Aller au contenu

Un superbe hommage à OustFaust par et pour Theu Boermans

Quelle magnifique beauté de la langue néerlandaise de Tom Lanoye ! Quelle grandeur de la scène par Theu Boermans ! Quel beau jeu de Romana Vrede, Mark Rietman et Myrthe Huber !

Trois heures de plaisir au plus haut niveau que la culture peut offrir. Et voilà que le Koninklijke Schouwburg de La Haye ne fait même pas salle comble un samedi soir. Le grand écrivain Tom Lanoye qui s'est lui-même rendu à La Haye a-t-il des sièges vides autour de lui. Où sont ces gens : morts de la corona ? Se sont perdus dans la Korte Voorhout ? Collés au chauffage en cette froide soirée d'avril ?

Ou sommes-nous un peuple mesquin et boiteux pour qui Netflix et Nieuwsuur suffisent ? Où, à 300 mètres du temple du théâtre, la semaine dernière, après un discours historique de Zelensky, bon sang, la présidente de notre parlement national n'a rien trouvé de mieux que de faire l'éloge de ses techniciens ; pour ensuite céder la place aux ministres de l'Incapacité et de l'Absence de principe ? Dans un pays où les voisins se plaignent si tu veux héberger des réfugiés dans ton appartement, de peur de faire des vagues dans leur vie de luxe ?

Pour terminer sur une note positive, avec des compliments pour "l'organisation" : avec OustFaust, le personnel du Théâtre national a également réalisé une performance conjointe de haut niveau pour rendre les adieux de Theu Boermans inoubliables : une dramaturgie magnifique de Remco van Rijn ; un décor ingénieux de Bernard Hammer avec un mur miroir haut et incliné sur toute la scène pour voir le spectacle de deux côtés ; un grand jeu de lumière (Stefan Dijkman), de musique (George Dauw), de chorégraphie (Daan Wijnands) et de vidéo (Arjen Klerkx), des costumes exubérants du disco à l'invention de l'homme-machine cloné par Mattijs van Bergen.

Salon des attractions littéraires

Goethe Au lycée, Goethe suscitait à peu près autant de dégoût que Bach : des cours d'allemand obligatoires et ennuyeux qui étaient en contradiction avec votre vie d'adolescent - soi-disant - passionnante. Mais si tu découvres tôt ou tard que Bach vivifie et enrichit ta vie, la réhabilitation de Goethe échappe à la plupart d'entre nous. Dans mon cas, c'est grâce à Tom Lanoye et à HNT que je me suis mis à parler de Goethe avec enthousiasme sur le clavier lors de la croustillante matinée de ce dimanche.

Lanoye réussit à donner vie au texte le plus important de Goethe sans égal, dans un flux de mots et de rythme qui relie Shakespeare au rap, parfois littéralement. Comme il le dit lui-même : "Ce vieux Goethe est poussiéreux ? Pour moi, l'adaptation de Faust ressemblait à une grande fête foraine avec des attractions littéraires que j'étais autorisé à réinventer. C'est tellement moderne, postmoderne même... Goethe taquine, joue, sape délibérément les choses. En virtuose, il utilise indifféremment diverses formes littéraires - alexandrins, malédictions, chansons, prières, parodies de prières, au milieu des sorcières, des dieux et du diable'.

L'artisanat ludique de la langue et l'ajout d'éléments contemporains comme la pandémie et l'attaque terroriste, c'est à Lanoye qu'il revient de le faire. Avec un inconvénient aussi : tu voudrais avoir le temps de laisser les strophes s'imprégner, mais elles se déversent les unes sur les autres en un seul flot rapide. Surtout au début, la langue d'OustFaust est écrasante quand le drame du texte l'emporte. Et puis, il faut aussi s'habituer au costume et aux lunettes maladroits de Romana Peace dans le rôle du Dr Faust, ce qui n'a rien à voir avec l'attrayante Romana aux yeux sauvages que l'on voit sur les affiches.

Fausse marque

Mais très vite, des dialogues étincelants prennent le relais, d'abord entre le Dr Faust et son humble épigone Strauss - Joris Smit - puis entre Faust et Méphisto. Qui de mieux que Mark Rietman pour incarner ce diable tour à tour maléfique, cynique, grognon et jouisseur ? Peu de choses chez HNT me charment autant que les photos d'identité des méchants qu'il incarne.

Si son rôle lui va comme une veste, il est d'autant plus merveilleux que Romana Peace brille en scientifique vacillant qui a donné sa vie pour la raison et qui, à la fin, veut s'en libérer dans l'émotion et la luxure. Elle reçoit l'aide de Méphisto qui l'amène à l'adolescente Gretha, qui laisse son admiration pour les prétendus pouvoirs de guérison de Faust - même s'ils sont trompeurs - se transformer en abandon physique et tomber enceinte.

Musical

Juste avant l'entracte vient l'apothéose de l'interaction parfaite entre Peace et Rietman, lorsque Faust est converti en cri et en éclaboussures à la vie par la luxure. Au moins en théorie, la pratique est encore à venir. Juste au moment où tu penses, pendant l'entracte, que la pièce se résume à ces paroles et dialogues brillants, une comédie musicale surgit d'une formidable compagnie de danseurs et de chanteurs queer - même Rietman fait un effort en tant que crooner, juge par toi-même.

Myrthe Huber brille ensuite dans le rôle de Gretha, Hélène de Troie (Astrid van Eck) offre le contrepoint serein de la femme qui porte le bien et le mal de tous les temps. Pendant un certain temps, rien ne semble s'opposer à la réalisation du plaisir hédoniste ultime, sauf une attaque du frère noir de Gretha, Valentino (Daniel Kolf).

Sublime fin de Theu

Jusqu'à cet ultime abandon à la luxure et à la vie dans la boîte de nuit The Boogie Witch Kitchen bascule à nouveau dans les tensions originelles : celles entre le corps et l'esprit, la mort et la vie, le pardon ou la vengeance, la connaissance ou le sentiment. En pleine gloire, cette lutte humaine revient avec l'achèvement du projet final du Dr Faust et de Strauss, alors puissamment interprété : donner vie à l'homme nouveau, pour lequel ces étranges créatures émotionnelles doivent d'urgence céder la place.

Et comment ! Rien que pour ce final phénoménal, qui vous accompagnera jusqu'à ce que la démence frappe inexorablement, cet OustFaust vaut la peine de quitter le confort du salon chaleureux pour se rendre au théâtre. Merci à Lanoye, Boermans, Vrede, Rietman et tous ceux qui ont permis à leur énergie de silence coronal de culminer dans cette explosion d'art.

Bon à savoir Bon à savoir

Vu : OustFaust de HNTLa pièce sera jouée le 2 avril au Théâtre Royal de La Haye, puis plusieurs fois ce mois-ci, et pour les plus chanceux, à Arnhem, Haarlem et Apeldoorn. Tu peux d'abord la bande-annonce Voir et lire les interviews avec Boermans et avec Lanoye

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Petites adhésions
175 / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360 / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50 / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais