Aller au contenu

Kwatta fait des adieux impressionnants avec ses magnifiques "Métamorphoses".

Nous voulons toujours faire de notre mieux, mais nous échouons généralement de façon épouvantable. Nous ne saurons jamais si c'est notre façon habituelle de penser ou si nous devons cette idée à Ovide. Nous pouvons cependant affirmer que l'œuvre littéraire "Métamorphoses", publiée par le Romain Ovide au cours de la première année de notre ère, est le livre le plus influent de l'histoire occidentale après la Bible. Ne serait-ce que parce qu'il nous a donné un mot pour désigner les dirigeants cyniques des puissances mondiales et leurs vassaux : le narcissisme.

Tellement bien que Kwatta, la compagnie de théâtre pour jeunes de Gelderland basée à Nimègue, l'inclut dans son répertoire. Et encore mieux que le metteur en scène Josee Hussaarts l'ait fait adapter par Jibbe Willems, l'un des auteurs de théâtre de qualité les plus productifs du pays (est-ce un mot ? Ça l'est maintenant). Willems maîtrise un langage qui s'adresse à un public jeune sans exclure la partie mature de l'humanité - s'il y en a une. Il a adapté certains des 15 chapitres des Métamorphoses d'Ovide en un texte extrêmement vivant et rythmé, joué par quatre acteurs très en phase les uns avec les autres. Ils sont accompagnés par la Camerata Trajectina, un club de musiciens qui maîtrisent tout, du médiéval au hip-hop.

Dieux fantasques

Les métamorphoses, comme le mot l'indique, décrivent les changements qui ont lieu grâce au caprice des gens et surtout des dieux. Un chasseur qui voit accidentellement la déesse Diane nue et est donc transformé en cerf par celle-ci, ou Narcisse, qui rejette l'amour de la déesse Écho et tombe donc sur son reflet dans un étang : aucune de ces histoires agréables qu'Ovide nous livre, et donc dans un spectacle pour la jeunesse, pour les huit ans et plus, cela vous frappe parfois assez brutalement.

Actéon, par exemple, ce beau chasseur, qui aime tant ses petits chiens, mais qui devient la proie de leurs instincts à cause de la pudibonderie de Diana : en tant que possesseur de deux de ces chéris, cela me touche particulièrement. En effet, tout cela est bien raconté, joué de façon convaincante et mis en scène sans trop de respect pour les âmes sensibles des enfants.

C'est avant tout une fête de l'imagination et de la langue, et a fait renaître en moi le vieux désir de trouver et d'explorer des histoires précisément dans les livres - et non dans les films - dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. Dans un pays désenchanté comme le nôtre, il n'y a pas assez d'écrivains qui peuvent défier notre plus jeune imagination, parce que vous emportez cela avec vous tout au long de votre vie.

Poste vacant

Ce que nous n'incluons pas, c'est Kwatta lui-même, car cette compagnie de théâtre pour la jeunesse qui connaît un grand succès international cesse d'exister. Problèmes internes, conflits entre le "business" et l'"artistique" à un moment où les coupes budgétaires frappaient de toute façon la province de plein fouet. Le gouvernement régional n'a pas osé maintenir la compagnie à flot, également en raison du manque de confiance du Conseil culturel à son égard - pour des raisons commerciales et publicitaires. Ainsi, pour la deuxième fois au cours de ce siècle, le théâtre Het Badhuis de Nimègue est vide, après que le groupe Teneeter, qui connaît également un succès international, ait été jugé trop obsolète par les comités et les administrateurs.

Tu peux débattre longtemps de la sagesse de telles décisions. Ce dont tu n'as pas besoin de débattre, c'est de la leçon que Josee Hussaarts et Jibbe Willems nous donnent avec leur interprétation d'Ovide. Ils nous disent que même si l'on peut être extrêmement découragé par le fait que toutes les tentatives d'améliorer la vie sont vouées à l'échec, il est, malgré tout, délicieux de continuer à essayer.

C'est réconfortant. Même si c'est plutôt maigre. Mais c'est tout ce que nous avons pour l'instant.

Bon à savoir Bon à savoir
Pour en savoir plus.. : Site du groupe de théâtre Kwatta

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais