Aller au contenu

Ilay den Boer repousse la frontière entre le théâtre et le journalisme avec "Le jugement de Salomon".

Je Maintiendrai. La devise des Pays-Bas ("Ik zal handhaven") orne le magnifique hall de l'ancienne poste d'Utrecht, aujourd'hui bibliothèque. La devise a également veillé sur la première du spectacle "Le jugement de Salomon" avec lequel Ilay den Boer revient maintenant au public. Après tout, il n'était pas là depuis longtemps. Il a travaillé pendant un peu moins d'un an à l'IND, le service d'immigration et de naturalisation, qui détermine qui peut ou ne peut pas se dire Néerlandais.

Den Boer a mené des recherches, participatives et ouvertes, comme le font rarement les créateurs de théâtre, et comme le font parfois les journalistes. Jeroen van Bergeijk est l'un de ceux qui, par exemple, obtiennent des histoires révélatrices sur les abus dans les entrepôts des boutiques en ligne ou sur les conditions de travail bizarres des chauffeurs Uber. L'auteur de théâtre Ilay den Boer ne cherchait pas à dénoncer les abus en soi, car le fait que la sécurité officielle des frontières néerlandaises soit remise en question est un fait assez courant. Tout comme le fait que les Néerlandais ordinaires n'aient jamais à y faire face, et qu'il n'y ait donc pas de contrôle social à ce sujet, est un truisme.

Des talents pour la vie

Nous en avons eu un bel aperçu grâce à Rodaan al Galidi, dont le livre "How I got talent for life" donne un aperçu tout aussi hilarant que douloureux du purgatoire entre le vol et le permis de séjour. Ce livre a d'ailleurs fait l'objet d'une adaptation théâtrale dans une pièce de théâtre. Une performance très impressionnante, qui est tombé dans l'oubli peu après sa première l'année dernière à cause de la pandémie.

Ilay den Boer montre l'autre côté. Il a rejoint l'IND sur invitation. Son incorporé(e) Le projet a débuté lors d'une formation pour devenir "fonctionnaire de décision", après avoir effectué un stage dans un AZC à Utrecht. Enfin, des mois plus tard, il nous mitonne un tableau plus riche en nuances que tu ne l'imagines.

Vraiment

Les expériences que Den Boer incorpore dans le spectacle sont également façonnées en personnes. Pas des personnages, car ses covedettes, le fonctionnaire de l'IND Peter et le demandeur d'asile Hasan, sont elles-mêmes dans cette manifestation, que l'on ne peut donc pas vraiment qualifier de représentation théâtrale non plus. Tout ce qui est décrit est réel, les personnes sont réelles et nos sentiments en tant que spectateurs sont réels. C'est assez délicat, car il y a aussi des auteurs de théâtre documentaire, qui rendent la réalité un peu à leur goût. Ceux qui, comme moi, sont aussi des admirateurs du théâtre de casse-tête de Greg NotrottC'est un peu comme si tu attendais la surprise de te retrouver soudain sur la mauvaise voie.

La mauvaise jambe sur laquelle Ilay den Boer te met, si tant est qu'il s'agisse d'une mauvaise jambe, dépend plutôt de ce que tu penses de la politique d'immigration néerlandaise dans quelle bulle et comment tu places le rôle de l'IND dans cette politique. Personnellement - je vais le dire tout haut - je suis convaincu que la libre circulation des personnes doit être aussi logique que celle des marchandises. Je fais donc partie de cette étrange petite minorité qui pense que si les gens entrent facilement quelque part, ils iront facilement ailleurs, espèces migratoires que nous sommes.

PVV

Ilay den Boer ne prend pas directement position dans Le jugement de Salomon, et c'est tout à son honneur. Cela rend le spectacle adapté à l'extrême droite parmi nous, ainsi qu'aux modérés, ou aux personnes comme moi. C'est un véritable exploit. Le "Jugement de Salomon" a mûri en tant que spectacle de salon, rendant visite à des personnes issues d'horizons aussi divers que possible, et donc également à des membres du PVV.

Le jugement de Salomon porte sur la manière dont l'IND détermine qui remplit ou non les conditions requises pour obtenir le statut de résident. Ce faisant, l'IND s'arroge le bénéfice du doute, ce qui est tout à fait remarquable dans un pays où les ministères et les cabinets successifs prennent la méfiance comme point de départ, comme en témoigne le scandale de l'affaire des allocations.

Objectivité

Den Boer se concentre finalement sur l'objectivité que l'IND dit maintenir dans le jugement des personnes qui demandent un permis de séjour. Cela signifie qu'aucun lien personnel ne doit être établi et que les différentes étapes de l'évaluation sont effectuées par des fonctionnaires différents. Les protocoles établis sont sacro-saints et rigoureux.

Et c'est là qu'Ilay den Boer aborde le point sensible, et le point qui est le but de tout cet exercice : ces protocoles sont-ils vraiment si exempts de valeurs, et quelle est la marge de manœuvre, pour le meilleur ou pour le pire, de l'agent décisionnaire ? En fin de compte, ce sont les gens qui portent les jugements.

Les contretemps

Mais pas seulement "un jour". Après tout, au début, c'est le parlement, et donc l'électorat, c'est-à-dire nous tous, qui déterminent le degré d'objectivité et d'humanité du fonctionnaire. Quelle que soit la beauté de leur chant, et même si l'histoire du client peut paraître douteuse.

Nous sommes tous des misérables, mais certains misérables détiennent la clé du Paradis. Sympa qu'une représentation théâtrale, grâce à des recherches journalistiques, puisse faire comprendre cette vulnérabilité de nos actes. Cela te fait regarder différemment le texte qui accompagne cette devise royale des armoiries.

Je soutiendrai la vertu et la noblesse

Je soutiendrai la noblesse de mon nom

Je défendrai l'honneur, la foi et la loi de Dieu,

Du roi, de mes amis et de moi.Source : Wikipedia

Bon à savoir Bon à savoir

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais