Aller au contenu

PERSPECTIVE 18 : La politique du jazz aux Pays-Bas a-t-elle déjà commencé ou est-elle déjà terminée ?

Dans la série En perspective, Erik Akkermans jette un regard en arrière et en avant sur les développements de la politique et de la pratique culturelles. Aujourd'hui : les politiques en faveur du jazz et de la musique improvisée.

De l'Oude Schans à Rijswijk

Mai 1983, lundi matin, huit heures et quart. Lieu : la tour de bureaux sans âme de Rijswijk qui abrite le ministère du bien-être, de la santé publique et de la culture. Le ministre Brinkman a invité les membres du groupe de travail sur la politique du jazz à venir lui prodiguer leurs conseils à huit heures et demie.

Pour ceux qui venaient de donner ou d'écouter un concert la veille au soir dans l'ancienne maison BIM sur l'Oude Schans à Amsterdam, la transition n'aurait pas pu être plus grande. Mais le groupe de représentants du domaine du jazz et de la musique improvisée ne s'est pas laissé décourager. Pendant plus d'un an, ils ont travaillé sur la mission ministérielle visant à élaborer un plan d'action. Parmi eux, l'écrivain Henk Bernlef et le violoncelliste prometteur Ernst Reyseger en tant que représentants de la Stichting Jazz en Geimproviseerde Muziek in Nederland (SJIN). Et les musiciens Boy Raaymakers et Nico Langenhuijsen au nom du Bond van Improviserende Musici (BIM). Du côté des médias : le journaliste Gijs Tra et le présentateur de la VPRO Han Reiziger. J'ai été autorisé à présider le groupe de travail.

Le groupe de travail était une reprise. Auparavant, le ministère avait chargé un groupe de travail d'étudier le système de subvention dans ce domaine de travail. Mais le groupe de travail, qui comprenait des personnalités comme Willem Breuker, Hans Dulfer et Misha Mengelberg, s'est vu ordonner par les conseils d'administration du BIM et du SJIN de cesser ses activités. Les syndicats ne voyaient pas de nouvelles perspectives pour le jazz dans le système musical existant . Le groupe de travail a juste pu sortir les résultats d'une enquête auprès des musiciens.1

Le deuxième groupe de travail a commencé sous de meilleurs auspices. La discussion sur le système musical s'est ouverte. La Commission Sutherland a été créée pour étudier l'organisation du système orchestral. Il n'y aurait pas d'argent supplémentaire dans l'ensemble, mais la musique symphonique devait être réduite au profit du jazz, de la musique improvisée, des ensembles et de la nouvelle musique. Aujourd'hui encore, seul 1,1 million de florins (un demi-million d'euros) est disponible pour l'ensemble de la production, de l'approvisionnement et de la distribution du jazz et de la musique improvisée. Les trois quarts de cette somme sont allés au SJIN pour permettre aux musiciens de percevoir des honoraires supplémentaires par représentation et pour subventionner des projets à plus long terme. Un quart de la subvention de l'État est allé à quelques ensembles permanents.

L'argent des orchestres

Une augmentation du budget des arts était donc hors de question, mais le budget pour le jazz et la musique improvisée augmenterait en raison du déplacement du budget global de la musique. Malheureusement, au cours de l'année 1982, la Chambre des représentants a décidé que l'approche du système orchestral devait d'abord faire l'objet d'une étude plus approfondie. Pour l'instant, aucun argent supplémentaire n'était disponible pour les autres secteurs. En tant que président du groupe de travail, j'ai écrit une lettre indignée au ministre Brinkman. Collectivement, le groupe de travail a envoyé une réponse à la Chambre basse avec la décision de suspendre son travail. Il semblait peu judicieux de faire de beaux projets avec un budget inchangé.

La Chambre des représentants a répondu par une motion visant à charger la Commission Sutherland de faire également des suggestions concrètes pour renforcer l'offre non symphonique à un stade précoce. Le ministre, par l'intermédiaire de son chef de musique Brester, a informé le groupe de travail que même s'il n'y avait pas d'argent pour l'instant, il fallait vraiment faire des plans pour l'avenir. Ceux-ci donnaient déjà une orientation et une impulsion. "Je suis persuadé que même si la situation financière semble offrir des perspectives moins lointaines, vous serez prêts à achever votre travail. ", a déclaré Brester au nom du ministre. Le groupe de travail s'est remis au travail en maugréant. Le rapport final - intitulé "Est-ce que ça a déjà commencé ?" - est paru en mai 1983.

Un plan de concert, un plan de production et un fonds ?

Le Volkskrant du mardi 10 mai 1983 a bien résumé l'avis. Les plans maintiennent la structure existante : un SJIN renforcé en tant qu'organe central. Il y aurait un plan de concerts et un plan de production. Le premier pour subventionner les concerts à plus grande échelle et surtout de manière plus solide. Le second pour permettre aux groupes de travailler sur des productions. Le groupe de travail a estimé qu'il devrait y avoir un fonds pour le jazz et la musique improvisée. Cependant, les fonds culturels nationaux doivent encore être développés - une loi-cadre doit d'abord être adoptée par la Chambre basse - et il n'y a donc pas encore d'exemple clair. Par conséquent, une proposition concrète de fonds pourrait bien créer un bourbier de longues préparations juridiques, d'actions bureaucratiques et de consultations multiples. Par prudence, ou peut-être par excès de prudence, le groupe de travail s'est donc contenté de proposer d'étudier un fonds.

Le groupe de travail a été plus concret sur d'autres propositions. La norme minimale pour les honoraires doit être augmentée. Les cachets doivent également tenir compte du temps de répétition et des coûts indirects. Le traitement administratif doit être organisé de manière centralisée, ce qui soulage les musiciens et les organisateurs. Les ateliers pour amateurs et les orchestres d'apprentissage doivent faire partie intégrante du système. Il était également temps de mieux organiser les lieux existants et de les faire travailler ensemble. Enfin, le Nederlands Jazz Archief, récemment créé, méritait un soutien financier pour poursuivre son existence. La nouvelle politique proposée en matière de jazz nécessiterait 2,4 millions de florins supplémentaires (plus d'un million d'euros).

Qualité et innovation ?

Le secteur a accueilli favorablement le plaidoyer raisonné en faveur d'un financement accru. Mais autrement, comme c'est souvent le cas dans le secteur, il y a aussi eu beaucoup de critiques et d'agitation2. Pourquoi se concentrer sur les ateliers et les orchestres d'apprentissage ; il s'agit sûrement d'un art purement amateur ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu de plaidoyer plus audacieux en faveur d'un fonds pour le jazz ? Le SJIN n'a-t-il pas reçu trop de pouvoirs ? L'accent n'a-t-il pas été suffisamment mis sur les lieux de représentation ?

Ce qui n'a suscité aucune critique, c'est que le groupe de travail n'a pas abordé la question de la qualité et de l'innovation dans la musique. Alors que des musiciens comme Hans Dulfer ou Loek Dikker, d'un autre côté, ont tellement critiqué les précurseurs des années 1960 qui étaient maintenant très bien établis, voire suprêmes, et qui n'innovaient plus. 3 Willem Breuker, par exemple, a été victime de cette critique, tantôt par chichis, tantôt par souci sincère. Mais le groupe de travail a terminé son travail sans décrire le contexte de fond. Et aussi sans se préoccuper du suivi des conseils.

Frits den Haring, responsable du WVC, a écrit au groupe de travail qu'il ne souhaitait pas encore envoyer une note de remerciement : "Après tout, il est concevable que l'on fasse à nouveau appel à votre expertise." Mais cela ne s'est pas produit. Le dossier a été clos pour le moment.

Est-ce de l'art ou cela peut-il disparaître ?

Le titre "Ça a commencé ? - dans la catégorie "Est-ce que c'est de l'art ou est-ce que ça peut disparaître ? - désignait naturellement de façon ostentatoire le genre de musique qui pouvait conduire l'auditeur non averti à une grande interrogation, voire à la perplexité. Mais il s'est malheureusement aussi avéré être un titre prophétique. Car bien que le comité Sutherland ait recommandé d'allouer 1,4 million de florins supplémentaires (plus de 7 tonnes d'euros) au jazz et à la musique improvisée, la mise en œuvre se faisait attendre.

Dix à quinze ans plus tard, des sons lugubres se faisaient encore entendre au Nederlands Jazz Congres, soit dit en passant un regroupement unique de forces et de connaissances. Les gens voyaient que le jazz était peu connu et peu reconnu aux Pays-Bas. Le nombre de concerts était en baisse. La norme BIM n'était plus utilisée. Le SJIN a perdu sa position dominante et a fusionné avec le Nederlands Impresariaat (plus tard la Chambre de Commerce).

La politique de subvention était fragmentée. 4Le succès et l'innovation se sont avérés à plusieurs reprises opposés. Cependant, en 1997, le nombre de groupes inclus dans le plan pour les arts est passé de deux à sept. Et il y avait plus de place pour les subventions accessoires du Fonds pour les arts du spectacle.

Beaucoup de mouvement, peu d'effet

On peut se demander si la mise à niveau de ce sous-secteur a réellement démarré. Michiel Scheen (ancien président du BIM) a donné sur son blog un aperçu peu réjouissant de l'évolution des dernières décennies.5. Le manque d'attention pour ce type de musique sur les scènes, le manque de rémunération équitable, la différence de position sociale avec les musiciens salariés des orchestres, pas grand-chose n'a changé.

Scheen affirme que ce sont surtout les nombreux changements de politique et les réorganisations qui ont porté préjudice au secteur. Par exemple : le Fonds pour le jazz et la musique improvisée n'a pas vu le jour, mais il y a eu successivement le Fonds pour l'art amateur et les arts du spectacle, le Fonds pour la programmation scénique et le marketing et le Fonds pour les arts du spectacle. Les subventions pour les concerts sont passées successivement du SJIN à l'Impresario néerlandais pour aboutir à une variété de projets au sein de ces fonds successifs. Et cela ne tient pas compte des réductions opérées par Scheen à partir de 2012.

Ou encore la suppression du WWIK qui a été d'une grande importance pour les musiciens et musiciennes indépendants ; quelque 10 millions sont allés aux artistes interprètes. 6Scheen souligne que quelque chose de spécial s'est produit entre-temps sur le terrain. En collaboration avec Kunstenbond, BUMA et Senna, et à contrecœur avec le Fonds pour les arts du spectacle, le Plan national pour les podiums a été créé. C'est là que les musiciens (pop, jazz, musique du monde) et les petites salles peuvent s'adresser pour obtenir des contributions rapides aux cachets, en mettant l'accent sur une rémunération équitable. La norme de rémunération des musiciens interprètes est passée de 265 € à 325 € par représentation en trois ans.

Au-delà des frontières du genre ?

Je me suis demandé si nous dépassions progressivement l'ère d'une politique spécifiquement axée sur le jazz et la musique improvisée. Devrions-nous continuer à délimiter les genres, si tant est que nous le fassions ? En tant que directeur du conservatoire de musique d'Utrecht à l'époque, je souhaitais l'abolition de la structure départementale habituelle : classique, jazz, pop, musique du monde. Cela a suscité de nombreuses critiques au sein des départements et m'a donné l'impression d'être un peu trop en avance sur mon temps. (Et encore, je n'étais pas musicien) Mais c'était aussi il y a 25 ans maintenant. Nous avons sûrement fait des progrès pour faire tomber les barrières ?

Les musiciens de jazz qui se sont insurgés contre la conversion de NPO Radio 4 en NPO Radio Klassiek ne seront pas de cet avis7. Et le dernier avis du Conseil de la Culture sur le BIS 8 montre aussi clairement que si tous les genres sont similaires, certains le sont un peu plus que d'autres.

Si aucun ensemble de jazz et de "musique légère" ne peut prétendre à une place dans l'infrastructure de base en raison d'un manque de qualité ou pour d'autres raisons, le Conseil ne devrait-il pas constater qu'une ou plusieurs places sont vacantes ? Et ne faut-il pas tout mettre en œuvre pour les occuper correctement ? Le fonds pour les arts de la scène comporte également une part limitée de jazz et de musique improvisée.

Donc apparemment, le temps d'une politique spécifique à ce genre n'est pas du tout révolu. De façon plus cynique, cela a-t-il déjà commencé ?

===

ERIK AKKERMANS est directeur, consultant et publiciste. Il a été président de la plateforme du marché du travail du secteur culturel et créatif Platform ACCT et de diverses autres organisations. Erik Akkermans a notamment été directeur de la Fédération des associations d'artistes et directeur responsable des conservatoires de Groningue et d'Utrecht. Il a présidé le comité qui a conseillé le ministre sur la politique du jazz ("A-t-il déjà commencé ?". Plan pour le jazz et la musique improvisée, 1983) et a dirigé l'évaluation du Fonds Scheppende Toonkunst. Il a été vice-président de l'orchestre de la Promenade néerlandaise. En 2018, il a guidé les provinces de Gelderland et d'Overijssel dans leur rôle administratif lors de la fusion de Het Gelders Orkest et Orkest van het Oosten.

1 Jazz and Improvised Music in the Netherlands, Now and Later, 1981, non publié.

2 "Le secteur du jazz est connu pour être critique, surtout envers lui-même. Dans le secteur culturel néerlandais, peu de disciplines artistiques sont aussi critiques à l'égard de leur organisation interne que le secteur du jazz." C'est ce que dit le rapport du Congrès néerlandais du jazz de 1997.

3 Eddy Determeyer, "How sick is Dutch improvised music", rapport d'une discussion de groupe dans Jazz Nu, n° 6, 1982 mmv Pierre Courbois, Hans Dulfer, Rindert Meijer, Ernst Reijseger, Bert Vuijsje et Rudy Koopmans.

4 Rapport du Congrès néerlandais du jazz, 6 mars 1996 et 15 mars 1997, Utrecht. Article Frans van Leeuwen dans De Volkskrant 3 mars 1995 : "Toujours porter une cravate".

5 Michiel Scheen, Vers un meilleur fonctionnement de la politique du jazz aux Pays-Bas, http://jazz-in-nederland.blogspot.com/

6 Podiumpeiler 2011, recherche Atlas van Gemeenten commandée par Muziek Centrum Nederland et Theater Instituut Nederland, Utrecht 2011.

7 Communiqué de presse BIM 6 juillet 2023 : "La manifestation pour la musique du monde et le jazz mène à une conversation constructive avec le sommet des OSBL et à des plans pour plus d'inclusion."

8 Raad voor Cultuur Advies over de Culturele basisinfrastructuur 2021-2024, p. 39 et suivantes, La Haye 2020

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Erik Akkermans

Réalisateur, consultant et publiciste.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais