Aller au contenu

Les innovateurs du théâtre au musée : un voyage dans l'esprit d'Ivo van Hove et de Jan Versweyveld

Le théâtre et le cinéma entretiennent des liens étroits. De nombreuses pièces classiques ont été filmées. L'un des mérites d'Ivo van Hove et de Jan Versweyveld est d'avoir inversé cette relation. Le film comme point de départ de leurs représentations. Leur travail radicalement innovant est le point de départ des expositions - conçues par eux-mêmes - sur le théâtre sur le film sur le théâtre.

Dans 13 salles, nous nous promenons dans l'œuvre de van Hove et Versweyveld. Ils montrent les performances basées sur des films. Ou plutôt : sur des scénarios de films et leurs souvenirs. Van Hove refuse de revoir les films, préférant se fier à sa mémoire, et à ses solides connaissances cinématographiques. En bon enfant des années 1970, il a dans son cerveau une encyclopédie du cinéma d'auteur européen, à partir de laquelle il filtre des scénarios qui ajoutent quelque chose à tous les textes théâtraux existants. Rocco e i suoi fratelli de Visconti est l'un d'entre eux. Dans ce film, la pauvreté et l'inégalité des classes apparaissent clairement en un instant lorsqu'une portière de voiture s'avère être un obstacle insurmontable. Dans l'Italie rurale des années 1950, les voitures étaient donc réservées à l'élite, les pauvres ne savaient littéralement pas comment fonctionnait un tel engin.

Traduction

Comment fais-tu pour présenter une image aussi forte au théâtre ? En n'essayant pas de faire une traduction littérale, mais en capturant l'essence émotionnelle. Jan Versweyveld a dépouillé le riche univers de Visconti en le réduisant à quelques surfaces de jeu qui peuvent servir de ring de boxe ou de table à manger. Il n'y a rien de trop sur scène, ce qui rend tout essentiel. Ou, comme on l'a entendu ailleurs : le théâtre, c'est des acteurs, du texte et des spectateurs. Rien de plus. (d'après Après la répétition d'Ingmar Bergman) L'essence de la pauvreté et de la migration demeure et n'a rien perdu de sa pertinence.

tout sur le théâtre tout sur le film. photo : hans Wilschut

Pour les adaptations théâtrales, le problème est que dans le film, il n'y a pas d'unité de temps et d'espace. C'est la traduction que fait Jan Versweyveld. Ce faisant, lui non plus ne se rabat pas sur le film, mais part de sa propre expérience de spectateur. Les deux artistes ont passé beaucoup de temps dans les salles de cinéma depuis leurs années d'études. Pourtant, ils ne regardent pas les films dans le but d'en faire une adaptation. Beaucoup des films avec lesquels ils travaillent, ils les ont vus dans les années 1970 et 1980 et ne les ont adoptés que des décennies plus tard. Leurs deux professions déterminent la façon dont ils se souviennent des films, qu'il s'agisse des personnages et des paroles ou de l'espace et des aspects cinématographiques.

Van Hove définit les paramètres, à nous de les compléter.

La promenade dans les salles est une expérience à la fois théâtrale, cinématographique et muséale. Tu peux définir ton propre rythme (il y a des séquences à voir pendant plus d'un jour et demi), mais pas ton propre itinéraire. Les paramètres sont fixés, mais à l'intérieur de ceux-ci, il y a de la liberté, tout comme van Hove travaille avec ses acteurs. En raison de ta position dans les pièces, tu entends le son d'un ou de plusieurs écrans. Tu peux t'asseoir ou te tenir debout à l'endroit désigné et regarder 1 écran. Tu peux aussi te promener dans la pièce et regarder tous les extraits de films et les enregistrements de performances.

Toutes les pièces ont leur propre atmosphère. Versweyveld a créé des revêtements muraux personnalisés pour chaque pièce, en fonction des spectacles. Des accessoires, des maquettes et des costumes sont également exposés. Dans certaines pièces, il y a même quelque chose à sentir. Mais ce qui est vraiment unique, c'est l'éclairage. Versweyveld est un maître dans l'utilisation de la lumière et toutes les pièces sont éclairées avec une extrême précision dans une forme qui convient à la performance et au film. Il donne le ton et tu en ressens presque l'effet physiquement. Certaines pièces semblent plus chaudes que d'autres.

Une montée en puissance dramatique

La promenade à travers les espaces a un début, un milieu et une fin dans laquelle elle va jusqu'à un crux dramatique. Le prologue est India Song de Marguerite Duras. Les vieilles cassettes Betamax sont devenues granuleuses, la couleur jaune domine mais les acteurs sont des formes vagues. D'une manière étrange, donc, cela correspond au spectacle, dans lequel les acteurs jouent des paroles préenregistrées. Le début est calme et aliénant. Le ton est donné.

Nous passons d'Antonioni à Pasolini. La férocité augmente, le volume des acteurs aussi. L'apogée émotionnelle est - comment pourrait-il en être autrement - d'Ingmar Bergman. Son film Cries and Whispers, qui traite de la façon de faire face à la mort, est captivant. Van Hove a créé deux fins pour ce spectacle : la mort rêvée, calme et entre proches, et la mort redoutée : solitaire et effrayée. Une artiste transforme sa propre peur de la mort en art, en utilisant la peinture bleue d'Yves Klein pour capturer sa lutte contre la mort. Elle expose ainsi le cœur du théâtre : le théâtre en tant que rêve, sur les paradis perdus et les utopies désirées. Comme il est agréable de pouvoir se promener dans ce rêve.

Bon à savoir Bon à savoir

Tout sur le théâtre sur le cinéma est à voir du 3 octobre au 9 janvier à . Musée du film de l'œil. Tous les films sur lesquels s'appuient les projections d'Ivo van Hove et de Jan Versweyveld seront projetés, ainsi qu'une sélection de films essentiels à leur œuvre.

 

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais