistique.

En un mot, c'est le pouvoir d'Elenit. Rien n'est ce qu'il semble être. Le titre fait référence aux plaques ondulées en béton d'amiante qui ont été largement utilisées en Grèce dans les années 1960, jusqu'à ce que l'on se rende compte de leur caractère mortel.

Les tôles ondulées, mais en métal léger ou en plastique transparent, sont cruciales dans le décor. C'est dans la scène d'ouverture, récurrente dans une sorte d'Acropole de tôle ondulée en construction. La variante en plastique est transportée partout. Comme la variété mortelle : elle est partout, mais tu ne la vois pas tout de suite.

Feuilles ondulées

Ce béton d'amiante, dit Laskaridis, avait l'air super grec mais ne l'était pas. Le spectacle joue avec ça, on voit les sirtaki , les motifs géométriques grecs sur le journal télévisé, un autre Nikè roule. Et donc un dinosaure en talons aiguilles. Un indice que la Grèce à laquelle nous pensons est elle aussi éteinte depuis longtemps et que le pays est dans le même siècle que le reste du monde ? La cabine du DJ sur la scène le suggère.

L'attrait d'Elenit, c'est que tu peux creuser à l'infini pour trouver des significations et avoir toujours raison. Pour moi, il s'agissait d'attentes, d'identités sexuelles et nationales et de ce que le théâtre est ou peut être. De grands thèmes. L'énorme schmoozing de tous les acteurs y fait parfois obstacle, c'est parfois juste un peu trop long ou trop en sucette. Mais les scènes finales sont si justes que tout cela est pardonné. Lentement, tous les personnages se transforment en vieux grincheux et même Aphrodite perd son éclat, sa robe en coquillage et son masque.

À la fin, nous voyons les gens sortir de sous leurs masques. Les vraies personnes, fortes et fragiles.

Bon à savoir Bon à savoir

Julidans est encore à l'affiche jusqu'au 16 juin dans divers endroits d'Amsterdam. Voir ici pour obtenir des informations sur le programme et des billets.

J'apprécie cet article !

Blij met dit verhaal? Laat je waardering blijken met een kleine bijdrage! Zo help je onafhankelijke cultuurjournalistiek in stand houden. (Zie je geen knop hieronder, gebruik dan deze link: don!)

Vlot doneren
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais