Aller au contenu

Le ministre interdit l'art ! - Comment la propagande dangereuse a sa chance à l'heure du concombre.

Jusqu'au syndicat inclus, le message a été partagé : la ministre de la culture sortante, Ingrid van Engelshoven, aurait dépassé les bornes avec sa politique de diversité et voudrait maintenant interdire l'art non diversifié dans les universités. Le Telegraaf en a fait ses choux gras et l'ancien artiste de cabaret Hans Teeuwen a gagné quelques centaines de milliers d'euros. aime moi sur Instagram. Entre-temps, il a également a atteint les colonnes de Het Parool grâce à l'artiste Nelle Boer. Le problème, c'est que rien du tout de ce message n'est vraiment vrai. 

La vérité est généralement ennuyeuse et soporifique. C'est pourquoi les histoires d'épouvante montées en épingle sont toujours efficaces : elles ne sont jamais ennuyeuses et tout le monde va en tirer quelque chose. Mais regardons quand même les faits. La raison de tout ce remue-ménage est une Lettre de la Chambre par Van Engelshoven, dans lequel elle aborde l'action largement soutenue de la Chambre pour réduire la discrimination dans les universités. Une aspiration louable. Et aussi importante, car si nous ne nous attaquons pas à la discrimination dans l'enseignement, nous passerons à côté d'une subvention européenne considérable (5 milliards d'eureo).

Genre

Cette subvention européenne exige des institutions candidates qu'elles disposent d'un "plan d'égalité entre les femmes et les hommes". Ce plan d'égalité des sexes (PEG) exige des mesures au niveau du personnel, de l'environnement d'apprentissage et de l'offre. Plus de diversité dans le personnel, par exemple, mais aussi dans la façon dont l'organisation est mise en place et dont l'enseignement le permet. Pour les organisations qui ont actuellement un angle mort en matière de genre, il est difficile de voir où le changement est nécessaire. Le ministre a donc demandé à un certain nombre d'experts d'examiner toutes les idées dans ce domaine et ce qui est déjà possible.

Pour ce conseil a beaucoup à faire en ce moment. C'est pour cela que je l'ai lu. Le temps est mauvais de toute façon et le Tour de France est terminé, tout comme les vacances, qui n'ont pas du tout marché de toute façon. Il reste assez de temps pour les articles ennuyeux que le Telegraaf, Hans Teeuwen, la propagandiste amateur Nelle Boer et les rédacteurs d'opinion de Het Parool ne veulent pas lire. Parce que c'est ennuyeux, mais utile.

Micro-agressions

Après quelques chapitres décrivant principalement les cadres, nous arrivons aux "recommandations", qui sont apparemment le sujet principal. Il s'agit d'une liste de plusieurs pages, contenant des choses comme : 'Point focal : - Prévenir la culture individuelle, compétitive ('chilly climate') et les micro-agressions** - Boîte à outils : Gender sensitive PhD supervision (Female Empowerment in Science and Technology Academia) - Britton (2017) - Van Engen et al. (2019) - Vacarro (2012) - Beemyn & Brauer (2015) - Fine (2017) - Valentine & Wood (2018).''

Pour ceux qui étaient sous une pierre depuis quelques semaines, voici enfin le mot "micro-agression". Pouvons-nous le préciser en même temps. Nous savons tous ce qu'est la macro-agression. C'est ce que font les garçons de Gooi à Majorque quand ils ont trop bu. La micro-agression est quelque chose d'autre qui se cache. C'est exclure sans dire explicitement que l'on exclut quelqu'un. C'est l'omission des femmes dans le canon des arts, parce qu'elles ont souvent pris le nom de l'homme après le mariage et qu'il y a donc deux artistes, l'un jeune, l'autre femme de, et personne ne les additionne.

Toujours des hommes

La micro-agression est également un groupe d'image de scientifiques importants d'une université, qui ne comprend pas de femmes lauréates du prix Nobel. Cette micro-agression laisse entendre que les scientifiques importants sont toujours des hommes, alors que dans la pratique, ce n'est pas du tout le cas. Venons-en donc à l'exemple contesté où le Telegraph, Hans Teeuwen et Nelle Boer ont dirigé leur macro-agression déplacée.

Il est dit ici : '- Vérification de l'environnement physique (accessibilité, art, noms des bâtiments, photos, toilettes non mixtes). - Évaluation de l'accessibilité réalisée par Ongehinderd (Université de Leyde) - Sculptures provide more diverse view of University's history (Leiden University)'.

Représentation

C'est la seule mention de l'"art" dans toutes les pièces sur lesquelles Teeuwen, Telegraph et Farmer basent leurs histoires. Il ne s'agit donc pas de supprimer l'art. Au contraire. Il s'agit de plus d'art. Donc supprimer rien d'existant, mais quelque chose. ajouter pour rendre l'image plus représentative. Cela ne dit rien non plus sur la façon dont l'art devrait être fait, mais seulement sur les œuvres d'art qui pourraient être incluses. Donc, dans ce cas, une galerie de sculptures de professeurs, qui étrangement n'inclut pas de femmes, même s'il y en a.

Nous citons : 'En 2018, 14 professeures ont reçu un portrait dans la salle du Sénat du bâtiment de l'Académie, mais le jardin de sculptures ne comportait pas encore de statue d'une professeure. C'est pourquoi le Conseil supérieur a commandé deux nouvelles sculptures représentant deux femmes scientifiques de haut niveau.'

Iconoclasme ?

Et voici donc l'iconoclasme qui a éclaté selon la propagande maligne des hommes (pour la plupart) de Telegraph et du cabaretier Teeuwen et de l'intrigant Boer. Une commande pour deux statues, de femmes. Parmi les hommes. Pas à la place de.

La période des concombres est l'occasion pour les organisations de publier des communiqués de presse avec de vilains projets. Après tout : tous les journalistes au courant de l'affaire sont sur leur lieu de vacances. C'est aussi le moment où une émeute malveillante peut prendre des proportions bizarres. Après tout, les journalistes qui savent comment les choses fonctionnent sont également assis quelque part dans un camping pluvieux en train de creuser des gouttières autour de la tente.

C'est pour cela que je ne pars pas en vacances.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais