Aller au contenu

Le 10e et dernier Choix de la critique à l'IFFR. L'heure d'un nouveau remue-ménage

26 janvier 2015. Lors du festival international du film de Rotterdam 2015, j'écris. à cet endroit: "Que se passe-t-il lorsque le critique commence à utiliser le langage figuratif lui aussi ?

Ce sera à l'occasion de (Le retour du) Choix de la critiqueL'IFFR est une section de programme organisée de manière indépendante. Sous l'impulsion du programmateur de l'époque, Gerwin Tamsma, et du directeur du festival, Rutger Wolfson, Dana Linssen (NRC) et Jan Pieter Ekker (Parool). Début d'un programme annuel avec un choix de films, des essais vidéo, des discussions post-festival, un film réalisé pendant le festival, une écharpe de visualisation de données tricotée en direct et tout ce qui pourrait être imaginé pour apporter plus d'excitation à la conversation entre le public, les critiques et les réalisateurs.

Essais vidéo

Ces essais vidéo seront désormais le point central du Choix de la critique. Les critiques néerlandais et étrangers sont invités à présenter les films sélectionnés. Mais cela doit se faire sous la forme d'un essai vidéo. C'est encore assez nouveau aux Pays-Bas. Kevin B. Lee est l'un des critiques qui fait cela depuis un certain temps. Voir par exemple Transformers : Le Prémake. Pour ce premier nouveau choix de la critique, la Néerlandaise Bianca Stigter transforme en essai vidéo un film amateur de trois minutes, tourné en 1938 dans la communauté juive d'un village polonais. Plus tard, elle le transformera en un documentaire extraordinaire et acclamé par la critique. Trois minutes : Un allongement.

Numéro dix

24 janvier 2024. L'IFFR est de nouveau à nos portes. Cette année, Ekker et Linssen présentent la 10e édition du Choix de la critique, et j'apprends qu'avec elle, ils vont s'arrêter là. Était No. 10 n'est pas non plus un film d'Alex van Warmerdam ? Mais ceci mis à part.

25 janvier 2024. Comment se fait-il qu'il n'y ait plus de Choix de la critique ? J'appelle Jan Pieter. Oui, après dix fois, c'est bien, convient-il. Ce qui ne veut pas dire que la conversation sur le cinéma n'est plus nécessaire. Mais, résume-t-il, si chaque année était différente, c'était aussi une variation sur la même forme. Il faut parfois s'arrêter pour commencer quelque chose de nouveau. Il ajoute que le festival n'a exercé aucune pression.

Le thème de cette année est le "chuchotement". Un mot qui peut être utilisé de bien des façons dans ce contexte. 'À une époque où tout le monde menace de crier par-dessus les autres, nous partons à la recherche de la voix tranquille de la réflexion cinématographique, pour la profondeur et la réflexion', ai-je lu dans le papier du programme du Choix de la critique de cette année. Un papier que tous les festivaliers peuvent se procurer. En tant qu'édition unique de la défunte revue Tigre quotidien. Comme exemple de cet étage largement rempli de réflexions diverses sur le film de Jonathan Glazer. La zone d'intérêt. Un film sur l'Holocauste comme tu n'en as encore jamais vu. Car l'horreur se trouve dans la bande sonore troublante. Ce que nous voyons se trouve juste de l'autre côté du mur du camp d'Auschwitz. Le ménage banal, presque banal, et le jardin verdoyant de Hedwig Höss (Sandra Hüller), l'épouse du commandant du camp Rudolf Höss.

Et quelque chose de nouveau ? Oui, il y aura une nouvelle chose qui Un autre point de vue sera appelé. Le site web est presque prêt.

Fou ou vulnérable

26 janvier 2024. Je jette un coup d'œil rapide au programme du Critics' Choice 10 : le Talk de Sandra Hüller, déjà mentionné, figure sur la liste, ainsi qu'un déjeuner de travail pour les critiques et autres professionnels, et bien sûr des films allant de... La ballade de Suzanne Césaire, un hommage à l'écrivain du titre qui a émergé en tant qu'activiste de l'afro-surréalisme, à la comédie hollandaise déjantée Krazy House. Je ne m'attendais pas à celle-là dans cette sélection.

Photo Future Me - image : Gusto Entertainment

Future Me de Vincent Boy Kars est un autre titre du Choix de la critique néerlandais. Je peux voir celui-là en ligne à l'avance. Après Kars Drama Girl un autre mélange inhabituel de fiction et de docu, ou plutôt de réel et de reconstitution. Il s'agit maintenant d'un examen de conscience du réalisateur, qui se fait jouer par Martijn Lakemeier et se rend ainsi très vulnérable. Même s'il peut difficilement exprimer cette notion de "se rendre vulnérable" dans une conversation avec un thérapeute.

Rébellion

27 janvier, 18h30. J'arrive à Rotterdam au Cinerama, où le premier film du Choix de la critique de cette année passe dans une demi-heure : Avant Drag !. Entre-temps, j'ai fait quelques recherches pour voir s'il y avait un lien entre les choix de cette année. Quelque chose comme la rébellion peut-être ? Des formes fantaisistes, des sujets ou des personnages difficiles ?

Je vois Jan Pieter là-bas aussi, et je peux lui poser la question. D'après lui, ce n'est pas si fixe. Il peut s'agir de n'importe quoi. Tant qu'il y a matière à conversation, ajoute Dana, qui passe également par là. Ainsi, un titre inattendu comme Krazy House L'illustre duo Steffen Haars/Flip van der Kuil (New Kids on the Block) peuvent également être inclus. Selon certaines informations, la directrice du festival, Vanja Kaludjercic, est fan du duo, Dana ne l'est tout simplement pas, et Jan Piketer le qualifie de plaisir coupable. Lors de la récente première de Krazy House au festival de Sundance, qui n'est pas anodin, il y a eu de nombreux pouces en bas, mais aussi des pouces en l'air.

27 janvier, 19:00. Avant Drag ! commence. Il s'avère que c'est plus qu'un portrait de groupe de neuf travestis qui descendent dans les rues d'Athènes pour mettre à mal le conservatisme patriarcal grec. Tu parles d'une rébellion. Plus qu'un portrait de groupe, car tu peux sans risque qualifier le film lui-même de manifeste.

Photo Avant Drag ! - image : IFFR

Mais où est l'essai vidéo de Roosje van der Kamp qui devait présenter cette performance sous forme de film ? Je le découvrirai peut-être demain.

Déjeuner de travail

28 janvier, 10h. Rassemblez-vous sur le toit de Fontein pour le déjeuner de travail, avec une vue imprenable sur Rotterdam. Un groupe hétéroclite réfléchira à la façon de procéder après le Choix de la critique et à l'avenir de la critique cinématographique au-delà de la revue. C'est à peu près ainsi que je résume l'événement. Invité par Dana Linssen, Jan Pieter Ekker et Janilda Bartolomeu (programmatrice, cinéaste et chercheuse).

C'est aussi l'occasion de demander à Dana : où est passé l'essai vidéo de Roosje ? Mmmm, le réalisateur d'Avant Drag ! Fil Ieropolos l'a vu à l'avance (comme c'est la coutume) et il s'est avéré qu'il n'était pas content, et l'échange de courriels avec Roosje a fait tellement de bruit que l'équipe du Critics' Choice a décidé de ne pas projeter l'essai vidéo. Au cours de ces dix années, une cinquantaine d'essais vidéo ont été réalisés pour le Critics' Choice, et c'est la première fois qu'une telle chose se produit. Ce n'est donc pas si grave, en fait, disent les organisateurs. Mais ce n'est peut-être pas l'agitation que tu voudrais, me dis-je. Roosje, qui est également présente, me dit qu'elle est maintenant remise du choc.

apov.space

Trop de mots déjà pour cet incident. Car les deux heures suivantes sont consacrées à des sujets plus importants. À quatre tables, on fait un remue-méninges sur 'whisper' et la critique cinématographique, sur les essais vidéo, sur la critique cinématographique dans les festivals et sur la critique cinématographique indépendante. Dans une chronique parlée, Coen van Zwol développe ce qu'il a écrit il y a quelques jours sous le titre . Tu ne veux pas que ce soit court, mais long et profond..

C'est génial d'avoir une conversation avec de nouvelles personnes à ce sujet, qui est trop long à résumer ici (j'espère qu'il y aura un autre rapport en ligne quelque part), mais de la synthèse à la fin, j'ai tiré quelques mots-clés. Nous n'avons pas besoin de jeter les anciens formats, mais nous pouvons les composter ensemble pour que quelque chose de nouveau émerge. Abandonne l'illusion de l'objectivité, vois ce qui plaît aux jeunes générations. Plus de conversations, par exemple aussi dans les salles de cinéma elles-mêmes.Pensez à créer une communauté, cherchez à vous rencontrer. L'une des tables a même envisagé une sorte d'association mondiale des freelances, en partie pour leur donner une position plus ferme. J'aimerais en savoir plus à ce sujet à l'avenir.

Une nouvelle initiative qui est déjà très avancée est Un autre point de vueLe site web apov.space, qui sera, je l'espère, bientôt en ligne.

27 janvier, 16:15. Je vais utiliser la méthode susmentionnée La zone d'intérêt voir . En effet, comme je l'ai lu quelque part, un film qui vous prend aux tripes.

Sandra Hüller

27 janvier, 20:00. Dans une salle de Doelen remplie à ras bord, Sandra Hüller (l'une des plus grandes artistes de l'histoire de l'art) a fait une entrée remarquée dans le monde de l'art. Zone d'intérêt-La comédienne (qui est aussi l'une des principales actrices) est montée sur scène pour engager une conversation très animée avec le critique Peter Bradshaw. À propos de son interprétation de Hedwig Höss, elle dit, entre autres, qu'elle établit normalement une connexion émotionnelle avec ses personnages, mais qu'elle a trouvé cela impossible dans ce cas. 'Je voulais la rendre vide, une forme très physique de jeu d'acteur'. Pour ajouter qu'elle considère que c'est un film important, surtout à la lumière des développements que nous voyons aujourd'hui.

Encore une fois, l'essai vidéo

28 janvier, 11h30. Je suis sur le point de terminer cette critique, mais ce matin, j'ai encore eu l'occasion de jeter un coup d'œil à certains des essais vidéo de cette dixième édition du Choix de la critique. L'essai non diffusé de Roosje van der Kamp à Avant Drag ! Il s'agit en fait d'une sorte d'exercice de visualisation, explorant la façon dont les drag-queens dans la vie de tous les jours se comportent dans la vie de tous les jours. Avant Drag ! et d'autres films sont présentés visuellement. Et se demande s'il s'agit de voyeurisme ou d'octroi de pouvoir. Avec une métaphore un peu abrupte (qui a fait mouche ou qui a été ratée ?), celle d'un videur.

De plus, je vois comment tu peux grosso modo aller dans les deux sens avec un tel essai vidéo. Janilda Bartolomeu propose une introduction à La ballade de Suzanne Césaire fait avec une voix off que tu pourrais aussi simplement lire comme un article écrit. Mais il te manque alors cette impression d'accompagnement d'images de La ballade. Et lorsqu'elle associe le concept d'une négociation à un couple de danseurs, cela fonctionne un peu mieux.

Hugo van Emmerzael (a réalisé l'essai vidéo à Krazy House) et Joost Broeren-Huitenga (à Future Me) comparent leur sujet avec un montage de scènes d'autres titres dans lesquels des questions similaires se posent. Comme la planque en tant que lieu de malheur (attention aux extraterrestres !) ou les films dans lesquels (entre autres) les cinéastes sont confrontés à leurs personnages. Joost le fait de manière entièrement visuelle, sans aucun commentaire. Regarde bien, et tu verras comment Vincent Boy Kars se retrouve en illustre compagnie.

Les titres des films et les sujets du programme du Choix de la critique 10 : Avant Drag !, 10 ans de Critics' Coice et au-delàet le Parler Sandra Hüller ont déjà été. A venir : La chimère, Krazy House, La ballade de Suzanne Césaire, Future Me et Rachel McLean : Pop Culture Potpourri !. Pour plus d'informations, de dates et d'heures, voir le site Internet de l'association. Site web de l'IFFR. Et garde un œil sur apov.space.

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Leo Bankersen

Leo Bankersen écrit sur le cinéma depuis Chinatown et La nuit des morts-vivants. A longtemps travaillé en tant que journaliste cinématographique indépendant pour le GPD. Il est aujourd'hui, entre autres, l'un des collaborateurs réguliers de De Filmkrant. Aime rompre une lance pour les films pour enfants, les documentaires et les films de pays non occidentaux. Autres spécialités : les questions numériques et l'éducation cinématographique.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais