Aller au contenu

La quarantième nuit de la poésie montre ce que l'on peut faire pour s'amuser en programmant 

"En fait, j'ai envie de crier : "Waaaa ! Que je me tienne là !" Il est près de midi lorsque Babette Foncie Fotchind en fait part au TivioliVredenburg, encore rempli à ras bord. Elle est accueillie par des applaudissements nourris. C'est l'un des nombreux moments forts et marquants de cette 40e édition de la Nuit de la Poésie, la fête plutôt unique qui a mis Utrecht sur la carte en tant que ville de la littérature des Pays-Bas. Ou peut-être plus encore, car quel autre pays possède un festival tel que l'ILFU, construit autour de cette "Nuit" : deux semaines de poètes, d'écrivains et d'un public ridiculement nombreux - remarquablement jeune. Pour la langue. Et l'environnement.

Ce samedi 7 octobre, c'était encore plus clair : un bâtiment comme TivoliVredenburg est utile. Comme cela a été évident il y a une semaine lors du temps fort littéraire du festival. Je suis tombée sur une session à midi dans le Pandora, l'une des salles pop du bâtiment du festival, au cours de laquelle Jeanette Winterson a pu expliquer à une salle comble de nerds, d'amoureux des livres et de geeks de la technologie pourquoi elle reste optimiste face à toutes les innovations technologiques avec lesquelles l'humanité continue de se surprendre elle-même. Cela te donnerait envie de commencer une relation avec un chatbot.

Salman Rushdie

C'est aussi le jour où nous avons pu avoir Salman Rushdie en numérique parmi nous dans la même salle, lourdement cabossé mais plein de joie de vivre, en train de parler de son dernier roman tout azimut. Comme ce serait merveilleux si nous pouvions l'accueillir une fois de plus à la Nuit de la Poésie.

Car ce soir-là, c'est bien de cela qu'il s'agit. Cette édition, le huitième anniversaire, était légendaire, ne serait-ce que pour la performance de Judith Herzberg, qui a démontré une fois de plus que l'on peut atteindre une éloquence maximale avec un minimum de mots. Elle n'a disposé que de sept minutes, comme tous les poètes ici présents, et cela faiblit parfois.

Remplacer la virgule de Rutte

Gerda Havertong, invitée pour la première fois, a offert à Utrecht une belle poésie dans Sranantongo, mais a trouvé ces sept minutes trop peu, après toutes ces décennies d'attente pour avoir la chance de se produire. Elle n'avait peut-être pas tort, en cette année où nous remplissons la virgule mise par Rutte derrière les excuses du passé esclavagiste. À cette occasion, un peu plus de temps et d'espace seraient les bienvenus pour les poètes de nos anciennes terres victorieuses.

Le premier ministre sortant a tout de même eu droit à un poème d'Alara Adilow, dans lequel elle décrit comment elle aimerait le prendre en levrette entre ses fesses blanches et douillettes. Adilow a apporté une note de gaieté bienvenue, mais aussi de quoi faire réfléchir après la fragile série de cinq poèmes qu'Eva Gerlach avait très gentiment récitée auparavant sur le lit coronarien de son mari, qui a été vécu comme une histoire d'horreur.

Pianiste hypervirtuose

C'était un mélange agréable d'ancien et de nouveau : après l'ouverture par Bart Chabot, qui a lu quelques-uns de ses poèmes punk de manière familière, j'ai brièvement craint une soirée pleine de vieux poètes blancs faisant consciencieusement leur travail, entrecoupée de numéros lisses pour le grand public. En effet, c'est un peu ce qui s'est passé avec le spectacle de danse hip-hop Oxygen, qui était très clairement destiné à des ambiances de type Las Vegas : il était mieux sur les écrans vidéo que sur la scène. L'hypervirtuosité de la pianiste Yeol Eum Son a également semblé aller dans cette direction pendant un moment, mais heureusement, cette Max Verstappen féminine du piano s'est également amusée de façon visible.

Et Hans Dorrestein avait vraiment hâte d'y être. Tout comme le vétéran Jean Pierre Rawie, qui s'est amusé à lire ses poèmes qui accompagnent chaque enterrement ("chaque jour ajouté est un jour enlevé").

Appelons cela le plaisir de la programmation

Car c'est bien de plaisir qu'il s'agit. Non seulement avec les poètes, qui cette année étaient remarquablement féminins et avaient la langue bien pendue, mais aussi avec l'organisation. C'est ce que j'appelle le "plaisir de la programmation". Ce qui fait que, par exemple, après la performance unique de Kees Torn, qui retourne à son bar à whisky après cette surprise unique, vous êtes pris au dépourvu par les Seven Drunken Nights, qui, comme un joyeux rappel des Dubliners, ont fait lever la salle avec des chansons à boire irlandaises. Et d'être présenté à Simon van der Geest, qui d'une certaine manière semble pouvoir devenir un jeune miroir de Judith Herzberg, par son langage simple et ses rebondissements surprenants.

Michael C Hall joue le rôle d'une pop star

Celui qui pouvait encore s'amuser, en cette nuit de fête, c'était Michael C. Hall, l'acteur venu jouer une pop star tourmentée avec son groupe Princess Goes, ce qu'il a plutôt bien fait. J'aurais seulement préféré le voir réciter un joli poème, car le groupe sonnait surtout comme quelque chose d'ancien de toute façon.

Il peut apprendre quelque chose de cette Nuit, car elle montre que l'on peut rajeunir. Car jeune était le public et grand le talent scénique de la nouvelle génération de poètes. Et combien les femmes poètes étaient bonnes. Cette Nuit était un festival pop avec des poètes comme rock stars. C'était déjà différent auparavant.

La 40e nuit de la poésie a eu lieu dans la nuit du 7 au 8 octobre 2023 au TivoliVredenburg.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais