Aller au contenu

La pierre dans ma bouche" offre une combinaison parfaite de talents dans une stupéfiante histoire de guerre.

Riet, la mère de Peer Wittenbols, est morte depuis quelques années. Elle a emporté avec elle dans sa tombe beaucoup d'histoires datant de l'époque où elle s'appelait Marietje. Le dramaturge Peer Wittenbols a cherché ces histoires, l'actrice Juul Vrijdag les raconte. Et c'est ainsi que pendant une heure et demie, j'ai été témoin d'un petit miracle, car Marietje était à nouveau vivante. Et Riet aussi. Cela s'est passé le jour de la libération à Vught. 

Le camp commémoratif national de Vught est l'endroit idéal pour ressentir le passé et le présent mouvementés des Pays-Bas. Le centre commémoratif situé sur les défenses du 19e siècle où se trouvait un camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale se trouve juste à côté de notre prison la plus célèbre, l'EBI, où des personnes comme Ridouan Taghi et Mohamed B purgent leur peine. La belle nature, où le site d'exécution de la guerre perturbe assez cruellement l'idylle, est visible derrière les barbelés et les miradors, sur le chemin de la caserne où le groupe théâtral Matzer joue le spectacle "La pierre dans ma bouche", mis en scène par Madeleine Matzer.

Équipe de rêve

Juul Vrijdag et Peer Wittenbols : c'est une équipe de rêve que je suis depuis le milieu des années 90, lorsque, sous des noms comme La Croix de Bourgogne et La Fédération, avec le metteur en scène Rob Ligthert et des actrices tout aussi frappantes comme Monic Hendrickx, ils ont apporté un nouveau langage au théâtre. Ce langage ressemble à une peinture naïve, dans laquelle les objets sont dotés de sentiments et les gens réduisent des émotions monumentales à de simples mots. Ce langage s'épanouit entre les mains de Juul Vrijdag : son jeu est d'une gaieté désinvolte qui la rend sans âge. 

Le récit des années de guerre, lorsque Riet était encore Marietje et avait dix ans, commence par l'invasion des Allemands, qui, selon les mots de la mère de Wittenbols, "sont venus en marchant depuis Berlin jusqu'à la Woenselsestraat". Dans un délicieux dialecte d'Eindhoven, on nous raconte l'histoire par à-coups, comment le frère Jan est devenu un héros et la sœur An a survécu au camp de concentration de Ravensbrück comme un squelette vivant. Le grand-père de Wittenbols, Simon, a disparu par le camp Vught dans la nuit et la brume des machines d'extermination allemandes.

En passant

Aussi lourde que soit l'histoire, la représentation a une désinvolture qui l'empêche de devenir un tire-larmes. Cela n'est pas seulement dû à l'équipe Juul&Peer parfaitement assortie, mais aussi au mérite de la metteuse en scène Madeleine Matzer qui rend pleinement justice au lieu, parmi les lits superposés à trois hauteurs d'une caserne de camp de concentration reconstituée. Le décor peu intimidant de Sanne Danz y contribue, et le musicien Charlie Bo Meijering bricole agréablement dans son coin sur scène, avec un clavier déguisé en vieux piano, d'où il se lève de temps en temps pour attraper une autoharpe ou un synthétiseur.

Cela rend l'émission sans prétention, et c'est le meilleur moyen de te faire comprendre que la guerre n'est jamais "ces vief jaarkes" mais qu'elle se poursuit sur plusieurs générations. L'héroïsme est toujours relatif et la culpabilité étouffante.

Les représentations à Kamp Vught sont toutes complètes, mais la tournée emmène également la compagnie dans d'autres lieux sensibles comme Kamp Amersfoort. Informations.

J'apprécie cet article !

Tu es satisfait de cette histoire ? Montrez votre appréciation en faisant une petite contribution ! C'est ainsi que tu aideras à maintenir en vie le journalisme culturel indépendant. (Si tu ne vois pas de bouton ci-dessous, utilise ce lien : don!)

Faire un don en douceur
Faire un don

Pourquoi faire un don ?

Nous sommes convaincus qu'un bon journalisme d'investigation et des informations de fond expertes sont essentiels pour un secteur culturel sain. Il n'y a pas toujours l'espace et le temps pour cela. Culture Press veut fournir cet espace et ce temps, et les rendre accessibles à tous GRATUITEMENT ! Que tu sois riche ou pauvre. Merci à dons Grâce à des lecteurs comme toi, nous pouvons continuer à exister. C'est ainsi que Culture Press existe depuis 2009 !

Tu peux aussi Devenir membreEt transforme ton don unique en un soutien durable !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wijbrand Schaap

Journaliste culturel depuis 1996. A travaillé comme critique de théâtre, chroniqueur et reporter pour Algemeen Dagblad, Utrechts Nieuwsblad, Rotterdams Dagblad, Parool et des journaux régionaux par l'intermédiaire d'Associated Press Services. Interviews pour TheaterMaker, Theatererkrant Magazine, Ons Erfdeel, Boekman. Auteur de podcasts, il aime expérimenter les nouveaux médias. Culture Press est l'enfant que j'ai mis au monde en 2009. Partenaire de vie de Suzanne Brink Colocataire d'Edje, Fonzie et Rufus. Cherche et trouve-moi sur Mastodon.Voir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5 / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36 / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais