Aller au contenu

TEFAF 2023 : le monde de l'art est-il encore celui de l'art ? 

Chaque année, les plus grands collectionneurs, les musées ayant le plus grand pouvoir d'achat, les meilleurs marchands d'art ainsi que ceux qui ont beaucoup d'argent sont invités à participer à l'événement. revenu disponible à Maastricht pour regarder et (dés)acheter des œuvres d'art à la foire d'art TEFAF. Le champagne coule à flots, les sacs de créateurs pendent à toutes les épaules, et tout en dégustant un gâteau importé de Paris, ou une huître, les gens décident si une œuvre d'art en vaut la peine ou non. Le dimanche 19 mars, la 36e édition de la TEFAF Maastricht s'est achevée. Il s'agissait de la première édition depuis 2019 et le vol à main armée de l'année dernière, qui s'est déroulé de la manière habituelle.

Les œuvres d'art présentées à la foire, qui comprennent entre autres des peintures, des céramiques, des textiles, des manuscrits, des bijoux et des antiquités, sont traditionnellement examinées au préalable par un comité permanent de spécialistes. Ils examinent d'un œil critique l'authenticité (genuineness) de chaque œuvre d'art, ainsi que l'originalité du concept.

Cette année de nombreux musées importants ont disparu avec de nouvelles pièces, notamment le Metropolitan Museum of Art de New York, qui a acheté cinq œuvres. D'importants musées néerlandais tels que le Rijksmuseum et le Voorlinden ont également marqué des points à la TEFAF.

Visiteurs réguliers

J'ai visité la foire et parlé à quelques initiés. Celui à qui j'ai également parlé est mon oncle : l'historien de l'art, l'écrivain et l'expert en art Zéro et ZERO, Antoon Melissen. En tant que nièce d'une personne aussi profondément ancrée dans le monde de l'art, j'ai grandi en parlant d'art et du monde qui l'entoure. À propos de la TEFAF, une foire dont mon oncle est un visiteur régulier en raison de son expertise, je m'interroge :
Dans un monde d'incertitude économique, de tendances volatiles et de médias sociaux, à quoi ressemble vraiment le monde de l'art et dans quelle mesure s'agit-il encore d'art ?

Il explique que la TEFAF est une foire d'art pour l'art ancien et antique depuis 36 ans. L'image stéréotypée selon laquelle l'art ancien est collectionné par des personnes plus âgées était en grande partie vraie", dit-il. L'art ancien était inabordable et attirait des personnes plus âgées disposant d'un budget plus important, principalement pour cette raison. Selon Artur Ramón, propriétaire de la galerie Artur Ramón Art à Barcelone, le public des "vieux maîtres" est souvent à la recherche d'objets de collection spécifiques, tandis que le public de l'art moderne a tendance à être un peu plus jeune et plus branché.

Sur un stand présentant principalement de l'art victorien, le propriétaire britannique nous dit qu'il en a désormais assez des vieux maîtres et que, selon lui, personne n'attend "l'art d'un énième fils de Bruegel". L'art, selon cet Anglais qui souhaite rester anonyme, doit vraiment toucher le spectateur. Il affirme que la plupart des gens ont déjà vu tellement d'œuvres d'art anciennes que la magie s'est perdue.

Gravité pour les Pays-Bas

En ce moment, les parties anglaises qui vendent de l'art ancien ou des antiquités ont de toute façon la vie dure. Plus personne n'exporte vers Londres, car maintenant que le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'Union européenne, la commission de vente peut atteindre près de 30 %. L'annulation de l'édition d'été de foire d'art Masterpiece et Foire d'art et d'antiquités d'Olympia à Londres montre que le centre de gravité dans le domaine de l'art antique se déplace de plus en plus vers les Pays-Bas.

Et qu'en est-il de l'art moderne ? Ces dernières années, le nombre d'exposants d'art contemporain et de design à la TEFAF a augmenté d'un tiers. Ce n'est pas sans raison. Ce ne sont plus les vieux maîtres, mais les artistes du vingtième siècle qui rapportent le plus aujourd'hui. Par exemple, une œuvre de Magritte brièvement vendu pour 33 millions euro.

Cette année, la TEFAF a également prévu plus d'espace pour les "nouvelles" galeries (entre trois et dix ans). TEFAF espère ainsi rajeunir la foire et créer plus d'opportunités pour les jeunes galeries, qui ont travaillé dur ces dernières années pendant la pandémie pour trouver des œuvres d'art et développer leur activité.

L'art pour l'art

Pendant l'ouverture de la TEFAF, c'est souvent un grand défilé, avec des visiteurs qui montrent le luxe et l'excès. Voir et être vu est très important. Je demande à mon oncle s'il s'agit toujours d'art dans ce monde de l'art. "L'art est toujours une question d'art", explique-t-il. "Tu peux investir ou spéculer avec l'art, comme tu le fais avec le pétrole ou l'immobilier, mais en fin de compte, il ne s'agit pas d'art mais d'argent."

"Et l'art et l'argent ; c'est en quelque sorte un mariage entre les deux de toute façon. Si tu regardes l'histoire, jusqu'à la Renaissance, ce sont toujours les gens qui ont de l'argent qui s'entourent de belles choses et qui sont des mécènes."

"Il y a un risque d'être aveuglé par les étiquettes de prix en tant que visiteur, mais cela ne dit souvent pas grand-chose. Ce sont des prix quotidiens ; c'est pourquoi l'art n'est pas toujours un investissement très sûr. Mais malgré tout le cirque qui l'entoure, à mon avis, les événements comme la TEFAF sont toujours axés sur l'art."

Un modèle solide pour les galeristes

On a parfois l'impression que le "nouvel argent" change de goût beaucoup plus rapidement et que les gens se rendent fous les uns les autres via les médias sociaux. Alors comment les galeristes peuvent-ils encore construire un modèle solide ? Selon Melissen, il y a toujours eu des tendances.

'Malgré le fait que les goûts des collectionneurs peuvent changer, et que les médias sociaux y contribuent, il est important de réaliser qu'en tant que galerie, on ne se présente pas à la TEFAF. Cela coûte cher d'y être et il y a un comité de vote. La plupart des galeries que tu vois sont vieilles de plusieurs décennies.'

Il y a aussi une différence entre les galeries et le commerce de l'art, dit-il : "La plupart des galeries présentes à la TEFAF sont des galeries solides, qui établissent des relations très longues avec les artistes et aiment faire des collaborations à long terme." Ces galeries ont également un public fidèle, c'est pourquoi tu rencontres souvent les mêmes personnes dans les foires d'art où il y a une certaine niche. Ils savent où aller. Ce sont donc des réputations qui se construisent sur une très longue période, ce qui signifie que les galeries qui sont à la TEFAF sont moins sensibles aux tendances ou à un changement de goût.

Art visible

Malgré le mariage nécessaire entre l'argent et l'art, le monde de l'art s'est quelque peu démocratisé. Pense, par exemple, aux personnes des jeunes générations, qui investissent dans le bitcoin, y ont connu le succès et veulent faire quelque chose de leur argent. "Ce qui me frappe, c'est qu'ils font alors souvent des choses visibles. Cela peut être l'achat d'une belle voiture, mais aussi de l'art." Pourtant, Melissen ne pense pas que le monde de l'art soit régi par l'argent rapide.

"Il s'agit bien sûr de deux mondes qui appartiennent l'un à l'autre. En ce sens, l'art est élitiste, il le reste et l'a toujours été. Tu peux rendre l'art plus accessible à un public plus large, mais tu n'auras jamais un très large public, cela reste une niche."

Enfin, mon oncle s'attarde sur le fait que les personnes de tous les horizons de la vie collectionnent l'art et constituent généralement leurs collections sur une très longue période. Les personnes qui s'intéressent à l'art traversent également toutes les couches socio-économiques. Bien entendu, il n'est pas question que chaque visiteur achète effectivement quelque chose. "Si c'était le cas, tous les toits de Maastricht seraient investis d'or", dit-il. Et, après une courte pause : "L'art et l'argent vont ensemble, mais l'amour de l'art est séparé de l'argent."

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais