Aller au contenu

KMSKA : le "nouveau" musée d'Anvers : 'un vaisseau spatial blanc musclé est descendu par le toit, après quoi le vieux bâtiment s'est refermé comme une huître.'

Deux musées pour le prix d'un. Avec une Joconde en devenir. À 20 km de la frontière néerlandaise. Qu'est-ce qui est le plus beau ? Le bâtiment ou la collection ? Le week-end dernier, le Musée royal des beaux-arts d'Anvers a rouvert ses portes après pas moins de 11 ans. Et cela résonne bien au-delà de la ville portuaire.

J'entre avec une historienne de l'art danoise, qui dit maudire et pester contre les panneaux de texte piquants des musées de Copenhague. J'étais au musée du design l'autre jour et là, les explications étaient projetées. Sur le sol entre mes piedsIl est tout à fait illisible. Ici, dans le nouveau KMSKA, elle se réjouit. Quelles belles enseignes. Quel lettrage lisible, quel texte compact.'

Et bien placé à côté de l'œuvre d'art en question, à bien y penser", ajoute-je.

Les textes sont plastiques et ludiques ; bien loin de la prose curatoriale souvent intimidante des musées néerlandais. "Ciel. Les artistes font apparaître l'invisible. (...) Les célestes deviennent des créatures de chair et de sang, les pécheurs deviennent des monstres."

KMSKA

Ce ne sont pas les principaux fruits de la rénovation, mais cela montre l'œil chaleureux de KMSKA pour les détails importants. La "signalétique" du musée rénové, si tu le souhaites, te conduit par d'épais pictogrammes dorés à des toilettes semblables à des boîtes de nuit, avec du cuir blanc, des murs fortement rembourrés et des portes de toilettes recouvertes de cuir qui se ferment derrière toi comme un coffre-fort.

Mais bien sûr, tu n'as pas besoin de 11 ans de rénovation en profondeur pour cela.

Saints volants

Il prévoyait une durée de trois ans. Mais "ça s'est un peu éternisé", a déclaré la direction avec un certain sens de l'ironie. Les célèbres tableaux de Rubens, hauts comme des maisons, ont été coulés à travers de grands volets dans les catacombes et cachés pendant 11 ans d'affilée. En surface, la restauration a fait rage et le bâtiment décrépit du musée du 19e siècle a retrouvé toute sa grandeur. Une épaisse décennie plus tard, les œuvres de Rubens ont été remontées dans un cadre flambant neuf.

La majestueuse salle Rubens, pleine de saints volants et de garçons nus et corpulents, est le soleil resplendissant du nouveau KMSKA. Autour d'elle, une vingtaine de salles étiquetées thématiquement avec des motifs d'un seul mot tels que Héros, Salon, Leçons de vie, Lumière, Forme. Couleur, Renommée, Pouvoir, Ciel, Rédemption et Souffrance. Le tout dans une disposition "transhistorique" - les guides ne peuvent s'empêcher de parler des "dialogues transhistoriques" -. Cela signifie que des portraits, des bustes, des paysages et des installations de toutes les époques se mélangent. Et ça marche.

KMSKA

Chambres rouges du bordel

Mais d'abord, les visiteurs doivent choisir. Est-ce que tu préfères les salles historiques remplies d'œuvres d'art datant d'avant 1880 ? Ou préfères-tu l'art plus moderne ? Dans le premier cas, va tout droit, vers les grandes salles rouge bordel avec des œuvres d'art d'avant 1880 et de généreux canapés de rêverie en velours. Tu peux aussi tourner à gauche et emprunter le "Stairway to Heaven", un escalier de 40 mètres de long, très éclairé, sur lequel les visiteurs passent lentement dans des salles d'hôpital aux sols éblouissants de patinoire, sur lesquels tu n'oses presque pas poser le pied.

KMSKA

Pendant la première heure, tu ne comprends rien au bâtiment et tu te promènes hébété. Où est passé le vieux bâtiment ? Voici ce qu'il en est . Les architectes ne parlent pas d'une extension, mais d'un "infill" (voir image ci-jointe) : comme si un vaisseau spatial blanc comme neige était descendu par le toit, après quoi l'ancien bâtiment (de 1890, environ la moitié de la taille du Rijksmuseum d'Amsterdam) s'est refermé comme une huître. Rien d'anormal. Toutes les façades sont telles qu'elles étaient auparavant. 40 pour cent d'espace d'exposition supplémentaire ajouté sans le voir de l'extérieur.

KMSKA
KMSKA Musée royal des Beaux-Arts d'Anvers

C'est astucieux et presque digne d'un conte de fées. L'architecte (néerlandais) de ce projet s'appelle Dikkie. Scipion. Elle est originaire de KAAN Architectes (connu sous le nom de Tour du port de Salmon à Rotterdam et la nouvelle construction du Tribunal d'Amsterdam). Scipion fait la comparaison avec "une part de gâteau au bacon". Un bâtiment dans un bâtiment. Une couche après l'autre, tissée à l'intérieur. Une intervention magique de 11 ans que tu ne comprends pas avant d'avoir marché pendant quelques heures. En d'autres termes : tu ne commences à le voir que lorsque tu t'en rends compte. L'agencement aide : les détails historiques et les objets futuristes se mélangent parfaitement au KMSKA.

KMSKA

Le trait d'union entre les maîtres flamands et les modernistes est James Ensor. Le KMSKA possède la plus grande collection d'Ensor au monde et elle est célébrée par un grand nombre de ses chefs-d'œuvre. Du parquet à chevrons en passant par Ensor au sol de glace avec René Magritte, Modigliani, Rik Wouters et le moment instagram peekaboo du KMSKA : le glitzy. Méthode des couleurs en 7 couches de Boy & Erik Stappaerts. Pour te tenir en haleine, il y a des installations de Christophe Coppens entre les deux. Dromadaires en peluche grandeur nature, rouge pourpre, détail de l'œuvre de Rubens. L'adoration des rois derrière. Une main géante et osseuse qui tourne au-dessus de ta tête, d'après le tableau de Marinus Van Reymerswales. Une grosse tête de dino parmi les vieux maîtres. Le nez qui coule. Une jambe fantomatique provenant du mur dans les salles blanches. Le surréalisme flamand exubérant à l'affiche. Un peu recherché parfois, mais qui n'ennuie jamais et qui désacralise l'art sérieux du sang.

Le musée recherche la Joconde

KMSKA

Le souhait le plus intime de tous les directeurs de musée du monde : posséder sa propre "Joconde". Une de ces œuvres d'art pour lesquelles les gens affluent dans votre musée. Comme la Ronde de nuit ou la Fille à la boucle d'oreille. Le KMSKA vise haut avec la commercialisation de sa Madone de Jean Fouquet entourée de séraphins et de chérubins (vers 1452), une peinture représentant Marie et le Christ entourés d'anges rouge et bleu vif. Il existe une Madonna room for made, qui est pratiquement vide à l'exception de la madone blanche : un enfant pâle comme un robot sur ses genoux, une madone à la poitrine nue et géométriquement arrondie. Comme si le panneau avait été créé cette année par un graffeur doué. En face de la Madone est accroché un petit tableau moderne : Der diagnostische blick IV de Luc Tuymans, un portrait d'une patiente atteinte d'un cancer du sein. C'est choquant.

La mission de la direction de KMSKA : nous voulons toucher les visiteurs dans leur "émotivité" : colère, tristesse, joie. Il y a beaucoup de choses à voir à Anvers.

Bon à savoir Bon à savoir

Voir plus kmska.be pour obtenir des informations pratiques. 'The cleanest feeling' est ouvert tous les jours de la semaine, tout comme le restaurant intérieur Madonna, qui vaut à lui seul une visite. L'entrée coûte 20 €.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Étiquettes:

Harri Theirlynck

Journaliste (de voyage) indépendant. Diplômé avec mention en langue et littérature néerlandaises de l'université Radboud de Nimègue. A travaillé comme enseignant, comédien et journaliste scientifique. Puis est devenu successivement rédacteur en chef de (ANWB) Kampioen, NU De Tijd van je Leven et REIZEN Magazine (ANWB Media). Depuis 2013, pigiste notamment pour Pikas Media, REIZEN Magazine (ANWB), Kampioen, TravMagazine, Djoser, de Telegraaf, Blendle et Arts & Auto. Enseigne le journalisme (de voyage) à l'école supérieure Fontys. Donne des cours de formation en rédaction créative et commerciale et en journalisme de voyage.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais