Aller au contenu

En perspective #19 : La branche et la fleur

Tu as déjà lu ici messages gratuits. Alors rejoins Culture Press dès maintenant. Nous avons plus de 400 membres fidèles. Des personnes impliquées dans les arts, qui y travaillent, qui définissent des politiques. Des personnes qui apprécient une vision indépendante du journalisme artistique. Tout comme toi.

Rejoins-nous! Pour que Culture Press continue à fonctionner !

Dans la série En perspective, Erik Akkermans jette un regard rétrospectif et prospectif sur les évolutions de la politique et de la pratique culturelles. Aujourd'hui : l'éducation culturelle dans l'enseignement primaire.

Les ambitions d'un nouveau cabinet

Printemps 2003. Le soleil commençait déjà à briller un peu plus et sur les branches apparaissaient les premières fleurs. Ici se présentait la métaphore qui pouvait servir de titre au rapport que nous allions rendre : "La branche et la fleur". Au sein du cabinet de conseil, nous avions été mandatés pour une balayage rapide de l'éducation culturelle dans l'enseignement primaire. Quelles sont les opportunités, les goulets d'étranglement et les incitations financières que nous avons constatés ?

Maria van der Hoeven était ministre du CPT depuis 2002 et les ministres de la culture avaient réussi à la stimuler suffisamment pour qu'elle ait des ambitions en matière de culture dans l'éducation. Van der Hoeven a informé la Chambre basse qu'elle souhaitait intensifier le programme Culture et école. Avant le jour du budget, elle souhaitait obtenir quelque 25 millions d'euros de son collègue des finances à cet effet. Le ministère pensait surtout à renforcer l'enseignement primaire.

Pour un contenu plus substantiel, elle a mis en place un groupe de travail sur l'éducation culturelle dans l'enseignement primaire. Ce groupe de travail, dirigé par l'expert en éducation Jan Wagemakers, devait se pencher sur des questions telles que : ce que peut impliquer l'éducation culturelle dans l'enseignement primaire, comment les écoles peuvent donner forme à ce contenu et par quels moyens cela peut être réalisé. Le rapport devait être remis en juin 2003.

C'est à nous de veiller à ce qu'il y ait une balayage rapide est devenu disponible pour fournir une justification numérique au groupe linguistique et fournir au ministre des munitions factuelles pour les négociations du cabinet. Le balayage rapide a vu le jour et a conduit, entre autres, aux fameux dix euros par enfant et par classe qui sont devenus et restés structurellement disponibles pour toutes les écoles.1 Le rapport du groupe de travail est également apparu à temps et sous la forme de plusieurs scénarios.2 Je ne suis pas sûr qu'il se soit passé grand-chose à ce sujet pour l'instant.

Différences entre les écoles

Nous avons constaté dans notre inventaire que les différences entre les écoles étaient d'une ampleur inacceptable. L'État a contribué à partir de ce que l'on appelle somme forfaitaire pour une moyenne de 4 € par élève sur l'éducation culturelle. Certaines écoles ont pu compléter cette somme grâce aux contributions des parents. Et de nombreuses municipalités accordaient également des subventions occasionnelles ou structurelles.

Ainsi, ce qu'une école devait dépenser pour l'art allait bientôt de 4 à 15 euros par enfant. Dans la pratique, c'était plus souvent 5 que 10. Il fallait que ce soit mieux et que ce soit plus égalitaire. Il était désormais d'usage de parler de "parcours d'apprentissage continu", y compris pour l'éducation culturelle, et cela signifiait que c'était précisément dans cette première phase qu'il fallait jeter les bases du parcours ultérieur dans l'enseignement secondaire. Si rien n'est fait, le fossé entre les écoles ne fera que se creuser.

Entre-temps, la commission Van Wijnen a donné son avis sur les objectifs fondamentaux de l'enseignement. Cela laissait moins de place à l'interprétation individuelle dans la partie centrale du programme scolaire, mais d'autant plus dans la partie libre. C'est là que la métaphore de la branche et de la fleur s'est avérée utile (bien que vous puissiez différer sur son applicabilité par la suite). Ce que nous avons préconisé avec cette métaphore, c'est un ancrage structurel fort de l'éducation culturelle dans le programme de base ("la branche") et une approche individuelle plus pluraliste et plus souple en dehors de celui-ci ("laisser s'épanouir une centaine de fleurs").

Si les écoles voulaient établir fermement l'éducation culturelle au cœur de leurs activités, elles avaient besoin de leur propre plan scolaire, de leur propre vision et de leur propre direction. Cela les rendait également moins vulnérables à l'approche très critiquée des instituts d'art, axée sur l'offre. Après tout, les écoles savaient mieux comment choisir pour elles-mêmes. Mais cela n'a pas été sans mal,

Jusqu'à dix euros par enfant

Des bons ou des subventions devraient rendre les projets artistiques plus abordables pour les écoles. Pour 1,5 million d'élèves, ce plan nécessitait - en plus des 4 euros disponibles - un peu moins de 6 euros par enfant. Ensuite, une base fixe de 10 euros par enfant serait fournie par l'État. Coût total : une dizaine de millions d'euros. Ceux-ci faisaient partie du total des 27 millions d'euros calculés de diverses mesures visant à renforcer l'éducation culturelle dans l'enseignement. Par exemple : le renforcement de la coordination des matières culturelles et artistiques à l'école et la formation continue des enseignants.

Une mesure que nous avons proposée et qui n'a pas été retenue me paraît encore sympathique : un pilote "contexte familial". Dans certaines familles, les enfants sont en contact avec le théâtre ou les arts visuels à l'école, mais lorsqu'ils en parlent à la maison, ils se heurtent à l'indifférence, à la méconnaissance du sujet, voire à des réactions négatives.

Peux-tu impliquer davantage les parents et les rendre enthousiastes à l'égard des activités artistiques de l'école ? En faisant cela, tu réduis aussi les différences entre les enfants issus de milieux sensibilisés à l'art et les enfants issus de familles où l'art est quelque chose d'extravagant.

Finalement, le ministre van der Hoeven et le secrétaire d'État van der Laan ont mis de côté une somme qui est passée à 22 millions d'euros en 2007 pour renforcer l'éducation culturelle. De plus, dans le cadre du plan d'action Cultural Reach, ils ont continué à encourager les municipalités à cofinancer.

Il a fallu un peu de persuasion pour que le ministre accepte que le coup de pouce supplémentaire pour l'enseignement primaire soit affecté. Étant donné que tous ces différents projets d'affectation ont fait l'objet de nombreuses critiques, on s'est précisément orienté vers une "somme forfaitaire". Mais si la somme forfaitaire était abandonnée, il ne resterait probablement pas grand-chose de l'ambition de "plus de culture dans la classe". Par la suite, nous avons réussi à conserver cette affectation pendant longtemps. Plus tard, la contribution a disparu dans ce qu'on appelle la boîte de performance. En cherchant bien, tu pourrais la trouver dans la section 'développement des talents'.

À partir du 1er janvier 2023, un nouveau financement pour l'enseignement primaire s'appliquera : un montant fixe par école et par enfant avec lequel les "fonds de branches et de fleurs" ont été davantage absorbés dans le grand tableau. Le centre de connaissances LKCA exhorte une fois de plus toutes les personnes concernées à indiquer très clairement aux responsables des écoles quel est l'espace financier disponible pour les arts et la culture.3

Contraintes et menaces

Entre-temps, beaucoup de choses positives se sont produites depuis 2003. Des programmes d'action de l'État et des municipalités pour stimuler l'éducation culturelle, tels que Culture Education with Quality. Une initiative telle que "Plus de musique dans la salle de classe" qui a eu un impact majeur. Profil des écoles qui mettent l'accent sur l'éducation artistique.

Mais il y a aussi toujours des critiques sur l'offre relativement rare d'art au sein de l'enseignement primaire. Et sur les grandes différences entre les écoles. Le manque d'argent est certainement un facteur ici, mais en plus : l'engagement et l'attention. Et du temps ! L'enseignement ne se plaint pas de devoir faire tant de choses à la fois sans raison, alors que l'on critique aussi le fait de négliger les matières fondamentales telles que les langues et les mathématiques.

En revanche, il existe des écoles, comme les Free Schools, qui parviennent à intégrer l'art (et le sport) dans l'enseignement, notamment en langue et en mathématiques. Il n'est pas nécessaire que tout soit des matières séparées. Dans tous les cas, la charge de travail des plaintes des enseignants doit être soulagée. Le Conseil de l'éducation a donc plaidé en faveur d'un plus grand nombre d'enseignants de matières qui peuvent soulager l'enseignant permanent.4 Le couteau coupe alors dans les deux sens. Les artistes professionnels dans la salle de classe peuvent également apporter une modeste contribution ici.5

Dans le cadre du volet financier, une menace s'est ajoutée : la contribution parentale volontaire fait l'objet de discussions, car elle favoriserait l'inégalité entre les écoles dont les parents sont aisés et les écoles des quartiers pauvres. La ville d'Amsterdam sanctionne donc les écoles dont la contribution parentale est supérieure à 225 € en les privant de leur subvention.

Pour moi, cela semble être une mesure brutale : elle n'aboutit à rien de positif, juste à une forme forcée d'égalité. Tant que les contributions ne sont pas obligatoires mais volontaires - généralement par parent en rapport avec le niveau de revenu - cela devrait être possible. Si nécessaire, demande aux écoles plus riches de verser une contribution volontaire de solidarité en faveur des écoles plus pauvres.

Perspectives politiques

Mais en fin de compte, l'argent n'est pas le facteur décisif pour un programme artistique qui restera avec les élèves pour le reste de leur vie. Le facteur décisif est la volonté de l'enseignant et/ou de la direction de l'école de donner à tout prix une place à l'art et à la culture dans le programme scolaire, en utilisant des moyens simples si nécessaire. Et de choisir des prestataires capables d'émouvoir réellement les enfants.

Bien sûr, un climat politique dans lequel tout cela est considéré comme acquis et rendu financièrement possible aide. Avec le nouveau gouvernement qui entrera en fonction, nous n'aurons peut-être pas à désespérer de cela avant, même s'il s'agit des partis (in)formateurs actuels.

Le manifeste électoral du BBB parle de façon positive de la valeur des arts et de la culture. En ce qui concerne la culture et l'école, il déclare : "À l'école, les jeunes apprennent l'art et la culture et acquièrent ainsi une compréhension de la riche histoire culturelle des Pays-Bas. Cela garantit non seulement une meilleure compréhension de nos traditions et de nos valeurs, mais stimule également la créativité."6

En ce qui concerne le programme électoral du Nouveau Contrat Social, les critiques ont surtout pointé du doigt l'accent peut-être excessif mis sur les régions et l'histoire. Mais le programme contient des textes positifs sur la valeur de l'art et la position des artistes. En ce qui concerne l'éducation culturelle, le programme dit : "Nous reconnaissons l'importance de éducation culturelle et participation et encourager les jeunes à entrer en contact avec les arts et la culture dès l'école où, en plus de l'enseignement de base, il devrait y avoir une place explicite pour le développement des talents."7

Le VVD qualifie la culture néerlandaise de "classe mondiale". Le programme électoral stipule ce qui suit : " Le patrimoine mérite notre protection et l'éducation culturelle donne aux enfants l'occasion de découvrir la culture et l'art. " 8

Accès à la culture

Ce qui pourrait t'aider à cet égard, c'est le récent avis "Accès à la culture"9 du Conseil de la Culture. Le Conseil note que l'éducation culturelle dans l'enseignement primaire a reçu une place claire dans le programme, mais que néanmoins l'ancrage structurel "reste un défi". Le Conseil souhaite également une loi-cadre définissant les tâches communales, ce qui inclut certainement un rôle de coordination dans le domaine de l'éducation culturelle. Les expressions positives des partis politiques pourraient donc s'inscrire dans ce cadre.

D'accord, ce sont des programmes électoraux et ils n'offrent aucune garantie. Et les arts professionnels (Randstad) devraient retenir leur souffle. Mais pour l'éducation culturelle dans les écoles, je ne vois sûrement pas que des branches seront cassées ce printemps, ou plus tard dans la nouvelle période ministérielle, et qu'aucune fleur ne pourra s'épanouir. Les écoles et les établissements doivent avant tout conserver et renforcer leurs ambitions en matière d'éducation culturelle. L'azote nocif ne sera pas libéré avec elles.

ERIK AKKERMANS est directeur, consultant et publiciste. Il a présidé la plateforme du marché du travail du secteur culturel et créatif Platform ACCT et plusieurs autres organisations. Il a travaillé pour BMC, bureau de conseil et de gestion intérimaire, de 2002 à 2012, a été, entre autres, intendant d'un nouveau centre pour les arts, Ateliers Majeur, à Heerenveen et a dirigé le projet Beroepskunstenaars in de Klas.

Notes de bas de page

1 HJM Akkermans et al. "The Branch and the Blossom", quick scan cultural education in primary education, Leusden avril 2003.

2 Groupe de travail sur l'éducation culturelle dans l'enseignement primaire, Hart(d) voor Cultuur !, La Haye, juin 2003

3 LKCA, Financement de l'éducation à la culture à partir de la somme forfaitaire, site web LKCA, https://www.lkca.nl/geldzaken/lumpsum/. mise à jour 6-11-2023

4 Conseil de l'éducation, Time for Focus, La Haye 2021. Le Conseil de l'éducation préconise notamment que les équipes pédagogiques partagent leur responsabilité avec des enseignants de matières, par exemple la musique ou le théâtre. Arno Neelen, Que coûte un professeur d'automne pour l'éducation culturelle dans chaque école primaire ? Journal de la culture édition 24, décembre 2022.

5 Voir en perspective Avec une guitare basse dans un meuble ou une salle de classe, Culture Press 2023-2

6 BBB, Every Day Better, De la crise de confiance à l'état de noaber, manifeste électoral de TK 2023.

7 Nouveau contrat social, le temps du redressement, de la confiance, de la sécurité, de la perspective, programme électoral TK 2023.

8 VVD, Donner de l'espace, Poser des limites, Choisir un avenir optimiste, programme électoral TK 2023.

9 Conseil de la culture, Accès à la culture, La Haye, janvier 2024.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Erik Akkermans

Réalisateur, consultant et publiciste.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais