Aller au contenu

Ce que le monde (du cirque) peut apprendre de la travailleuse du sexe Sabine Maringer #circolo2023

"Je pense que vous pouvez appliquer cette idée de culture du consentement aux familles, aux amis, aux groupes de loisirs, n'importe où, si vous voulez". Le vendredi 13 octobre 2023, le festival de cirque Circolo de Tilburg s'ouvrira par un séminaire dans les locaux de l'université des sciences appliquées Fontys. L'oratrice principale de ce séminaire est Sabine Marringer. Elle vient avec un message spécial, annonce-t-elle : "J'ai envoyé à un ami les grandes lignes de mon discours et il m'a dit : 'Whoa, tu vas choquer ces gens'".

Certains seront déjà choqués par le CV de Sabine Marringer. Après l'université, elle est devenue acrobate de cirque, mais elle a maintenant une pratique florissante en tant que travailleuse du sexe professionnelle. En tant que "dominatrice" dans un cabinet dirigé et animé par des femmes, c'est elle qui peut parler de "consentement" au monde du cirque. Car il s'avère que ce n'est pas le cas : "J'ai parlé à quelqu'un qui organise des soirées sex-positives à Vienne. J'y donne des ateliers pour initier les nouveaux venus au BDSM. Lorsque je lui ai parlé de ma vie antérieure en tant qu'artiste de cirque, elle a été stupéfaite d'entendre qu'il n'y avait pas de culture du 'consentement' dans le cirque.

Elle a déclaré : " Vous êtes si physiques, vous êtes si proches. Vous partagez aussi tellement d'intimité. Non seulement en partageant le corps, mais aussi vos pensées, votre imagination et votre espace. Pourquoi n'avez-vous pas cela ? Je n'avais pas de réponse à ce moment-là et j'ai réalisé : c'est le chaînon manquant pour créer un espace sûr afin d'améliorer l'environnement du cirque."

Un "non" ne devrait plus faire mal

Marringer sait aussi comment s'y prendre : "Nous devons en parler. Si je peux l'utiliser dans ma pratique quotidienne en tant que dominatrice, tout le monde peut l'appliquer dans la pratique professionnelle quotidienne. La culture du consentement demande du temps et la volonté de réfléchir à ses propres limites et besoins."

Selon elle, cela s'applique certainement à la façon dont nous gérons les critiques : "Il faut aussi du courage dans une société où l'on nous demande de dire oui alors que nous voulons dire non. Ce qui rend la culture du consentement si difficile, c'est que recevoir un "non" peut faire mal. Mais nous devons changer notre perception de la réception d'un 'non'. Un 'non' est toujours une occasion d'agir et de remodeler une situation donnée."

Le séminaire du festival du cirque Circolo aura lieu le 13 octobre 2023 à l'université des sciences appliquées Fontys à Tilburg. Informations.
Lis la transcription (traduite) du podcast ici :
Wijbrand Schaap :

Bienvenue dans le podcast de Culture Press. En anglais cette fois. Parce que nous parlons à l'Autriche dans une session en ligne avec Sabina Maringer, MA. Je vois que vous êtes une scientifique, mais en plus de cela, vous êtes une artiste de cirque et une dominatrice. Tu es une travailleuse du sexe professionnelle, ce qui est une combinaison intéressante. Nous sommes en conversation parce que vendredi prochain, le 13 octobre, tu animeras l'événement discours d'ouverture Le séminaire du Festival Circolo, qui s'est tenu à Tilburg, a permis d'obtenir un certain nombre d'informations. Il porte sur le thème du consentement. Par coïncidence, aux Pays-Bas, nous venons d'assister à la première d'un film réalisé par Tamar van den Dop, qui est elle-même actrice. Elle a montré les visages d'acteurs regardant des scènes érotiques qu'ils ont jouées dans des films néerlandais. Elle les a interviewés à ce sujet. Il y avait des choses assez intéressantes sur les générations : les jeunes acteurs, et surtout les femmes, étaient très heureux qu'il y ait des coordinateurs de l'intimité sur le plateau de tournage depuis quelques années, et la génération plus âgée qui pensait que tout cela était un peu trop impliqué par d'autres personnes. C'est donc un problème actuel, même après l'affaire MeToo. Sabine Maringer, tu es tout un tas de choses en ce moment. Parle-nous un peu de toi. Comment es-tu arrivée au cirque ?

Sabine Maringer

J'ai commencé à travailler comme éclairagiste très jeune et j'ai rapidement fait carrière, après quoi je me suis demandé : quelle est la suite ? À 24 ans, j'ai rencontré une compagnie allemande de cirque de rue et, par hasard, je suis tombé amoureux de leur technique et de leur compagnie théâtrale, de leur façon de vivre ensemble et de partager la vie communautaire. J'ai déménagé à Francfort-sur-le-Main. C'était mon entrée dans le monde du cirque. Ce n'était pas prévu, c'est arrivé tout seul.

Wijbrand Schaap

Et ton autre profession en plus de tes études, c'est que tu es une travailleuse du sexe professionnelle, tu es une... dominatrice. Peux-tu m'en dire un peu plus à ce sujet ? Comment en est-on arrivé là ?

Sabine Maringer

Pendant les 18 dernières années, j'ai fait du cirque, j'ai eu ma propre compagnie, j'ai beaucoup tourné en Europe, j'ai produit à Vienne et je me suis en fait lassée de beaucoup de choses liées à ma profession : les tournées, l'industrie, le fait d'être une femme artiste, la gestion du temps, mon corps. J'ai vieilli et j'ai voulu du changement, j'ai voulu changer de métier. Et ce travail du sexe s'est imposé à moi aussi. J'étais assise dans le jardin avec des amis et l'une des femmes est sortie et a dit : "Je suis une femdom". J'ai demandé ce que c'était. Et elle nous a expliqué et pendant qu'elle parlait, j'ai tout de suite senti : " boum, c'est mon prochain métier ". Ensuite, j'ai suivi des ateliers, des formations. C'est comme ça que j'ai franchi le pas et que je me suis lancée. dominatrice, travailleuse du sexe professionnelle.

Wijbrand Schaap

C'est un choix intéressant. La semaine dernière, un journal des Pays-Bas a publié une interview de quatre ou cinq acteurs et actrices qui étaient des travailleurs du sexe en plus de leur carrière d'acteur. C'est donc moins étrange qu'il n'y paraît pour certaines personnes. Tu as dit que tu n'étais pas satisfaite de la façon dont les choses se passaient dans le cirque. Mais alors il semble étrange à un spectateur bourgeois tout à fait normal que tu aies choisi le travail du sexe qui pourrait aussi impliquer toutes sortes de choses désagréables, parce que l'industrie du sexe n'est pas non plus très populaire pour ses bonnes conditions de travail, si l'on peut dire.

Sabine Maringer

Je dois dire que je peux imaginer que c'est l'image que les gens ont. Mais en réalité, je travaille dans un studio à Vienne. Nous sommes une équipe. Nous sommes dirigés par des femmes. Cela signifie qu'il n'y a pas d'hommes impliqués. Nous sommes toutes indépendantes. Nous prenons nos propres décisions. Nous créons notre propre environnement de travail. Personne ne me dit quand, quoi ou comment faire quoi que ce soit. Tout dépend donc de moi et de mes propres décisions, frontières et limites.

Wijbrand Schaap

Waouh. Oui, c'est puissant. Tu as donc eu cette idée après une carrière de 18 ans dans le cirque. Peux-tu nous en dire un peu plus sur la façon dont cela s'est passé et pourquoi le monde du cirque t'a fait une si mauvaise impression.

Sabine Maringer

J'ai un exemple pour toi. Je faisais partie d'un duo de partenaires acrobatiques, et pour les gens qui ne me voient pas : je mesure 1 mètre 75 et je pesais 68 kilos. Je ne suis donc pas un partenaire acrobatique habituel. Je n'ai pas un corps de partenaire acrobatique normal. La plupart des gens penseront que je suis le de base mais ce n'est pas vrai. J'étais le dépliant, et nous avons formé un duo féminin. C'était donc très peu conventionnel et j'ai reçu beaucoup de commentaires. J'ai dû faire face à la honte du corps. J'ai dû faire face à beaucoup de commentaires de la part des bookers, du public, des collègues, des amis et de la famille. C'était vraiment difficile à gérer. J'ai arrêté de me produire et je suis passé à dominatrice, J'ai pris du poids et perdu mes muscles. Et ce qui a été si puissant pour moi, c'est que malgré mon changement, j'ai reçu beaucoup d'appréciation de la part de mes invités. Au début, cela m'a semblé très étrange parce que mon image corporelle avait été détruite par l'industrie. J'ai toujours voulu être une personne très mince, très petite et maintenant on m'admire pour ce que je suis.

Wijbrand Schaap

Oui, c'est intéressant, 1 mètre 75 et 68 kilos, cela semble être une personne tout à fait normale. Mais dans le cirque, ce n'est pas le cas.

Sabine Maringer

Non, pas si tu as un cerf-volant Sont en duo acrobatique.

Wijbrand Schaap

Le cerf-volant est celui qui se fait soulever et qui fait tout ce qui précède.

Sabine Maringer

Correct.

Wijbrand Schaap

Oui. Le cirque, tel que j'ai appris à le connaître ces dernières années, est aussi un sport très démocratique, très social, un art, qui est très émancipé, émancipateur aussi. Mais l'image que tu viens de donner est beaucoup plus répressive, beaucoup plus de règles établies sur l'apparence, le poids. 

Sabine Maringer

Je sentais que je devais coller à cette image corporelle, que je pensais que tu devais avoir parce que tu es un partenaire acrobatique. J'ai donc dû faire face à des troubles alimentaires. J'ai eu beaucoup de traumatismes liés à mon corps.

Wijbrand Schaap

As-tu également constaté ce phénomène autour de toi ? Parmi tes collègues ?

Sabine Maringer

Cela s'applique non seulement aux personnes qui s'identifient comme des femmes, mais aussi à celles qui s'identifient comme des hommes, parce qu'il y a aussi une sorte d'image de ce à quoi une personne qui s'identifie comme un homme devrait ressembler, ou elles pensent qu'elle est projetée sur elles.

Wijbrand Schaap

Oui. Je me sens immédiatement un peu coupable parce que dimanche dernier, j'ai eu une interview avec six acrobates âgés de 60 ans et je les ai complimentés sur leur apparence. C'était très râblé, des gens qui pouvaient encore exécuter des numéros très effrayants. Je contribuais donc aussi à cette image des gens du cirque. Peut-elle changer ?

Sabine Maringer

Oui, je pense que c'est déjà en train de changer, mais il reste encore beaucoup d'ajustements à faire parce que c'est toujours comme si différents types de corps étaient placés dans différentes techniques ou domaines au sein du cirque. Je pense que les gens sont habitués à voir un corps spécifique avec une technique spécifique. C'est aux écoles de cirque et aux études sociales de demander à des personnes ayant différents types de corps d'essayer différentes techniques. Ensuite, lorsque des personnes aux morphologies différentes emprunteront la voie professionnelle, feront carrière et seront vues sur scène, le public et les bookers changeront également leur perception. Mais nous devons commencer dès le début et encourager les personnes ayant des morphologies différentes à faire partie du cirque. Les personnes ayant des morphologies différentes sont capables des mêmes choses. Elles ont juste une apparence un peu différente de celle que nous pensons actuellement, soit que nous soyons éduqués, formés, soit que nous nous y habituions.

Wijbrand Schaap

Parce que tu en étais la preuve vivante. Quelqu'un de 175 et 68 kg pouvait aussi voler de façon acrobatique.

Sabine Maringer

Oui, et nous avons dû faire nos ajustements. Ma partenaire ne pouvait pas faire tous les tours avec moi et je ne pouvais pas faire tous les tours avec elle. Nous avons donc vraiment dû voir de quoi nous étions capables et où étaient nos limites, les accepter et voir comment nous pouvions travailler autour de nos limites et de nos capacités.

Wijbrand Schaap

Oui, c'était aussi le cas des acrobates plus âgés, les personnes dans la soixantaine, qui devaient aussi travailler autour de leurs limites. Oui, je pense qu'il y a aussi la question du "consentement". Nous avons toujours le public qui est très exigeant ou qui est censé être très exigeant, ou que les artistes de cirque pensent être très exigeants. Ils veulent plus haut, mieux, plus vite, plus dangereux. J'ai vu une image lors d'un festival à Vienne, je pense à un artiste de cirque au début du siècle dernier qui a traversé le Danube, je pense sur une corde raide et qui est tombé dedans parce qu'il pensait que le public en voulait plus. Je veux dire, comment faire face à cela ? Tu as des professeurs, tu as un public, tu as des producteurs qui veulent le meilleur et le plus et tu as une certaine idée de ce qu'est le meilleur et le plus.

Sabine Maringer

Oui, je pense que c'est le reflet de la société dans laquelle nous vivons : plus haut, plus vite, plus gros. Mais où cela nous mène-t-il ? Je veux dire qu'il y a une limite quelque part et j'imagine qu'au lieu d'aller plus dangereux ou plus haut ou plus extrême, pour voir ce qu'il y a en nous, quelles histoires pouvons-nous raconter dans le cirque ? Quels sujets pouvons-nous aborder et discuter ?

Wijbrand Schaap

Oui, donc par "consentement", tu gardes la keynote. Tu peux donner quelque chose, parce que tous ceux qui écoutent ici ne seront pas à Keto. Alors, de quoi s'agira-t-il ?

Sabine Maringer

Il s'agira d'idées sur ce à quoi pourrait ressembler une culture constante dans le cirque. Je ne peux pas donner de réponses pour l'instant parce que nous n'en sommes qu'au début. Nous n'en sommes qu'au début pour parler de ce sujet parce qu'il est si nouveau et si frais. Et l'idée de "consentement" est quelque chose que nous utilisons peut-être déjà un peu, mais seulement dans une mesure minimale. J'espère que j'encouragerai les gens à introduire l'idée de la culture du "consentement" dans leurs écoles, leurs productions, leurs groupes et leurs centres de formation.

Wijbrand Schaap

Que signifie le terme "consentement" dans ce contexte ?

Sabine Maringer

Dans l'introduction, tu as mentionné qu'il existe ce qu'on appelle des coachs en intimité pour aider les acteurs d'une production, d'un cinéma ou autre à se sentir à l'aise pour jouer des scènes sexuelles ou très physiques. Je pense que c'est une très bonne première étape. Mais tu peux appliquer le "consentement" dans pratiquement n'importe quelle situation. Et cela ne concerne pas seulement l'intimité ou la sexualité. Il s'agit aussi de la façon dont tu es présenté sur scène, des rôles et du personnage que tu joues. Il s'agit aussi, surtout dans les arts du spectacle, du costume que je porte, si j'ai vraiment confiance en lui, si je peux vraiment être libre. Et de la chorégraphie elle-même, des parties du corps que je montre au public en toute confiance. Y a-t-il un moyen de modifier la chorégraphie pour que je n'aie pas à montrer certaines parties de mon corps au public ? Je fais simplement référence ici à un dédoublement, qui est très courant dans la danse et le cirque. Mais si une personne de sexe féminin ou masculin fait un dédoublement, il s'agit en fait d'un acte pornographique car tu montres ton vagin et ton cul dans leur intégralité, même s'il est couvert, pour compléter le public.

Et est-ce que je fais vraiment confiance à ça ou est-ce qu'on peut ajuster la chorégraphie pour que ça n'arrive pas et que tu puisses le voir de derrière parce que tout le monde sait déjà, d'accord, qu'elle fait un écart. Alors est-ce que j'ai vraiment besoin de voir son vagin de près, même s'il est hideux ? Et il s'agit aussi d'une situation d'enseignement. Si un professeur demande à quelqu'un de montrer un certain jeu ou une certaine chorégraphie, es-tu heureux de le faire ? Nous sommes formés pour dire, oui, je vais faire cet exercice pour tout le monde, mais je me souviens de nombreuses fois où je ne me sentais pas en confiance pour le faire, mais je l'ai fait parce que mon professeur m'a forcé à le faire et qu'il n'y avait pas de culture de donner son " consentement ". J'ai senti que je devais le faire parce que je risquais d'être rejetée au cours suivant ou si je suis à une audition et qu'on me demande de faire certaines choses, j'ai peur de ne pas obtenir le poste parce que j'ai dit non. Je n'aime pas que certaines personnes me fassent des câlins. Il s'agit peut-être simplement d'un bonjour, d'une salutation verbale, d'une poignée de main ou autre. Tout commence vraiment avec le nu, comme base d'une rencontre et d'une relation entre les gens.

Wijbrand Schaap

Oui. Dans le film que j'ai vu de Tamar van den Dop, les acteurs les plus âgés ont dit que l'art consiste aussi à repousser ses limites, à franchir des frontières. C'est ce qu'ils disent. C'est aussi une discussion ici. Ce n'est pas mon point de vue, mais dans les discussions sur cette question du "consentement", ils disent, eh bien, si tout est par "consentement", nous n'obtiendrons que de l'art très apprivoisé, très boiteux, nous voulons quelque chose qui franchisse les limites. À l'école, les enseignants disent : " Si vous rencontrez une frontière, vous devez la franchir ". C'est la procédure habituelle dans les écoles d'arts physiques. Cela devrait-il changer ?

Sabine Maringer

Je sais que nous sommes obligés de franchir des frontières et de repousser nos limites. Et je pense qu'en principe, il n'y a rien de mauvais dans cette idée, mais nous avons besoin d'un espace sûr et d'un espace de " consentement " pour nous sentir guidés, en sécurité et considérés comme pouvant franchir les limites. Et je pense qu'il est beaucoup plus facile pour les gens de franchir les limites s'ils le veulent, s'ils ont aussi la possibilité de dire non, je ne veux pas. Si je le fais, je me fais du mal. Et souvent, le fait de ne pas franchir sciemment une limite personnelle peut finir par causer un traumatisme à cette personne. Et ce n'est pas ce que nous voulons. Je sais que c'est l'idée qu'il faut donner toujours plus, mais est-ce vraiment vrai ? Et puis j'ai une deuxième idée. Il s'agit de, d'accord, si nous ne sommes pas obligés de franchir les limites, d'où vient ce que nous avons besoin de dire ? Notre énergie, notre intérêt à aller de l'avant, quelle est alors notre énergie motrice que nous utilisons pour le faire ? Je pense donc que nous devons aussi changer pour trouver comment nous pouvons travailler et nous entraîner, et nous devons trouver une nouvelle source d'énergie pour faire des choses quand nous n'y sommes pas obligés.

Wijbrand Schaap

Peux-tu nous parler de la source d'énergie ? Quelle est la source d'énergie ? Où peux-tu trouver cette source ?

Sabine Maringer

La passion, peut-être, mais pas une passion où je dois ressentir de la douleur pour créer, mais une passion qui vient de mon cœur le plus profond et de mon intérêt pour les choses et d'un endroit où je me sens en sécurité pour prendre du recul, m'arrêter, faire un pas de côté, réfléchir et changer d'avis.

Wijbrand Schaap

Est-ce que c'est ce que tu as appris en devenant travailleuse du sexe, dominatrice ? Parce qu'il me semble que c'est un type d'engagement où les choses pour lesquelles tu dois donner ton "consentement" sont beaucoup plus réglementées, je pense presque que dans le cirque.

Sabine Maringer

Oui. Donc la façon dont j'ai relié l'idée du cirque et du "consentement" n'était en fait pas mon idée. C'est une conversation que j'ai eue avec quelqu'un qui organise des soirées de sexe positif à Vienne et où je donne des ateliers pour initier les nouveaux venus à l'idée du BDSM. Après mon spectacle, nous avons pris un verre au bar et nous avons parlé de ma vie passée et je lui ai raconté ma carrière d'artiste de cirque. Et puis, sans crier gare, elle m'a demandé : hé, ça m'intéresse. Est-ce que vous avez une culture du consentement dans le cirque ? Et je me suis dit : attends, il faut que je réfléchisse. Et puis j'ai dû dire non. Et elle m'a dit, mais pourquoi ? Vous êtes tellement physiques, vous êtes tellement proches. Vous partagez aussi tellement d'intimité. Non seulement en partageant le corps, mais aussi vos pensées et votre imagination et l'espace ensemble. Pourquoi n'avez-vous pas cela ? Et je n'avais pas de réponse à ce moment-là et j'ai senti que, oui, c'est le chaînon manquant pour créer un espace sûr afin d'améliorer l'environnement du cirque, disons. Alors un peu de tout et de rien. Je veux vraiment dire tout le monde. Et il ne s'agit pas des artistes, il s'agit aussi des travailleurs culturels, des personnes qui dirigent les festivals, des personnes qui travaillent dans les festivals ou des enseignants. Tout le monde et le public.

Wijbrand Schaap

Oui, parce que nous, le public, avons aussi besoin d'un peu de formation, je pense, car j'ai été critique de théâtre professionnel toute ma vie, depuis la trentaine. Et je sais aussi que de nombreux danseurs modernes reconnaissent parfois des hommes plus âgés dans le public. Qui n'étaient pas là parce qu'ils aimaient la technique de danse. Ils étaient amateurs de femmes peu vêtues exécutant des choses étranges. Je veux dire que c'est quelque chose dont on ne parle presque jamais, mais cela arrive certainement, je pense, dans le théâtre, surtout dans le théâtre néerlandais, où la nudité est jouée très souvent. Il y a donc aussi une façon de bien, qu'on n'en parle toujours pas. Et tu dis que nous devrions en parler.

Sabine Maringer

Oui, nous devons en parler. Je pense donc que si je peux l'utiliser dans ma pratique quotidienne en tant que dominatrice, tout le monde peut l'appliquer dans la pratique quotidienne de sa profession. La culture demande du temps et une volonté de réfléchir à ses propres limites et besoins. Et il faut du courage dans une société où l'on nous demande de dire oui pour exprimer non. Et ce qui rend la culture du consentement si difficile, je pense quand on y réfléchit pour la première fois, c'est que même pour nous et même pour moi encore, recevoir un non peut faire mal. Mais nous devons changer notre perception de la réception d'un non. Si nous la modifions en disant : " Merci de m'avoir donné un non, c'est un cadeau parce que tu as été honnête, tu as été fidèle à toi-même ", alors nous pourrons dire : " Merci pour ce moment ". Merci pour ce moment, alors nous pouvons le changer. Et le non est aussi toujours une occasion d'agir et de remodeler un moment particulier ou une activité dans laquelle nous nous trouvons. Pour que tout le monde se sente bienvenu, vu, respecté et en sécurité.

Wijbrand Schaap

Cela semble très bien. Cela semble aussi très facile. Mais je me demande comment former les gens à la pratique ? Comment changer cet état d'esprit ?

Sabine Maringer

Oui, quand je pense à changer une habitude, il faut s'entraîner, échouer, s'entraîner et échouer jusqu'à ce que cela devienne une habitude. Cela ne fait pas partie de nos habitudes dans une réunion sociale. Personne ne peut donc s'attendre à cela de la part de qui que ce soit. Je pense qu'ils peuvent changer du jour au lendemain, parce que oui, changer les habitudes, c'est du travail et il faut s'investir. Et surtout avec la culture du consentement, tu dois faire ton travail personnel, tu dois t'asseoir et penser aux situations passées, comment je me suis senti et qu'est-ce que je souhaite vraiment pour moi ? Et rester fidèle à cela. Et ce qui est bien avec la culture constante, c'est aussi que si tout l'environnement change, peut-être que mon non peut aussi se transformer en oui parce que je me sens en sécurité avec un certain groupe, une certaine personne ou un certain environnement. Oui.

Wijbrand Schaap

Lors de ce vendredi de séminaire, tu animeras également des ateliers. Comment se déroule un tel atelier ?

Sabine Maringer

Au cours de ce séminaire, nous avons donc quatre grands thèmes d'atelier. Et je dois aussi mentionner les autres parce qu'ils sont très importants. Nous allons donner un aperçu à 360 degrés de la culture du "consentement" dans le cirque. Commençons donc par l'une de mes collègues. Je pense qu'elle aura une discussion plus claire sur la culture du "consentement" entre les artistes et le public. Nous aurons un atelier sur la culture du consentement dans le cadre de la formation entre l'enseignant et l'étudiant. Et nous aurons un atelier où ils parleront de la culture du contenu dans la production professionnelle de la réalisation d'un spectacle, je pense. Et je me concentrerai sur vous en tant que personne, donc nous travaillerons sur la création d'un langage pour parler de vos limites et de vos frontières. Nous réfléchirons à différents contextes et situations. Parce que je pense que lorsque nous parlons de toucher, si tu es touché par une personne dans une situation spécifique, cela ne veut pas dire que c'est la même chose par une autre personne dans une autre situation. Et nous allons essayer de créer un paysage du toucher pour mieux connaître mon corps et mes besoins par rapport au toucher. Et nous ferons beaucoup de jeux pour expérimenter ce que c'est que de donner son "consentement" ou de dire non et comment gérer cela émotionnellement. Oui. Mon atelier est donc essentiellement axé sur toi-même.

Wijbrand Schaap

Ça a l'air très intéressant. Je serai dans le train vendredi prochain, je ne pourrai donc pas y assister. J'espère cependant que certains collègues seront là. Oui. Je pense que c'est une expérience formidable, même pour les personnes qui ne font pas partie du monde du cirque, bien sûr.

Sabine Maringer

Je pense que tu peux appliquer cette idée de culture du consentement aux familles, aux amis, aux groupes de loisirs, à n'importe quel endroit, si tu veux. Tu peux l'appliquer partout. Une chose intéressante, j'envoie un ami qui, je pense, est capable de me donner un retour sur ce discours. Je lui ai envoyé les grandes lignes de mon discours et il m'a dit : " Whoa, tu vas choquer ces gens ".

Wijbrand Schaap

Vraiment ?

Sabine Maringer

Oui, a-t-il dit, tu vas les choquer. Et sache que beaucoup de gens pourraient avoir du mal avec ce que tu vas dire parce que tu fais basculer le monde du cirque. Eh bien, et cela m'intéresse vraiment de savoir si c'est vrai ou non. J'ai tellement hâte de voir comment les gens vont prendre cette idée de culture du contenu que je vais leur présenter vendredi prochain.

Wijbrand Schaap

Oui. Tu vas donc au-delà de ce dont nous venons de parler dans ce podcast en cela.

Sabine Maringer

Oui.

Wijbrand Schaap

As-tu quelque chose en réserve ?

Sabine Mainger

Oui, je l'ai fait. Bien sûr.

Wijbrand Schaap

D'accord, ça rend les choses encore plus spéciales d'être là pour les gens. Je me demandais encore, puisque vous combinez le travail du sexe avec le fait d'être une MA, vous avez aussi une étude.

Sabine Maringer

Oui, j'ai obtenu mon master en interprétation dans l'espace public. Et c'est très bien, parce que j'ai obtenu mon master à l'université Fontys. Oui. Je reviens donc dans l'université où j'ai obtenu mon master. Et c'est vraiment un grand honneur pour moi de revenir en tant qu'orateur principal, même si cela n'a rien à voir avec le sujet. Mais oui, je me sens très bien. Et l'un de mes collègues donnera également un atelier au cours de cette journée de séminaire. Alors oui, je suis très heureux.

Wijbrand Schaap

Oui, c'est une super fête, je pense. Je pense que c'est vraiment amusant parce qu'en même temps que tu donnes cette conférence et que tu fais tes recherches, tu travailles aussi pour libérer en quelque sorte tout ce tabou sur le travail du sexe. As-tu eu du mal à parler de cette combinaison entre le fait que tu sois une praticienne BDSM et Circus et le fait de donner une conférence très sérieuse sur un sujet très important ?

Sabine Maringer

Je pense que les gens m'associent plus facilement au sujet parce que je suis une dominatrice et une travailleuse du sexe et parce que le " consentement ", dans ma profession, c'est tout, c'est le cadre, c'est la base. S'il n'y a pas de "consentement", je ne peux pas travailler. Le "consentement" est donc le cadre dans lequel je travaille. Et je pense que cela facilite les choses pour les gens. Et je pense aussi que de nos jours, on ne vous poursuit pas autant pour être un travailleur du sexe. Et je pense aussi que si j'ai un diplôme universitaire derrière moi, si j'ai une carrière artistique derrière moi, c'est plus facile pour les gens de me respecter en tant que personne. Le fait d'être une travailleuse du sexe, je pense que cela aide en quelque sorte les gens à dire, ok, elle a changé, mais elle n'est pas forcée de le faire. C'est sa décision, sa décision personnelle. Intéressant . Donc, d'accord. Je ressens beaucoup de curiosité de la part des gens qui sont ouverts à l'écoute, et je pense aussi que les gens dans cette industrie créative sont plus ouverts. Je ne sais pas comment ce serait dans d'autres contextes, mais ici, je me sens vraiment libre maintenant de dire qui je suis dans ma vie professionnelle.

Wijbrand Schaap

Oui, eh bien, en parlant de ça, nous approchons des 45 minutes, ce qui correspond au podcast.

Sabine Maringer

D'accord, très bien.

Wijbrand Schaap

Nous pourrions en parler pendant des heures, je pense. Mais vous en parlerez pendant des heures vendredi à Tilburg.

Sabine Maringer

Non, pas pendant des heures.

Wijbrand Schaap

40 minutes de long. 40 minutes aussi. 40 minutes. D'accord. Ensuite, il y en aura d'autres à Tilburg. Je tiens à vous remercier pour votre ouverture d'esprit et votre volonté d'organiser cette discussion afin que les gens puissent encore assister au séminaire. Je ne pense pas qu'il soit encore complet, alors merci beaucoup. Sabine Marringer, y a-t-il une dernière réflexion que tu aimerais partager avec nos auditeurs ?

Sabine Maringer

Je tiens à te remercier pour tes bonnes questions. J'ai eu l'impression qu'elles ont permis d'entamer une bonne conversation entre nous. Et elles m'ont obligé à parler très ouvertement de mon sujet. C'est vraiment bien. J'ai senti que vous aviez vraiment créé une atmosphère sûre et agréable où je me suis sentie vue et en sécurité pour parler. Merci beaucoup.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais