Aller au contenu

Die Jahreszeiten, dans la version d'OT, s'inscrit parfaitement dans le cadre des Journées flamandes et néerlandaises de l'opéra.

Photo : Ben van Duin

Aux Pays-Bas, la vision de l'opéra est principalement guidée par la pratique des concerts. En tant que telle, l'approche néerlandaise de ce genre diffère considérablement de ce qui est courant dans le reste de l'Euroa. En témoigne le fait qu'au cours du siècle dernier, des investissements ont été réalisés dans des salles de concert qui comptent parmi les meilleures au monde : l'Amsterdam... ConcertgebouwLes salles d'opéra sont moins prises en compte. L'opéra est moins pris en compte, comme en témoigne le grand nombre de salles dont la fosse d'orchestre est trop petite ou inutilisable.

Dans le passé, l'opéra a surtout été un genre par lequel les maisons royales pouvaient se distinguer avec fracas. Nous n'avons jamais connu une telle maison royale dans notre pays. Le grand succès international de, disons l'Opéra des Pays-Bas à Amsterdam est due en grande partie aux performances musicales exceptionnelles des orchestres qui l'accompagnent, entre autres.

Les Journées de l'Opéra à Rotterdam sont désormais entièrement prises en charge par des Flamands. L'approche flamande de l'opéra est avant tout : le théâtre. On ajoute de la musique à ce théâtre et voilà : il y a du théâtre musical. Mais ce n'est pas de l'opéra. C'est précisément la raison pour laquelle les compagnies flamandes de théâtre musical aiment tant ajouter de la nouvelle musique aux partitions existantes et souvent les commenter à l'infini.

Aux Pays-Bas, c'est exactement l'inverse. La base repose sur la tradition du concert, en suivant de près la partition. À cela s'ajoutent le théâtre, la danse et les requis. Une différence essentielle : l'opéra et non le théâtre musical. En effet, la base d'un opéra est la partition. Elle a été écrite en étroite collaboration entre le compositeur et le librettiste. Tout au plus, le metteur en scène fournit-il une interprétation de l'ensemble.

Pendant les Journées de l'Opéra, Opera OT a produit Haydn's 'Les Jahreszeiten', une véritable pièce de répertoire sur les scènes de concert. Cependant, il ne s'agit pas d'une partition d'opéra mais d'un oratorio profane - à l'origine, un opéra sans théâtre et généralement dans un contexte religieux. En ce sens, cette production s'inscrit parfaitement dans la vision flamande de l'opéra. L'unité de lieu, de temps et d'action est mise à l'honneur. Mais s'agit-il pour autant d'une mauvaise production ?

Au contraire.

Mirjam Koen et Gerrit Timmers ont conçu une mise en scène très inventive pour les textes vraiment misérables de Baron. Gottfried van Swieten. (Quand il s'agit de faire la fête en automne, les joecheis et les hopsasas volent autour de tes oreilles. ) Le travail vocal est de qualité : les trois solistes, la soprano Robin Johannsen (Hanne), la basse Tim Murfin dans le rôle de Simon et Tom Randle - ténor - dans le rôle de Lukas, sont vocalement extrêmement forts et se déplacent avec aisance sur scène. Il en va de même pour l'excellent chœur, Vocalconsort Berlin. L'accompagnement de l'orchestre baroque gantois B'rock et de son chef Christopher Moulds est également très efficace.

La chute de cette production n'était pas dans la belle interprétation de la musique mais dans la mise en scène contraire et énigmatique du duo Koen et Timmers. Les saisons, si proprement chantées, défilent comme un paysage lentement changeant sur un mur de projection au fond de la scène. La neige fond, le soleil monte de plus en plus haut dans le ciel, et il ne semble y avoir aucun problème. L'écran est encadré par une cabane à gauche et un hangar à droite, un champ au milieu.

Mais alors, que font toutes ces armes sur scène ? Il y a la chasse, hilarante pour les rats, mais il y a aussi des victimes humaines. Des chars traversent l'écran et bombardent un buisson, des soldats s'affirment soudain de façon menaçante et perturbent l'idylle. Celle-ci s'écroule pour de bon lorsque trois terroristes se présentent. En totale impuissance, Hanne est agressée et laissée tremblante de misère dans le champ. La maison est mise sens dessus dessous et les saisons tant chantées dans l'oratorio de Haydn prennent une autre signification.

Les saisons sont-elles toujours les mêmes ? Le changement climatique joue un rôle, la violence et la guerre aussi. La fin ouverte est intrigante et donne à "Die Jahreszeiten" une couche supplémentaire inattendue. Mais quel que soit le point de vue que l'on adopte, cela reste, en partie à cause du manque d'action dans le texte, un oratorio mis en scène, ce qui n'est pas la même chose qu'un opéra, même si la tradition du concert est ici clairement à la base de l'œuvre.

Avec cela, cette production s'inscrit parfaitement dans les Journées de l'Opéra, qui ne portent pas sur l'opéra mais sur le théâtre musical.

Nouveau théâtre Luxor, Rotterdam : Journées d'opéra de Rotterdam. Opéra OT : Haydn, Die Jahreszeiten. Mise en scène de Mirjam Koen et Gerrit Timmers, direction musicale de Christopher Moulds. Participation le mercredi 25 mai. informations

un de nos membres

Les membres de Culture Press sont copropriétaires de notre coopérative moyennant une petite cotisation mensuelle ou annuelle, et peuvent également contribuer au contenu du site le cas échéant. Pour les membres institutionnels, nous offrons la possibilité de publier leurs communiqués de presse en version intégrale. Tu veux aussi devenir membre ? Tu peux le faire. Rends-toi sur le site cette pageVoir les messages de l'auteur

Adhésion privée (mois)
5€ / Maand
Pour les personnes physiques et les travailleurs indépendants.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Propre compte mastodonte
Accès à nos archives
Petite adhésion (mois)
18€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est inférieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Un bulletin d'information premium
Tous nos podcasts
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Publie toi-même des communiqués de presse
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Adhésion importante (mois)
36€ / Maand
Pour les institutions culturelles dont le chiffre d'affaires/subvention est supérieur à 250 000 € par an.
Pas de bannières gênantes
Une lettre d'information spéciale
Ton propre compte Mastodon
Accès aux archives
Partager les communiqués de presse avec notre public
Une attention particulière dans la couverture médiatique
Bulletin d'information Premium (substack)
5 abonnements d'essai
Tous nos podcasts

Les paiements sont effectués via iDeal, Paypal, carte de crédit, Bancontact ou prélèvement automatique. Si tu préfères payer manuellement, sur la base d'une facture établie à l'avance, nous facturons des frais administratifs de 10€

*Uniquement pour l'adhésion annuelle ou après 12 paiements mensuels

fr_FRFrançais