Aller au contenu

Pourquoi le "Design Thinking" du Conseil de la Culture ne fonctionne pas comme prévu

L'avis 'Accès à la culture que le Conseil de la culture a présenté le vendredi 25 janvier 2024, fait sensation. Le bulletin d'information nous avons écrit à ce sujet sur Substack a trouvé un public enthousiaste, même s'il n'a pas posé, et encore moins répondu, à toutes les questions soulevées par l'avis. Comme, avec ses 230 pages, il est également devenu un document assez volumineux, il est logique que tout le monde ait passé les premiers jours à se pencher sur ce texte plutôt étendu. 

D'ailleurs, la première critique de l'avis volumineux ne concernait même pas le rapport lui-même, mais son calendrier. L'intention initiale était de publier l'avis en décembre 2023, mais le Conseil s'en est abstenu par crainte qu'il ne reçoive pas suffisamment d'attention entre toutes les campagnes électorales. 

C'est un raisonnement remarquable, car l'objet principal de l'avis aurait été là de toute façon : le secteur et le ministère. Je suppose que le Conseil ne s'attendait pas à ce que, fin janvier, il y ait déjà un nouveau cabinet qui commencerait immédiatement à travailler sur le texte de manière décisive.

Le secteur privé est mis à contribution

Avec l'événement de présentation du 25 janvier, le Conseil se moque en tout cas du secteur lui-même. Après tout, tous ceux qui veulent des subventions pour les années à venir sont en train de finaliser leurs demandes de subventions pour les quatre prochaines années ? La date limite est fixée au 31 janvier à minuit. Je suis sûr que certaines institutions et certains créateurs profiteront de ces cinq jours pour inclure dans leur demande des informations sur leurs projets au-delà de 2029, mais le chic, c'est différent. Cela a peut-être provoqué une panique supplémentaire ici et là.

Cependant, une question très importante se pose : qu'a fait le Conseil de l'avis du Fonds ? J'ai déjà constaté ici et là - et je l'ai également rapporté dans cette lettre d'information - que les gens ne sont pas très satisfaits de ce que dit le Conseil dans son avis sur les Fonds. 

En effet, le Conseil ignore presque complètement la façon dont les Fonds mettent déjà en œuvre des choses que le Conseil dit vouloir développer. L'attention portée aux apports régionaux, les nouveaux genres comme le Hiphop et la Streetdance, et même le patrimoine régional ont déjà leur place dans la pratique des Fonds, et le terrain s'en réjouit également. 

Le conseil commet une erreur classique

Il semble que le Conseil ait commis une erreur classique en introduisant le Design Thinking. Une partie de ce processus consiste en un brainstorming agréable, bien sûr, mais le plus important est de se demander exactement quel problème on va résoudre. Ce problème concerne-t-il les Fonds Podiumkunsten, Filmfonds, Letterenfonds et Mondriaan Fonds, ou le Conseil lui-même ? Et de quoi s'agit-il alors ?

En mettant en place le processus Design Thinking, le Conseil semble avoir supposé l'état actuel de l'infrastructure culturelle de base. Et cela, bien sûr, est désastreux. Tout le monde est d'accord sur ce point. Seulement : je ne trouve nulle part dans l'article une véritable réflexion sur la cause de cet état désastreux. Ces causes, nous les avons ici avec la Presse Culturelle mentionné assez souventNous ne pouvons évidemment pas reprocher au Conseil de lire quotidiennement le média le plus indépendant en matière de politique culturelle, mais il aurait été bon qu'il jette au moins une fois un coup d'œil sur le site de l'association. l'élaboration originale de la BRI. Beaucoup de gens étaient très heureux de cela en 2007. Tout le monde en fait, pour la première fois depuis au moins 50 ans de politique artistique. 

Le BIS était un prototype réussi

Le plan pour les arts 2009-2012 était le premier plan qui fonctionnerait selon le BIS. Il devait s'agir d'une période au cours de laquelle les travaux pratiques (design thinking et fastprototyping, quelqu'un ?) examineraient les améliorations et les perfectionnements à apporter. 

Malheureusement pour les promoteurs du BIS, le PVV est arrivé au pouvoir en tant que partenaire de tolérance. Le parti unipersonnel Wilders a contraint le VVD et le CDA à prendre les mesures les plus draconiennes à l'encontre des artistes et de la culture. Non seulement une réduction de 200 millions des dépenses publiques, une suppression du WWIK pour les artistes indépendants et une réduction des budgets municipaux, mais aussi une prise en compte revancharde des tendances prétendument gauchistes dans le domaine des arts. 

Le BIS a été mortellement blessé au cours de sa première année d'existence et n'a jamais eu l'occasion de se développer par la suite. Ce que la Chambre a fait au cours des années qui ont suivi n'est que du rafistolage et de la sélection. Ainsi, le beau système de sécurité à long terme sur les "fonctions" et non sur les marionnettes, en plus d'un système flexible de "marionnettes" dans une variété de rôles, a dégénéré en un système à 2 classes où les goûts et les agendas sont devenus plus importants que le système.

Aujourd'hui, 15 ans après qu'un bon système n'ait pas eu sa chance, le Conseil de la Culture abandonne un "nouveau" système similaire au système britannique, qui, par coïncidence, a été examiné et jugé inadapté par le ministère en 2006. 

Quelle est la conception à laquelle il est fait allusion ?

Et ce qu'est le design thinking en retour. Pour t'amuser, fais défiler la page jusqu'à la fin de l'Avis. Car à la page 175, le chat est sorti du sac. Le conseil y déclare : "La période qui s'étend de maintenant à 2029 peut être utilisée comme une phase de test. Nos conseils pour cette période sont les suivants : explorer, rechercher, définir, concrétiser, tester et valider."

Le Conseil dit au secteur que le nouveau conseil avec un fonds national est un "prototype", où tout peut encore arriver. C'est ce qu'il semble, sauf que le prototype ne peut pas être rejeté s'il s'avère qu'il entraînera plus de bureaucratie et donc plus de misère. Toutes les étapes décrites par le Conseil ne concernent pas l'essence du conseil, à savoir ce fonds culturel national, mais la mise au point des détails par la suite. 

Personne n'ose revenir sur le plan de 2007, né de décennies de délibérations et de tâtonnements. Une structure qui a offert des opportunités mais ne les a jamais obtenues elle-même. Aujourd'hui, tout recommence, sans véritable réflexion sur ce qui a été, mais seulement avec la perspective de très longues années au cours desquelles des consultants et des gestionnaires du changement très coûteux tireront toute l'énergie du monde de l'art. 

Il ne s'agit pas d'une pensée design, mais d'un protocole imposé. 

Pourquoi vraiment ? 

La presse culturelle fonctionne différemment. C'est toi qui décides de la valeur de cette histoire !

C'est bien que tu aies lu jusqu'ici. Tu lisais déjà à l'heure qu'il est histoires de cet auteur. Montre ton appréciation avec un petit don!

don
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Souvent, les journaux et les autres médias, anciens et nouveaux, n'ont ni la place ni le temps pour cela. Culture Press veut offrir cet espace et ce temps, et nous voulons qu'il en soit ainsi pour tout le monde. Que tu sois riche ou pauvre. C'est pourquoi nous voulons que ce site reste gratuit autant que possible. Cela coûte de l'argent, beaucoup d'argent. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme vous, nous pouvons continuer à exister et nous rendre compte de l'importance que les lecteurs nous accordent. De plus, nous pensons que c'est la meilleure façon possible de garder un journalisme indépendant. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 : grâce aux lecteurs qui s'approprient ainsi un peu ce lieu indispensable !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais