Aller au contenu

Jan-Peter De Graaff compose Parallax : "Je montre les efforts que font les gens pour créer leur propre monde". #novembermusic

Tu as déjà lu ici messages gratuits. Alors rejoins Culture Press dès maintenant. Nous avons plus de 400 membres fidèles. Des personnes impliquées dans les arts, qui y travaillent, qui définissent des politiques. Des personnes qui apprécient une vision indépendante du journalisme artistique. Tout comme toi.

Rejoins-nous! Pour que Culture Press continue à fonctionner !

Jan-Peter de Graaff (né en 1992) est et pense grand. En tant qu'insulaire, élevé à Terschelling comme un enfant de musiciens, il perçoit peut-être aussi les choses un peu différemment de la ville périphérique. La hauteur du ciel, le néant d'une bande de terre entourée par le mouvement et la puissance de l'eau ; ils suggèrent l'infini et le mystère des puissances supérieures.

Cette perspective ne s'est pas noyée dans l'abîme entre le rêve et l'acte pendant les études de composition et de direction d'orchestre à La Haye, puis un peu à Londres. Depuis, il a écrit des dizaines de pièces, du solo à la masse, toujours avec l'énergie et l'éclat lumineux de l'homme des actes dont les héros ardemment vantés marquent moins les influences que l'étendue de son champ de recherche. C'est le genre d'admirateur qui voit dans les sévères Ravel et Dutilleux l'étalon de ses propres actions, malgré le malaise bien trop humain que suscitent leurs natures perfectionnistes sans limites. De Graaff, l'ex-saxophoniste qui ne flatte pas son amour pour l'agitation du jazz même en tant que compositeur, n'est pas si délicat en tant qu'artiste. Il est certainement plus du genre à frapper fort. Mais dans leur volonté d'atteindre des sommets, ils sont des âmes sœurs.

En septembre 2020 et le mois dernier, deux des principales œuvres orchestrales de De Graaff ont attiré l'attention. Elles ont visé haut. Dans Les Cymbales Sonores, sur le Psaume 150, le chœur et l'orchestre s'élèvent même symboliquement. Grimpe et lutteLa partition demande aux joueurs. Vers le haut, jusqu'à ce qu'ils flottent en apesanteur dans l'espace, 'vole au-dessus de l'obscurité'. Horizon des événementsLe Grand Omroepkoor et l'Orchestre philharmonique de la radio, une œuvre anniversaire encore plus grandiose pour le 75e anniversaire du Grand Omroepkoor et de l'Orchestre philharmonique de la radio, se propulse ondulatoirement au-delà de la frontière du sensible. L'œuvre traite de l'attraction des trous noirs et du destin de la matière qui y disparaît - et donc aussi du mystère de la destinée humaine, car tout dans l'art est métaphore. Le texte d'e.e. cummings brain flashes sur l'amour, l'énigme du cœur, selon De Graaff particulièrement sur "la nostalgie d'un amour qui n'est pas encore là ou qui est déjà passé". Où est l'amour qui a été envoyé ? Sera-t-il lui aussi englouti par un trou noir ?

De Graaff aime explorer les limites extérieures de la connaissance. Sa nouvelle pièce Parallaxe, écrite pour la soprano Katrien Baerts et cinq musiciens de l'ensemble belge Het Collectief, fait un pas en arrière en termes de partition mais va un peu plus loin sur le plan thématique et en longueur, au-delà du point où la (pseudo)science devient foi. Elle traite de l'une des saveurs les plus merveilleuses dans le baril de gaufres des penseurs de la conspiration, l'histoire de l'homme et de la femme. Les Terriens plats qui pensent que la terre est plate. Le titre fait référence à une forme spécifique de tromperie optique, par laquelle, selon la perspective, la position d'un objet semble changer par rapport à d'autres objets. En résumé, on pourrait parler de tromperie optique, et cela te rapproche du thème.

L'autre thème est l'histoire dans laquelle la pièce souhaite se placer. Comme d'autres œuvres de De Graaff, elle jette... Parallaxe L'ancrage conceptuel dans l'histoire de la musique. Aux drames d'un seul homme comme celui de Schubert. Winterreise, Schoenberg Pierrot Lunaire, Poulenc La Voix Humaine. Les similitudes sont palpables. Dans le dernier cycle de lieder de Schubert, un Einzelgänger rompt tout lien avec la société. Chez Schoenberg, le lien se trouve dans la notation identique et le conflit dramaturgique entre la musique et le texte, "bien que chez Schoenberg ce soit celui entre un personnage drôle et une musique sérieuse comme du sang et que chez moi ce soit exactement l'inverse. Chez Poulenc La voix humaine De Graaff a frappé le trafic à sens unique entre la protagoniste au téléphone et son interlocuteur invisible. C'est exactement comme cela que la soprano se produit dans Parallaxe Elle a une conversation tragiquement unilatérale avec le public, qu'elle essaie de rallier à sa vision du monde. Obsédée par les opinions de la Flat Earth Society, elle veut lancer une fusée pour constater par elle-même que la terre est plate. Son personnage prend vie. En février 2020, le flat-earther américain Michael "Mad Mike" Hughes a été tué lors d'une expérience similaire.

Parallaxe, sur un livret de Yuri Robbers et Eleanor Barlow, porte le sous-titre 'un cycle de conspiration en 14 chansons'. C'est bien de cela qu'il s'agit : une pièce de théâtre déguisée en cycle de chansons, mise en scène par Kenza Karin Koutchoukali, sur des êtres humains pour qui la croyance est une preuve. C'est déjà presque une définition de la "croyance" et c'est là, pour un monde en quête d'inclusivité, que les ennuis commencent. Parallaxe pose comme un dilemme moral. Pourquoi les religions tolèrent-elles pour des raisons de principe et Les Terriens plats sont-elles rejetées comme des charlatans pour des raisons tout aussi fondées sur des principes ? Il semblerait qu'il s'agisse d'une question de cadrage. Parce qu'ils le sont, et que nous avons pu établir depuis l'espace que la terre est ronde. Mais un croyant continuera à dire : vous voyez les choses de cette façon. Et tu le vois mal. Parce que la foi n'a pas besoin de preuves. Elle la trouve dans l'abandon inconditionnel à la représentation. Tout comme l'amour, d'ailleurs ; pas de début d'emprise et pourtant le cœur de l'existence. Pour le terre plate La foi est un savoir si sacré. Dans la neuvième chanson de Parallax, L'autre côté Sur les paroles de Robbers, ce credo ressemble à ceci :

"Les gens me posent des questions... Ils me demandent toutes sortes de choses, comme...".
Qu'y a-t-il de l'autre côté de la Terre ?
Rien. Si quelque chose était là, il tomberait
Pense à une pièce de monnaie : une pièce a deux faces...
La terre aussi, mais d'un côté il y a tout et de l'autre il n'y a rien du tout
Car s'il y avait quoi que ce soit
Il tomberait bien sûr"

C'est le ton des fanatiques sur twitter, toujours lésés, écœurés par le moindre doute sur leur culpabilité - qu'il s'agisse des vaccins, du complot européen ou de la forme de la terre. Les paroliers de Parallaxe pouvait secouer ses répliques comme des pommes de l'arbre, qu'il s'agisse de l'éternelle bataille contre les préjugés (Oh, je ne suis pas un fondamentaliste !) ou la glorification de leur par un majorité morale Le bon sens tragiquement incompris (' )Je me méfie du matériel et j'utilise mes sens').

Et maintenant, le piège. La crédulité se retourne contre nous, les auditeurs. Sur quelles certitudes non prouvées vous appuyez-vous ? Si, par inadvertance, elles sont construites sur du sable, pourquoi placez-vous la barre plus bas pour vous-même que pour des adversaires supposés inférieurs ? Qui se tient en Parallaxe proclame une croyance inclusiviste à respecter ? Le wappie que nous pouvons confortablement regarder de haut ? Ou quelqu'un qui a des réflexes dont la majorité bien-pensante pourrait se soucier ? Parallaxe pose une question de conscience oppressivement contemporaine.

C'est ainsi que De Graaff l'entendait. "Je ne pense pas qu'il y aura beaucoup d'aplatisseurs dans le public lors des représentations de cette pièce plus tard, mais je trouve qu'il est beaucoup trop facile de se placer au-dessus de ces gens et de transformer la pièce en satire. Je n'écris pas cette pièce pour pointer du doigt. Je montre les efforts que les gens déploient pour créer leur propre monde. Après tout, en tant que compositeur, je ne fais rien d'autre."

Son personnage doit donc être suffisamment ambigu pour permettre au public de s'identifier à lui. "Avec toutes les opinions que la soprano proclame, le public sera essentiellement d'accord ; ne vous laissez pas convaincre, écoutez votre intuition, soyez critique. Et ma pièce n'est jouable que si la chanteuse croit vraiment à ce moment-là que ce qu'elle chante est vrai. Katrien peut le faire." Jusqu'à ce que tout le monde voie qu'il s'agit d'une folie, la fusée décolle et l'homme trompé succombe aux conséquences d'un délire. De Graaff : "L'être humain est traditionnellement prédisposé à développer des sentiments religieux. Quand cela ne se produit pas, il s'empare de n'importe quel substitut qu'il peut trouver." Terre plate est un tel substitut, et donc le compte à rebours jusqu'au lancement de la fusée s'apparente à une ascension dans le chant 12.

Mais, comme toujours, je m'efforce d'atteindre la sublimité
Alors j'enfonce la clé de lancement dans sa douille.

Et ainsi faire perdurer mon nom et ma renommée
Une plus grande gloire se trouve au-delà de la mort
Pas l'enveloppe mortelle
Mais l'âme immortelle
Sera éternel

Là, la mission est exposée comme la foi de substitution qu'elle pourrait être. Le chant de liaison treize, Lancement , se détache, se réduit en apesanteur. Le pathos n'a plus de sens. L'acte est accompli, le sacrifice à l'absence de raison irréversible. Au-dessus de la salutation se trouve la phrase que l'on retrouve également dans la partition de Les Cymbales Sonores rencontre : vole au-dessus de l'obscurité. C'est précisément dans cette chanson que le pianiste se tourne vers le piano jouet qui, selon De Graaff, n'est absolument pas un persiflage : "Il est très sérieux. Il représente l'inventivité sans limites de l'amateur. Il peut aussi flotter au-dessus des ténèbres avec un piano jouet." Après tout, il construit son propre rêve, tout comme le compositeur consacre sa vie à des illusions puissantes et parfois hilarantes.

Bon à savoir Bon à savoir
La parallaxe de Jan-Peter de Graaff est visible pendant le mois de novembre de la musique. Informations.

Bas van Putten

Bas van Putten (24 juillet 1965) est un Néerlandais écrivain et musicologue, qui est également actif en tant que voiturejournaliste. En 1989, il a obtenu cum laude son doctorat musicologie à la Université d'Amsterdam. Il a travaillé comme journaliste musical pour Le TélégrapheLe Parool et Vrij Nederland. En 1996, Van Putten a remporté le Prix Pierre Bayle pour critique d'art et en 2001, le Prix du débutant pour son début du roman Épine. Avec Rob Kamphues Il a présenté l'émission de télévision PK. Il est directeur musical de De Groene Amsterdammer et chroniqueur à Autoweek et NRC Handelsblad. Il a publié des récits, des réflexions et des poèmes dans des publications telles que Mensuel hollandais et Le guide. Il a écrit biographies des compositeurs Hans Kox (2005) et Peter Schat (Partie 1, 2015).Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais