Aller au contenu

EZ : Enquête sur la douleur, le pouvoir et la manipulation à l'interface entre la philosophie et le cirque #festivalcircolo

Le spectacle de cirque EZ te sort de ta zone de confort et soulève des questions inconfortables telles que : qu'est-ce qu'on accepte sans le savoir, et : que fait-on quand quelqu'un sur scène se torture et se manipule volontairement ? Dans leur performance, la non-binaire Elena Zanzu, diplômée de l'École nationale de cirque de Montréal et titulaire d'une maîtrise en philosophie de l'Université de Bologne, nous fait réfléchir sur le pouvoir. Y a-t-il de la place pour l'empathie dans les limites d'une représentation théâtrale ? Sur quoi repose la confiance ? Et qui se soucie de qui ?

La scène est dépouillée, à l'exception de quelques accessoires tels que des cordes permettant à Elena Zanzu de se hisser dans les airs, une bassine d'eau, un long tube pour respirer et un sèche-cheveux suspendu à une corde (pour sécher les cheveux de Zanzu). L'artiste lui-même n'attire pas non plus trop l'attention et, à l'exception d'un T-shirt métallique argenté, est habillé sobrement. Tout semble être au service de l'expérience, à laquelle Zanzu s'adonne pleinement. Il est donc plus facile pour nous de faire de même.

Presse

Le théâtre De Nieuwe Vorst à Tilburg est plein. Le public est de tous âges et très international. Zanzu met rapidement une certaine pression en se suspendant la tête en bas à une corde pendant un temps relativement long, la tête dans une bassine d'eau. Au bout d'un moment, on entend quelques mouvements de va-et-vient dans la salle, mais personne ne fait rien.

On se sent mal à l'aise. Cela fait-il partie de la performance ? L'artiste s'attend-elle à ce que quelqu'un du public intervienne ? Au bout d'un moment, Elena s'arrête automatiquement et jette un regard perçant sur le public. Sommes-nous déçus parce que le public est resté passif et ne s'est pas inquiété ? Ou est-ce précisément ce que Zanzu voulait obtenir ? Quoi qu'il en soit, on se sent moins en sécurité.

Vulnérabilité, BDSM et Siri

Pendant le reste du spectacle, Elena Zanzu utilise diverses techniques, comme le Shibari (une ancienne technique japonaise qui consiste à attacher des personnes avec des cordes) et le "hair hang", un numéro de cirque où les artistes sont suspendus par les cheveux et exécutent des poses acrobatiques. Comme Zanzu a les cheveux courts, ils obtiennent le même effet en tendant des cordes autour de la tête.

Le spectacle est truffé d'éléments BDSM, tels que la torture (consensuelle). Lorsque Zanzu demande à une volontaire du public de coopérer, elles se mettent d'accord sur un signal qui permet à cette dernière d'arrêter la scène si elle ne se sent pas à l'aise.

Toute la douleur se déroule intérieurement : on n'en entend rien, et rien ne se voit sur le visage de Zanzu. L'artiste est silencieux, tandis qu'une voix semblable à celle de Siri instruit des questions philosophiques en anglais, telles que : "Comment pouvons-nous créer un espace sûr pour permettre la vulnérabilité ?". La voix demande aussi fréquemment : "Est-ce un monologue ?"

Le volontaire du public se procure un harnais pour servir de contrepoids dans le numéro de Zanzu, qui porte tout le poids avec la tête attachée. Cela doit faire mal, et Zanzu l'annonce.

En dehors du groupe

Pendant ce temps, dans le public, nous nous demandons pourquoi personne ne choisit d'interrompre l'agonie de Zanzu. Quelle est la différence avec la rue, où, en cas d'urgence, nous sommes plus enclins à saisir l'appareil photo qu'à intervenir ? Peut-être faisons-nous confiance à l'artiste et nous abandonnons-nous à l'expérience. Ou au contraire, avons-nous peur de sortir du groupe ? Il y a là matière à réflexion

À la fin de la représentation, le premier rang reçoit un long morceau de corde, attaché à la tête de Zanzu par l'intermédiaire d'une poulie sur le côté de la scène. Lorsque Zanzu s'allonge sur le sol, les spectateurs commencent immédiatement à tirer avec la corde, sans qu'on le leur dise.

Plus tard, j'ai entendu dire que Zanzu était assez surpris de cette rapidité d'action. Lors d'une précédente représentation en France, il avait fallu pas moins de 15 minutes avant que le public n'ose le faire.
Ainsi, la représentation se termine avec le sentiment sinistre que nous avons sciemment contribué à la torture d'Elena Zanzu. Ou était-ce également le but recherché ?

Bon à savoir Bon à savoir

Elena Zanzu (elle/il) est performeuse et chercheuse. Leurs intérêts pratiques et théoriques tournent autour du genre, du handicap et de divers aspects autour de la vulnérabilité.
Elena est chercheuse à The Circus Dialogues, un projet à l'interface entre la pratique et la théorie, soutenu par l'université des arts KASK, à Gand. Depuis 2015, elle enseigne sur le genre dans le cirque à l'Université publique de Barcelone (UAB).

 

Eugenia Melissen Ferrer

Petites adhésions
175€ / 12 Maanden
Surtout pour les organisations dont le chiffre d'affaires ou la subvention est inférieur à 250 000 par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
5 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Nombreux membres
360€ / Jaar
Voor culturele organisaties
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
10 abonnements d'essai à la lettre d'information
Tous nos podcasts
Participe
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Publie toi-même des communiqués de presse
Propre compte mastodonte sur notre instance
Collaboration
Adhésion privée
50€ / Jaar
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Donne ton avis sur nos politiques
Connaître les finances de l'entreprise
Archives exclusives
Propre compte mastodonte sur notre instance
fr_FRFrançais