Aller au contenu

Journal Kunstfest Weimar (1) : âgé et fragile.

Un fou solitaire ? Un visiteur peu méfiant le penserait, et lorsque je suis arrivé sur la Theaterplatz de Weimar hier après-midi, j'étais ce visiteur peu méfiant. Pendant les discours d'ouverture de la Kunstfest Weimar, un homme a crié des textes insultants à Bodo Ramelow, le premier ministre de "l'État libre de Thuringe". L'homme vêtu d'un gilet jaune a été emmené par la police.

Plus tard, au cours d'une conversation très déprimée dans la salle Lumière de l'Hôtel Éléphant, j'ai appris pourquoi cet homme avait mené une campagne aussi efficace. Il s'avère qu'il s'agit effectivement d'un fou solitaire, mais aussi d'un héros de l'AfD et de Pegida. Il s'est posé en anti-Vaxxer, est un fan de Poutine et nie l'Holocauste. À voix haute.

C'est d'autant plus douloureux que cette même Theaterplatz, où les grands poètes allemands Goethe et Schiller se tiennent bras dessus bras dessous, est le théâtre d'une commémoration particulière pendant ce festival. L'artiste Günther Uecker y reconstruit son "Steinmal", une œuvre d'art faite de piles de pierres grillagées commémorant les milliers de victimes de Buchenwald, le premier camp de concentration de l'Allemagne nazie, près de Weimar.

Buchenwaldisation

En 1999, alors que Weimar était la capitale culturelle de l'Europe, il a construit son œuvre temporaire et fragile dans les caves du mémorial. À la même époque, le ministre de la culture de Thuringe mettait en garde contre la "Buchenwaldisation" de Weimar. C'est ironique, mais selon la politique en vigueur, les Allemands devraient simplement arrêter de regarder en arrière et cesser de porter le lourd fardeau du passé de l'Holocauste.

Le Kunstfest Weimar, organisé pour la première fois cette année-là, est resté le plus grand festival artistique de l'Allemagne unie pendant une autre décennie jusqu'à ce que, en 2010, la politique de droite dans ce pays amateur d'art mette elle aussi un terme au financement d'un festival qui pensait au-delà de la région.

La commémoration des victimes de Buchenwald, à laquelle le festival a toujours été lié, fait désormais toujours partie intégrante du Kunstfest, qui - avec beaucoup moins de subventions - veut toujours être un leader international. C'est pourquoi ces petits monuments en pierre de Günther Uecker ont maintenant été reconstruits en plein air sur la Theaterplatz, et pourquoi les gens sont si inquiets que lundi prochain, alors que tous les dignitaires seront au mémorial de Buchenwald lui-même, AfD, Pegida et Reichsbürger tiendront leur manifestation contre la guerre en Ukraine sur la Theaterplatz, entre, sur et au-dessus de ces petits tas de pierre d'Uecker.

Ici, à Weimar, on prend la commémoration beaucoup plus au sérieux qu'aux Pays-Bas. Mais ici, à Weimar, cette ville provinciale de l'est de l'Allemagne où l'on trébuche sur l'histoire, il y a aussi beaucoup de soucis à se faire.

L'Europe en feu

L'AfD connaît une ascension fulgurante, livrant son premier maire dans une petite ville non loin de Weimar, et est en tête des sondages pour les élections du Land, avec le slogan "Mettez le feu à l'Europe !". En tant que ville de province fortement vieillissante, avec une scène culturelle encore largement dominée par les vieux blancs, que lui opposer ? L'Ubu, dirigé par la légende du théâtre Robert Wilson, serait-il une réponse ?

Le spectacle, largement subventionné par le gouvernement espagnol en raison de l'apport du travail de l'artiste Míro, mais produit par Kunstfest, n'est pas le pamphlet combatif que certains espéraient. Wilson n'est pas l'un d'entre eux et, d'ailleurs, Míro non plus, dont les conceptions uniques pour ce spectacle sur un homme qui devient roi et rencontre mal sa fin, mais triomphe quand même, ne sont qu'un rôle secondaire.

Demain, je m'entretiens avec l'artiste âgé qui a révolutionné le monde de l'art d'avant-garde dans les années 1970 avec Einstein on the Beach. Il se remet d'une crise d'épilepsie survenue l'année dernière, sort tout juste d'un fauteuil roulant et avait l'air un peu fragile sous les applaudissements.

Mais il n'est pas le seul à présenter cette fragilité âgée. Tout Weimar a l'air âgé et fragile.

Je suis dans cette ville culturellement enceinte pour cinq jours à l'invitation de Kunstfest Weimar. L'organisation a payé le billet de train et je loge à l'hôtel Elephant, l'un des plus anciens hôtels d'Allemagne, où ont séjourné non seulement tous les plus grands artistes, mais aussi les plus grands méchants de l'histoire. On aspire à l'attention internationale, à juste titre selon moi. En dehors du voyage et de l'hébergement, tous les autres frais sont à ma charge. Une contribution à ces frais est plus que bienvenue !

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais